Catégories

Newsletter

Blog catégories

Le problème de Soral, et le nôtre (1)

Publié le 03/08/2021

  • Le problème de Soral, et le nôtre (1)

par E. Michael Jones

Understand Empire (Le titre devrait se terminer par un point d'exclamation) est la traduction anglaise du best-seller Comprendre l'Empire d'Alain Soral, paru en 2011, un livre qui était sa tentative prémonitoire pour expliquer le rôle joué par la France dans l'empire mondial. Parce qu'elle n'est qu'une partie de cet empire, la France présente une étude de cas simplifiée qui nous permet de comprendre l'ensemble. C'est pourquoi cette étude qui a déjà dix ans est toujours instructive. Le passé n'a pas changé. Les formes de contrôle qui ont été imposées au peuple français par les proconsuls de l'empire sont pratiquement identiques à celles qui ont été imposées aux Américains, car ce sont les mêmes oligarques qui les imposent dans le monde entier.

En comparant l'empire américain à un État vassal comme la France, les similitudes l'emportent sur les différences. La Révolution américaine avait  engendré la Révolution française, mais l'Amérique n'a pas eu à subir les mêmes conséquences que la France car, en tant que vaste étendue sauvage non colonisée, elle ne disposait pas des structures sociales nécessaires pour les mettre en œuvre. Néanmoins, dans un passé pas si lointain, les francs-maçons constituaient la classe dirigeante secrète de la République américaine. Ce n'est plus le cas, mais la grammaire maçonnique des organisations ésotériques et exotériques a imprégné toute la culture américaine, y compris le monde des affaires et les universités.  La France, à cet égard, continue d'être ce que l'Amérique était.  La grammaire cachée de la vie politique et économique française est, selon Soral, maçonnique :

 

La franc-maçonnerie, libérée des liens du sang, de la foi partagée et de l'homogénéité des classes, est le réseau d'influence qui illustre la modernité post-Lumières. Possédant une sorte de solidarité égalitaire fondée sur la complicité et combinée à une soumission hiérarchique basée sur la tromperie, la maçonnerie a en effet reconstruit un nouveau "corps intermédiaire" entre le citoyen et l'État, l'équivalent républicain des anciennes corporations abolies par la République ! Le Grand Orient de France (GODF) et ses 50 000 frères estimés sont omniprésents dans la politique française, tout comme la Grande Loge Nationale Française (GLNF) et ses 43 000 frères déclarés sont omniprésents dans les affaires françaises. Ensemble, ils témoignent de la réalité du partage du pouvoir entre la gauche et la droite : l'une gère les affaires sociales, l'autre le capital. Le Club Le Siècle, plus moderne, et ses 630 membres de haut niveau (dont 150 sont des membres invités) constituent la main cachée qui détermine la direction du pays. Tous ces réseaux incarnent le mensonge qu'est la démocratie.

 

Mensonge est un mot trop fort. Des organisations oligarchiques comme la franc-maçonnerie ont déclaré la guerre au gouvernement représentatif, qui fait maintenant son retour aux États-Unis dans des États comme la Floride, qui vient d'interdire le retrait des plateformes numériques, le Texas, qui a été le premier État à défier le verrouillage du COVID, et le Missouri, qui a interdit l'avortement. Le livre de Soral a prédit l'équivalent de ce mouvement de repli en France des années avant qu'il ne se produise, et le seul défaut de Comprendre l'Empire [1] est l'absence d'un chapitre sur Macron, les Gilets jaunes et le verrouillage par le COVID qui est venu à bout du plus grand soulèvement en France depuis la révolte de mai 1968. Dans ce chapitre manquant, Soral devrait proclamer son identité en tant que créature de l'espèce la plus rare de toutes, le prophète qui a été justifié par le cours des événements. Mais même en l'absence d'un tel chapitre, Comprendre l'Empire vaut la peine d'être lu pour son analyse historique. 

 

Le principal héritage de la franc-maçonnerie en Amérique est la réalité du contrôle oligarchique et son hégémonie totale sur le processus politique, faisant du gouvernement local une formalité essentiellement insignifiante. Le Duc d'Orléans, qui changea son nom en Philippe Égalité lorsqu'il abandonna ses privilèges aristocratiques et rejoignit la Révolution française, exprima au mieux cette trajectoire lorsqu'il déclara, dans un mémoire écrit la nuit précédant la révolution qu'il soutenait et qui le conduisit à l'échafaud, que la loge était à la révolution ce que la bougie était au soleil. Une fois le soleil de la révolution levé, la bougie n'était plus nécessaire.

