Catégories

Newsletter

Blog catégories

L’avortement comme sacrement juif

Publié le 01/07/2022

  • L’avortement comme sacrement juif

E. MICHAEL JONES - 25 JUIN 2022

Le battage médiatique qui a entouré l'annulation par la Cour suprême de l'arrêt Roe-contre-Wade a fait remonter en moi des souvenirs de mon engagement dans les guerres de l'avortement aux États-Unis, qui durent depuis près de cinquante ans. Eleanor Smeal, qui était alors à la tête de la National Organization of Women, venait de donner une conférence sur l'avortement à l'université de Notre-Dame dans ce qui devait être les années 1980. La salle était remplie de féministes de cette université et du St. Mary's College, la soi-disant institution catholique qui m'avait licencié pour m'être opposé à l'avortement quelques années auparavant. Pour tenter d'injecter un peu de réalité dans ce qui était manifestement un rassemblement d'encouragement pour celles que Saint-Paul appelait « des femmes idiotes obsédées par leurs péchés », j'ai demandé à Mme Smeal, pendant la séance de questions-réponses, si le fœtus avait un sexe. Voyant que Mme Smeal était décontenancée par la question, je l'ai reformulée : "Le foetus est-il identifiable comme étant de sexe masculin ou féminin ?" M'attendant à une réponse réaliste à la question, j'étais prêt à poursuivre en demandant comment l'Organisation nationale des femmes justifiait le meurtre de femmes à naître, mais ce que j'ai obtenu était inattendu. "Le processus de différenciation sexuelle," a opiné la présidente de NOW, "commence à la naissance". Me demandant s'il y avait dans la salle des professeurs de biologie capables de confirmer cette affirmation stupéfiante, j'ai commencé à mettre par écrit ce que Mme Smeal avait dit, après quoi elle m'a crié de l'autre bout de la pièce : "N'écris pas ça. Tu me rends folle."

 

L'arrêt Roe-contre-Wade, en d'autres termes, n'avait aucun fondement dans la réalité. C'était, comme Bernard Nathanson l'a souligné dans ses mémoires, un fantasme juif concocté par ce qu'il a appelé une bande de juifs fous de New York, qui a été imposé aux États-Unis d'Amérique par le pouvoir judiciaire brut. En fait, le pouvoir judiciaire brut n'était qu'une partie de l'histoire. L'avortement a été imposé à New York avant d'être imposé à l'Amérique par un journal juif connu du nom de New York Times à peu près au même moment où ce même journal juif a imposé au pays un autre récit juif, connu sous le nom d'Holocauste, pendant une période s'étendant de la fin des années 1960 au milieu des années 1970. Dans les deux cas, le principe éditorial opérationnel du journal juif de référence de la nation était que la vérité était l'opinion des puissants. Dans les deux cas, ce principe a bien fonctionné jusqu'à ce qu'il cesse de fonctionner, et il a cessé de fonctionner parce que la réalité a une façon bien à elle de mettre fin aux fantasmes, ce qui est une autre façon de dire que le refoulé revient toujours, parce que ce qui est refoulé ne l'est que parce que c'est vrai.

 

Lorsqu'il est devenu évident que Jerzy Kozinski faisait partie de la clique de Sulzberger qui dirigeait le Times, Elie Wiesel a certifié que le livre de Kozinski, L'oiseau bariolé, était un classique de l'Holocauste. J'ai utilisé le mot "livre" à bon escient, car Kozinski a joué un double jeu avec son éditeur et le public en prétendant que ce qui était un roman de seconde zone était en fait un document mémoriel sur des faits qui s'étaient réellement produits, etc. Cette fiction s'est effondrée lorsque le Village Voice a publié un article qui expliquait non seulement que ce que Kozinski avait dit n'était jamais arrivé, mais aussi que ses mémoires avaient été rédigées par un nègre pour la modique somme de 500 dollars. Ainsi, en plus d'être un imposteur, le romancier de l'Holocauste le plus célèbre depuis Elie Wiesel s'est également révélé être un radin.

 

Quelque chose de similaire est arrivé à l'arrêt Roe-contre-Wade . La vérité fondamentale dans cet épisode, c’est que la vérité est l'opinion des puissants. Si suffisamment de femmes rongées par la culpabilité se réunissaient et affirmaient que le processus de différenciation sexuelle commençait à la naissance, alors, bon sang de bon sang, on tenait une déclaration vraie, peu importe ce que le département de biologie pouvait avoir à dire en sens contraire, parce que la vérité étant l'opinion des puissants, si vous ne croyiez pas une harpie grande gueule comme Ellie Smeal, alors la clique de Sulzberger au journal juif de référence était là pour soutenir tout ce qu'elle disait, aussi absurde cela soit-il. Le résultat est que cette fiction grotesque a été maintenue en vie pendant presque 50 ans, jusqu'à ce que la réalité intervienne et que ce qui semblait être une "loi établie" immuable disparaisse aussi soudainement qu'une bulle de savon entrant en contact avec un buisson d'épines.

 

Mais cela, pas avant d'avoir fait beaucoup de dégâts. Des millions d'enfants sont morts à cause de ce fantasme juif. Rien de ce que nous pouvons faire ne les ramènera. Au lieu de mener une vie épanouie, ils sont devenus des martyrs de la vérité, et c'est finalement la vérité qui a prévalu, mais pas avant que de nombreux dommages collatéraux n’aient été infligés à la culture qui a permis leur meurtre. À cause de l'arrêt Roe-contre-Wade, le concept d'égalité devant la loi a été éliminé de notre système judiciaire, pour être remplacé par un système à deux vitesses, dans lequel vous entrez dans l'une des deux catégories : chacun est désormais soit un fœtus, auquel cas il n'a aucun droit, soit un/une féministe, auquel cas on bénéficie du privilège juif et on est au-dessus de la loi.

