Catégories

Newsletter

Blog catégories

Beauté et vérité

Publié le 21/02/2021

  • Beauté et vérité

POURQUOI LA BEAUTÉ EST-ELLE VÉRITÉ ?

E. Michael Jones, Une lecture de Roger Scruton, Brève introduction à la beauté.[i]

"La beauté est vérité, la vérité beauté, c'est tout ce que

vous savez sur la terre, et tout ce que vous devez savoir".

- John Keats (Ode à une urne grecque)

 

Je suis le chemin, la vérité et la vie. Nul ne vient au Père s'il ne passe par moi.       

- Jean 14:6

 

 

 

Personne n'était plus qualifié pour écrire un livre sur la beauté que le regretté Sir Roger ScrutonC'était un homme au goût impeccable et aux manières cultivées qui pouvait charmer un public même lorsque, après avoir été invité à un symposium à Notre Dame pour parler de beauté, il finissait par parler vin à la place. Il aurait très probablement pu revenir dans un an et parler bière et charmer ce public tout autant une deuxième fois, mais la mort est intervenue.

Roger Scruton était particulièrement qualifié dans le domaine de la musique, ayant non seulement la capacité de jouer d'un instrument, mais aussi celle de composer des pièces musicales. L'Or du Rhin est une brillante critique des origines mythiques du capitalisme prédateur, mais Scruton en fait une attaque contre le ratage du socialisme révolutionnaire - Wagner avait participé à la révolution de 1848 avec Bakounine - ce qui avait motivé Wagner pour monter sur les barricades de Dresde et pour écrire son opéra. Lorsque Scruton transforme Nibelheim en un "État policier", ce qui est "peut-être la première prémonition dans l'art occidental de 1984 d'Orwell", au lieu de le considérer comme la City de Londres et le symbole du capitalisme en tant que système usuraire étatique, il passe à côté de l'essentiel d'une manière qui défie toute explication. Son analyse de l'opéra L'Or du Rhin de Richard Wagner est musicalement aiguë mais philosophiquement et économiquement sourde car la même vision conservatrice du monde qui permettait à Scruton de charmer son public à Notre Dame est basée sur un ethnocentrisme qui l'aveugle sur la réalité de ce que Wagner dit ici. Scruton ne semble pas se remettre du fait que Wagner ait eu le malheur de naître allemand, et qu'il éprouve la mission de le transformer en un véritable conservateur anglais en l'entraînant dans la croisade anticommuniste pour compenser ce défaut de naissance. 

Ce qui est vrai pour son livre sur la musique l'est a fortiori pour son livre sur la beauté. Scruton aspire à l'universalité lorsqu'il définit la beauté comme "une valeur réelle et universelle, ancrée dans notre nature rationnelle". En raison de son fondement solide dans l'Être, "le sens de la beauté a un rôle indispensable à jouer dans la formation du monde humain". Malheureusement, Scruton perd ensuite le fil de sa pensée en nous disant ce qu'il entend par ces termes et d'autres termes indéfinis. Scruton fait remonter sa compréhension de la beauté à Plotin, en se référant à la beauté comme quelque chose de transcendantal, une notion qui n'était pas encore universellement reconnue à l'époque de saint Thomas d'Aquin, qui la traitait comme un addendum à sa pensée sur l'Être. Selon Platon et Plotin, "la beauté est une valeur ultime - quelque chose que nous recherchons pour elle-même, et pour la poursuite de laquelle aucune autre raison ne doit être donnée". Scruton compare ensuite la beauté à la vérité et à la bonté, ce qui en fait "un membre d'un trio de valeurs ultimes qui justifient nos inclinations rationnelles". Les scolastiques qualifiaient ces "valeurs ultimes" de transcendantales, ce qui signifie qu'elles décrivent, avec "l'Unique", les aspects fondamentaux et ultimes de l'Être, ou comme le dit Scruton, "Pourquoi croire p ? Parce que c'est vrai. Pourquoi vouloir x ? Parce que c'est bon. Pourquoi regarder y ? Parce que c'est beau".

Au lieu d'accepter le fondement ontologique de la beauté comme la plate-forme sur laquelle il érige sa propre esthétique, Scruton commence à ergoter avec le Docteur angélique, accusant Thomas d'Aquin de formuler des "prétentions théologiques" sur la beauté, alors que ce n'est pas le cas. Scruton mine toute son esthétique en érigeant un barrage qui divise son histoire entre hier et aujourd'hui, lorsqu'il déclare apodictiquement que le "raisonnement subtil et complet" du Docteur angélique n'est "pas une vision que nous puissions assumer". En conséquence, Scruton propose "de le mettre de côté, en considérant le concept de beauté sans ajouter de prétentions théologiques".

Tout au long du livre de Scruton, nous sommes soumis au même comportement autodestructeur. Scruton ouvre la porte à ce qui semble être une solution prometteuse à "une difficulté profonde de la philosophie de la beauté" pour la refermer ensuite après nous avoir donné une vision alléchante de notre objectif. À cet égard, Scruton nous dit que la compréhension de la beauté par Aquin "vaut la peine d'être notée" parce qu'il "considérait la vérité, la bonté et l'unité comme des caractéristiques "transcendantales" de la réalité que possèdent toutes les choses, puisqu'elles sont des aspects de l'Être, des moyens par lesquels le don suprême de l'Être est rendu manifeste à la compréhension". La beauté est une manifestation de l'Être, et ce fait apporte la meilleure réponse à ceux qui affirment "que la beauté est une question d'apparence, et non d'être". Ensuite, après avoir affirmé que la beauté revendique raisonnablement son objet, Scruton reprend le tout en affirmant que ces "raisons ne forcent pas le jugement, et peuvent être rejetées sans contradiction", ce qui l'oblige à se demander "Alors, est-ce que ce sont des raisons ou non ? Chaque fois que Scruton est sur le point de tirer des conclusions définitives, il doit d'abord faire passer l'idée par son surmoi ethnique, une figure imaginaire composée des fantômes de gens comme John Locke et David Hume, qui ont le dernier mot sur tout, "créant un contexte apaisant et harmonieux, une narration continue comme dans une rue ou une place, où rien ne ressort en particulier, et où les bonnes manières prévalent".

Pace, Sir Roger! mais il n'y a rien de théologique dans l'esthétique scolastique. L'ontologie d'Aquin a été influencée par la Révélation, mais les principes esthétiques rudimentaires que nous pouvons en déduire ne déterminent pas son esthétique, ni les théories esthétiques de ceux qui ont ouvert la voie à une compréhension plus approfondie de la beauté.

Pourquoi alors Sir Roger estime-t-il que le "raisonnement subtil et complet" du Docteur angélique "n'est pas une vision que nous puissions assumer". Dans son autobiographie Gentle Regrets, Scruton nous dit qu'"il y a une consolation sans vérité, comme nous le savons par l'histoire de la religion". La vraie question est cependant de savoir si Scruton croit qu'il peut y avoir de la beauté sans vérité.

Lire la suite ici:

https://drive.google.com/file/d/1qTarlJc0z-uRDrcKQ7WZJMsGRFjaAnN6/view



[i] (Amazon Kindle) ISBN 978-0199559527

Voir en français, par Roger Scruton, De l'ugence d'être conservateur, 2020, commenté ici:

https://www.franceculture.fr/emissions/le-tour-du-monde-des-idees/roger-scruton-conservateur-britannique-et-critique-du

Voir une notice très détaillée sur Roger Scruton ici: https://fr.wikipedia.org/wiki/Roger_Scruton