Catégories

Newsletter

Blog catégories

Une interprétation des rêves de gauche

Publié le 17/11/2020

  • Une interprétation des rêves de gauche

Gilad Atzmon

"Pourquoi rêvons-nous ? La réponse de Freud est d'une simplicité trompeuse : la fonction ultime du rêve est de permettre au rêveur de rester endormi". Slavoj Zizek (2006)

 

L'idéologie traditionnelle de gauche présente une vision de la façon dont le monde "devrait être". La vision de la gauche peut se résumer à la conviction que la justice sociale est la première condition pour améliorer le monde, et que ce meilleur avenir implique la poursuite de l'égalité sous diverses formes. L'idéologue de gauche estime qu'il est à la fois éthique et moral de tenter d'aborder l'égalité en termes de droits civils et de richesse matérielle.

 

Mais si la gauche se concentre sur "ce qui pourrait être", la droite se concentre sur "ce qui est". Si la gauche agit sur ce que les gens "pourraient être", la droite agit là où les gens "sont" ou, du moins, là où ils se croient. La droite ne vise pas à changer la réalité sociale humaine, mais plutôt à la célébrer, voire à la maximiser.

 

L'idéologie de gauche a, par conséquent, la forme d'un "rêve". Viser ce qui "devrait être" plutôt que "ce qui est" induit un niveau de détachement utopique et illusoire et dépeint un monde égalitaire fantasmatique souvent éloigné de notre réalité abusive, oppressive et condamnée. Dans ce futur fantasmatique, les gens s'éloigneront simplement de la cupidité et de la gloutonnerie, ils travailleront moins et apprendront à partager, même à partager ce qu'ils ne possèdent peut-être pas au départ.

 

Ce "rêve" imaginaire contribue à expliquer pourquoi l'idéologie de la gauche (occidentale) fait rarement appel aux classes en difficulté ; les masses, consumées par la recherche du pain et du beurre, ne vont guère s'intéresser aux "rêves" utopiques ou aux expériences sociales futuristes. Tenaillés par la lutte quotidienne et poursuivis par l'existence, les travailleurs n'ont jamais vraiment adhéré à la "révolution", généralement parce qu'ils étaient trop occupés à travailler. Cela explique peut-être pourquoi ce sont si souvent les agitateurs bourgeois et de la classe moyenne qui sont devenus des icônes révolutionnaires. Ce sont eux qui ont eu accès à un petit plus pour financer leurs aventures révolutionnaires.

 

Le "rêve de gauche" est certainement séduisant, peut-être un peu trop. La justice sociale, l'égalité et même la révolution ne sont peut-être rien d'autre que la course au changement qui crée une dépendance, et c'est peut-être la raison pour laquelle les agitateurs de gauche purs et durs sont souvent incapables de se réveiller de leur fantasme de transformation sociale. Ils refusent simplement d'admettre que la réalité leur a échappé, préférant rester dans leur univers fantasmatique et délirant, à l'abri de murs de ghetto construits à partir d'une terminologie archaïque et du politiquement correct.

 

En fait, plus le fantasme révolutionnaire est attrayant et convaincant, moins ses partisans sont prêts à se laisser réveiller par la réalité. Cette cécité explique en partie pourquoi la gauche idéologique et politique occidentale a échoué sur tant de fronts : elle rêvait au moment de l'introduction de l'économie de services et ne s'est pas réveillée lorsque la production et la fabrication ont été éviscérées. Elle a bâillé alors qu'elle aurait dû combattre la culture d'entreprise, le grand argent et son culte, et elle s'est assoupie lorsque l'enseignement supérieur est devenu un luxe. La gauche a certainement ronflé bruyamment lorsque, l'une après l'autre, ses institutions ont été confisquées par la politique identitaire de la "nouvelle gauche".

 

Il est important de souligner que la "gauche" américaine contemporaine était profondément endormie lorsque la classe ouvrière américaine s'est brusquement détournée vers le parti républicain. La gauche américaine était si profondément consumée par son "fantasme révolutionnaire" qu'elle n'a pas remarqué le fait embarrassant qu'un magnat de l'immobilier multimilliardaire abrasif se transformait en icône révolutionnaire populiste pour les travailleurs. La gauche américaine était si enthousiasmée par son amour-propre qu'elle a fait semblant de ne pas voir que toute son activité était en fait soutenue par des magnats de Wall Street et des mondialistes de la pire espèce. La Gauche américaine est devenue un appareil d'opposition contrôlé. Elle s'est pratiquement mise à coucher dans le lit des ennemis les plus acharnés de la paix et de la justice, sans parler de tout ce qui ressemble à la "justice sociale" et à l'harmonie humaine.