 

De même, les manifestants qui se sont présentés à Charlottesville en pensant qu'ils avaient le droit de se réunir et de s'exprimer librement selon le premier amendement, ainsi que les partisans de Trump qui se sont présentés au Capitole le 6 janvier, tombaient dans la catégorie des fœtus, ce qui signifie qu'ils n'avaient aucun droit. En revanche, Antifa et Jane's Revenge, qui se sont lancés dans une frénésie d'incendies d'églises et de centres pro-vie après la fuite du dossier d'Alito, ont bénéficié du privilège juif et étaient au-dessus de la loi, tout comme Roberta Kaplan, la "lesbienne youpine joufflue" qui s'est enrichie en menant une guerre juridique contre les infortunés garçons blancs de Charlottesville. Le procureur général Merrick Garland a clairement intériorisé cette distinction basée sur l'arrêt Roe-contre-Wade, et il a transformé le ministère de la Justice en la version américaine de la Tchéka, qui fait maintenant la guerre au peuple américain, tout comme les Juifs de la Tchéka originale ont fait la guerre au peuple russe après le coup d'État bolchevique de 1917.

 

Avec l’Ukraine, rebelote

 

Le récit de "l'été de la rage" qui a été inventé par la NPR [la “National Public Radio”]  et d'autres grands médias juifs est très similaire au récit qu'ils ont inventé concernant la guerre en Ukraine. Une fois encore, le principe opérationnel est que la vérité est l'opinion des puissants. Et, une fois encore, cette fragile lubie est sur le point d'éclater comme la bulle de savon déjà mentionnée, dès qu'elle entrera en contact avec la catégorie de réalité connue sous le nom d'armée russe. Plus la Russie écrase les nazis ukrainiens au combat, plus nous entendons d'histoires vantant le président ukrainien Zelenskyy comme le dernier avatar de Winston Churchill. Les avancées inexorables de la Russie vers l'ouest appellent des gestes irascibles de la part de l'OTAN, qui tentent de dissimuler le fait que l'Ukraine perd la guerre, mais qui ne font rien pour faire reconnaître la réalité de la situation et engager des mesures concrètes, comme des négociations, pour faire face à cette réalité. En cela, la couverture de l'été de la défaite en Ukraine est similaire à celle de l'été de la rage en Amérique. Dans chaque cas, la concoction de fables juives sert de substitut à un reportage honnête sur ce qui est réel. Il s'avère que, après tout, la vérité n'est pas l'opinion des puissants, car rien n'est plus puissant que ce qui est réel, et ce qui est réel manifeste toujours la correspondance entre l'esprit et la chose. Le réel, ce n'est jamais l'esprit à la place de la chose.

 

Comme s'ils admettaient que caractère définitif de l’arrêt Roe-contre-Wade avait été inventé de toutes pièces et qu'il ne reposait ni sur la science ni sur le droit, les Juifs ont répondu à la fuite du mémoire du juge Alito en affirmant que l'avortement était "une valeur juive fondamentale" et que la Cour suprême, en invalidant l'arrêt Roe-contre-Wade, empêchait les Juifs de pratiquer leur religion. Ce que les Juifs ont dit là en fait, sans le savoir, c'est que l'arrêt Roe-contre-Wade revenait à imposer la religion juive à chaque citoyen, quelle que soit sa religion, des États-Unis d'Amérique, depuis 49 ans. Il revient donc aux juifs d’avoir dit explicitement ce que les goyim étaient trop stupides pour comprendre par eux-mêmes. Cette conscience fait maintenant partie de l'esprit du temps, qui a soudainement pris un virage dans la direction opposée, loin de la centralisation du pouvoir à Washington, qui était une condition préalable nécessaire à la projection du pouvoir impérial sur le reste du monde après la Seconde Guerre mondiale, pour revenir aux instances législatives de chaque État, qui ont toujours été plus en phase avec la volonté des gens qu'elles représentent. Cela signifie - passez-moi l'expression, Mme Smeal - que "la science est réelle" ; le fœtus est un petit garçon ou une petite fille dans l'utérus et ne le devient pas à la naissance. Cela signifie également que ce gros juif en robe qui se fait appeler "Rachel" Levine n'est pas une femme, peu importe à quel point il mutile le corps que Dieu lui a donné. Cela signifie également que l'Ukraine est en train de perdre la guerre, quel que soit le nombre d'articles flatteurs que le journal juif de référence écrit sur le pianiste juif en T-shirt vert olive. Cela signifie, enfin, que l'ère de l'hégémonie juive sur notre culture touche à sa fin. Mes sentiments initiaux à cet égard n'ont fait que se renforcer lorsque j'ai lu l'attaque du juge Thomas contre la « procédure régulière substantielle », telle qu'elle s'est manifestée dans la décision Obergefell sur le mariage homosexuel et dans d'autres, qui sont toutes destinées à s’effondrer parce qu'elles partagent le même manque de réalité qui caractérisait l’arrêt Roe-contre-Wade. « Substantive due process » est un autre mot pour désigner l'ingénierie sociale. La fin d'une « procédure régulière substantielle » signifie la fin de l'hégémonie juive sur la culture américaine. C'est pourquoi les médias contrôlés par les juifs sont si bouleversés. L'avortement est un sacrement juif. Ceux qui se disent juifs sont en réalité des adorateurs de Moloch, le dieu qui exigeait des sacrifices humains. Pour une fois, je suis d'accord avec l'ADL.

 Traduction: MP

https://www.unz.com/ejones/the-end-of-roe-v-wade/