 

C'est précisément ce qui s'est passé en Amérique. Une fois que les oligarques ont pris le contrôle de la finance et de la circulation de l'information, ils n'ont plus eu besoin des loges maçonniques. La loge maçonnique est ce que Max Weber appellerait une Gesellschaft ou société, composée de personnes qui tirent leur véritable identité de leur appartenance à une Gemeinschaft ou communauté. Une fois que la loge est devenue inutile, les groupes qui l'utilisaient comme véhicule de subversion sociale pouvaient agir seuls pour exercer un contrôle sur les masses. Cette transformation est devenue apparente il y a dix ans :

 

C'est le mensonge d'une République qui prétend œuvrer à la promotion des idéaux démocratiques mais qui le fait par des moyens résolument pervers : l'égalité par la domination, la transparence par l'hermétisme, et ainsi de suite. Alain Bauer, ancien Grand Maître du GODF et plus tard nommé conseiller spécial du Président français Nicolas Sarkozy (un rôle pour lequel son rival, François Stifani, ancien Grand Maître du GNFL, était également en lice !), a admis que dans le système politique français prétendument démocratique, les lois ne sont pas faites par ses 40 millions de citoyens-électeurs, mais par 150.000 frères !

 

En général, le terme franc-maçonnerie est utilisé par des experts qui ont peur de prononcer le mot juif. En mentionnant Alain Bauer, Soral se différencie clairement de ce groupe de personnes. Alors que la Loge devenait obsolète, les Juifs qui constituaient les partenaires principaux de cette organisation ont commencé à exercer le pouvoir en leur propre nom. La politique raciale succède à la lutte des classes, et cela signifie la montée du pouvoir juif à travers le Conseil représentatif des institutions juives de France ou CRIF, où :

 

tout le gouvernement français, à commencer par le président de la République française lui-même, reçoit ses ordres, lors du "dîner du CRIF" annuel, alors que la communauté qu'il prétend représenter ne représente que moins d'un pour cent de la population française et que, de surcroît, il défend ouvertement les intérêts d'un État étranger qui agit en violation systématique de tous les droits de l'homme.

 

Les Juifs sont plus puissants que ne l'a jamais été la Loge parce qu'ils peuvent concentrer leurs forces "au sein d'une seule communauté organisée", qui partage :

 

les liens du sang (la matrilinéarité du judaïsme, c'est-à-dire le caractère héréditaire du judaïsme par la lignée maternelle) ; une foi millénaire, fondée sur un projet de domination clairement énoncé (le destin historique promis par Dieu à son peuple élu) ; le cosmopolitisme (cette communauté organisée étant présente dans la plupart des nations, et particulièrement dans les nations développées, ce qui en fait la "communauté internationale" par excellence) ; et la pleine maîtrise de la modernité : la finance, les médias, la science.

 

En conséquence, "cette combinaison de solidarité ethnique, religieuse et de classe" devient le "réseau des réseaux", un groupe "si puissant qu'aucun cinéaste ne se risquerait à en faire le thème, même d'une fiction, alors qu'il n'a jamais eu de problème avec la pléthore de films réalisés sur la mafia sicilienne." Le judaïsme français, affirme Soral dans un livre qui est sorti deux ans après la publication de mon livre L'esprit révolutionnaire juif, est devenu si puissant que :

 

malgré son omniprésence et sa toute-puissance démontrées dans tous les secteurs clés de la finance, de la politique, des médias et de la science, la seule idée de la nommer publiquement provoque - chez l'individu conscient de la fiction qu'est notre démocratie de "liberté et d'égalité" - stupeur et tremblement... comme les pauvres burakumin du Japon ancien soudainement mis en présence de l'Empereur.