 

Dans l'un de ses moments les plus perspicaces, Slavoj Zizek s'est penché sur la comparaison entre la perception du rêve par Freud et Lacan : "Pourquoi rêvons-nous ?" demandait Zizek. "La réponse de Freud est d'une simplicité trompeuse : la fonction ultime du rêve est de permettre au rêveur de rester endormi". 

Selon cette perception, le rêve est là pour préserver le sommeil contre toute attente. Il réprime la perturbation extérieure (qu'il s'agisse de dépression, d'anxiété, de bruit ou même d'une menace immédiate) en l'incorporant au rêve. Dans L'interprétation des rêves, Freud raconte l'histoire d'un père dont le jeune fils vient de mourir. Le père s'endort et rêve que l'enfant se tient près de son lit en flammes, en murmurant l'horrible reproche : "Père, ne vois-tu pas que je brûle ? Peu après, le père se réveille et découvre qu'une bougie tombée a mis le feu au linceul de son fils mort. Le père avait senti la fumée pendant son sommeil et avait incorporé l'image de son fils en feu dans son rêve, de façon à prolonger son sommeil. Zizek se demande : le père s'est-il réveillé parce que le stimulus extérieur est devenu trop fort pour être contenu dans le scénario du rêve ? Ou est-ce l'inverse, parce que le père a construit le rêve afin de prolonger son sommeil, mais ce qu'il a rencontré dans le rêve était encore plus insupportable que la réalité extérieure, de sorte qu'il s'est réveillé pour y échapper ? 

Dans le "rêve de gauche", la révolution cosmopolite se produit d'elle-même, car ses conditions sont "déterminées" par un inévitable changement de conscience des masses. Dans le "rêve de gauche", la révolution est pour ainsi dire inévitable. Dans le "cauchemar de la gauche", cependant, la réalité prouve tout le contraire : les conditions de la révolution sont mûres au bord de l'ultime échéance, mais alors, à peu près à l'improviste, le même scénario se répète sans cesse, une figure d'"Hitler" apparaît "de nulle part" et détourne les masses de la "révolution" vers le "drapeau". Mais une chose est claire. Dans le rêve de gauche, il n'y a pas de voie de sortie vers la réalité. Contrairement au père qui se réveille dévasté par l'image de son fils brûlé, il n'y a pas de rêve de gauche où les masses en lutte puissent avoir leur mot à dire. Dans le rêve de gauche américain, par exemple, il n'y a pas de place pour les "hommes blancs sans éducation" qui surgissent de nulle part et demandent : et nous ? Pourquoi nous avez-vous abandonnés ? Dans le rêve de la gauche américaine, ces "blancs" sont appelés "trumpistes", "déplorables", "suprématistes blancs", "nationalistes blancs", etc. Dans le rêve contemporain de la gauche américaine, il n'y a pas de retour à la réalité. Les quelques gauchistes qui sont réveillés par un quelconque rappel à l'ordre  de la réalité sont effectivement mis à l'écart, n'ayant d'autre choix que de changer de camp (politique). Cela peut expliquer pourquoi des études démographiques révèlent que les gens naissent le plus souvent gauchistes et meurent conservateurs. La maturité, semble-t-il, implique une acceptation croissante du "pessimisme réaliste". Les gens ont tendance à se réveiller, mais pas le rêve. 

On peut se demander : où était la gauche allemande lorsque la popularité d'Hitler a augmenté parmi la classe ouvrière allemande à une vitesse qui ferait honte à Covid-19 ? Où était la gauche britannique lorsque Margaret Thatcher, qui a détruit de nombreuses industries britanniques et sapé les syndicats, est devenue si populaire auprès des travailleurs britanniques pour leur avoir permis de posséder leur maison ? Où était la gauche britannique lorsque la popularité de Corbyn et des travaillistes a été réduite en poussière ? Il est également fascinant de regarder la gauche israélienne, car Israël s'est formé autour de l'idée du sionisme travailliste. Le parti travailliste israélien qui a dominé la politique israélienne jusqu'en 1977 a littéralement disparu, car son "rêve" d'une métamorphose prolétarienne hébraïque ne pouvait pas se maintenir. Le sionisme travailliste ayant été façonné et fonctionnant sur le mode du rêve, il n'a jamais pu s'adapter à une réalité politique façonnée par son propre rêve.

 La gauche est souvent trop aveugle aux conditions politiques et sociales dans lesquelles elle opère. Elle ne détecte jamais la vague croissante de ressentiment qu'elle s'attire parce que le fait d'opérer en mode rêve lui inflige une forme sévère de détachement. Comme Freud l'a réalisé, le rêve est là pour soutenir le sommeil. Il ignore l'opposition politique en la réduisant à un "bruit" extérieur. Il définit soit des des angles morts (le politiquement correct), soit des zones de plus en plus vastes de "parias politiques" (trumpistes, fascistes, racistes, déplorables, suprémacistes blancs, etc.)

 

En novembre 2016, Hillary Clinton était en état de choc total lorsqu'elle s'est réveillée en apprenant que Donald Trump avait remporté les élections. Dans son rêve, Hillary avait déjà remporté l'élection, l'acte de voter n'étant qu'une procédure formelle. Quatre ans plus tard, Biden, le DNC et la quasi-totalité des médias grand public ont suivi exactement les mêmes sondeurs qui étaient déjà totalement hors sujet en 2016. Ils ont anticipé une "victoire écrasante". Le fait que Donald Trump ait rencontré autant de partisans lors de ses rassemblements ouverts a dû être perçu dans le contexte du "rêve de gauche" au registre des perturbations bruyantes. Lorsque Michael Moore a averti la gauche américaine que le GOP et Trump pourraient se reproduire, personne dans l'univers progressiste américain ne s'est soucié de répondre à ses préoccupations. Lorsque les gens dorment, on s'attend à ce que vous marchiez sur la pointe des pieds.

 

Je suppose que le rêve humide de la gauche américaine contemporaine est facile à décrire : Vous allez vous endormir avec Donald Trump à la Maison Blanche, puis vous vous réveillez le lendemain et il est parti. Ce simple rêve décrit exactement ce qui s'est passé au petit matin du 4 novembre. L'Amérique s'est endormie confiante dans l'idée que Trump, contre toute attente, disparaisse à nouveau. Au petit matin, les bookmakers du monde entier ont parié sur son succès à un taux de 7 contre 1. Le matin, la situation a soudain basculé : Trump était sur le point d'être reconnu gagnant. À première vue, le rêve de la gauche américaine s'est concrétisé.

 

L'Amérique est évidemment divisée à parts égales. Les partisans de Biden insistent sur le fait qu'il a gagné les élections. Ceux qui soutiennent Trump sont convaincus que quelque chose d'exceptionnellement malhonnête s'est produit cette nuit-là et dans les jours qui ont suivi.

 

Je n'ai ni les moyens ni l'intention de dire ou même d'essayer de déterminer qui a gagné les élections, mais il est clair que le DNC, Biden, Harris et tous les grands médias américains ne laissent pas le tsunami de la méfiance interférer avec leur "rêve matérialisé". Biden ne semble pas trop préoccupé par le fait que l'Amérique ressemble actuellement à une république bananière. Comme dans une république bananière, les Américains ne font pas confiance à leur système politique ni à leurs institutions. Les gens qui vivent dans les républiques bananières apprennent rapidement à s'attendre à l'imprévisible, au point que l'imprévisible devient la nouvelle norme. Biden ne laisse pas la réalité interférer avec son rêve. En tant que "président élu", il ne perd pas de temps, il travaille avec son équipe de transition, il maintient le fantasme à flot. L'Amérique est au bord d'une guerre civile, mais même cela ne dérange pas le "président élu" et son équipe de transition. Dans le rêve progressiste, le vœu d'"unir la nation" est bien plus fort que la réalité d'une division brutale.

 

En 2006, Zizek a donné un aperçu lacanien de la réalité que nous voyons actuellement aux États-Unis. "La réalité", écrivait Zizek, "est pour ceux qui ne peuvent pas maintenir le rêve". Ce sont toujours les personnes qui travaillent dur et qui se battent pour gagner leur vie qui ne peuvent pas soutenir le fantasme du changement social. Ce sont toujours les classes ouvrières qui poussent à la concrétisation. Ils veulent que l'Amérique redevienne grande (Trump), que la Grande-Bretagne soit aussi "grande" que son nom le souligne (Brexit), que la France soit française (les Gilets jaunes). Avant qu'il ne soit trop tard, ceux qui ont regardé les soi-disant "Trumpsters" hier à Washington DC devraient accepter que la réalité patriotique incarnée par le drapeau doit être au moins aussi significative que le "rêve" identitaire de "nous les autres, unis".

Traduction: Maria Poumier

Source: https://www.unz.com/gatzmon/the-interpretation-of-left-dreams/