 

Comme aux Etats-Unis, le contrôle politique des Juifs est basé sur leur contrôle de la finance. En France, ce contrôle a commencé pour de bon le 3 janvier 1973, lorsque Georges Pompidou, ancien directeur général de la Banque Rothschild, a créé la loi qui privait la Banque de France de la capacité de prêter sans intérêt à l'État français. À cet égard, il a fallu à la France environ trois siècles pour suivre l'exemple de l'Angleterre. Lorsque les Whigs ont créé la Banque d'Angleterre en 1692, ils ont détruit l'unité de l'Angleterre et l'ont remplacée par une nation de contribuables, qui se sont progressivement appauvris par le travail inexorable des intérêts composés, et de "mangeurs d'impôts", terme utilisé par William Cobbett pour désigner les oligarques Whigs de son époque. La même chose s'est produite en France :

 

L'obligation pour les États d'emprunter sur le marché libre, avec intérêts, contre l'émission de bons du Trésor en guise de garantie, produit le même effet sur les nations occidentales que les garanties hypothécaires sur les entreprises privées : un endettement toujours plus grand qui, structurellement, ne peut jamais être remboursé. Comme dans le secteur privé, ce même processus de racket et de dépossession transfère lentement et régulièrement la totalité de la richesse du secteur public - un processus encore accéléré par la privatisation des entreprises publiques - de l'État à la banque, une entité purement parasitaire.

 

L'Amérique a créé sa troisième banque nationale en 1913, en l'appelant le Système de la Réserve Fédérale afin de déguiser sa fonction. Cette banque a été créée par les financiers de Wall Street, qui étaient affligés par le fait qu'en 1910, 90 % de toutes les améliorations du capital dans l'industrie étaient financées par des bénéfices internes, et non par des emprunts.

 

L'implication de l'Amérique dans la Première Guerre mondiale a suscité une réaction contre Wall Street et l'internationalisme juif qui a été menée par Henry Ford, lequel est devenu le porte-parole du "capitalisme entrepreneurial et industriel anglo-saxon". Dans les années 30, Ford s'associe à l'aviateur Charles Lindbergh, au prêtre catholique Charles Coughlin et à des populistes comme le gouverneur de Louisiane Huey Long pour créer "America First", le mouvement qui s'opposa à l'entrée de l'Amérique dans une autre guerre européenne. 

 

America First est le dernier mouvement politique qui peut parler ouvertement de l'influence juive dans la vie politique américaine. Le discours prononcé par Lindbergh en 1927 à Des Moines, dans l'Iowa, mentionnait simplement les Juifs comme l'un des trois groupes qui travaillaient à attirer l'Amérique dans la guerre, mais cela lui valut d'être déchu de son statut de héros américain et d'être banni de la vie publique. De même, la publication par Ford d'une série d'articles dans le Dearborn Independent, qui ont été rassemblés dans un livre publié sous le titre The International Jew, a conduit, selon les mots de Soral, à "la défaite de Ford, à une rétractation de ses opinions et à des excuses publiques pour celles-ci", puis à son retrait de la vie publique après 1927. Le mouvement America First s'est effondré lorsque Franklin Delano Roosevelt a incité les Japonais à attaquer Pearl Harbor.

 

Après la Seconde Guerre mondiale, la CIA, en tant que garde prétorienne de l'élite WASP américaine, a mené une guerre contre l'Église catholique, considérée comme le dernier bastion du fascisme. Paul Blanshard a formulé la base théorique de cette attaque dans ses livres sur la liberté américaine et le pouvoir catholique. Cette guerre, combinée à la décision de contourner la Fed, a conduit à la mort de John F. Kennedy.  "Le lien entre la mort du président Kennedy et sa tentative de reprendre le pouvoir à la Banque est évident. Il est si effrayant pour les élites américaines que même Oliver Stone n'a pas osé y faire allusion dans son film JFK." Elle a également conduit à la chute de Charles de Gaulle en France en 1969. "Anticipant la fin de la convertibilité or/dollar qui survint en 1971", de Gaulle "avait pris la tête d'un groupe de pays non alignés pour demander que l'Amérique rachète ses réserves de  dollars américains en or, conformément aux accords internationaux de l'époque."

 

Les révolutionnaires juifs comme Daniel Cohn-Bendit ont joué un rôle crucial dans la chute de de Gaulle lorsqu'ils sont descendus dans les rues de Paris lors des émeutes de mai 1968. Une fois que de Gaulle a été chassé du pouvoir, les politiciens favorables aux hommes d'argent juifs qui avaient financé les révolutionnaires ont modifié la loi pour permettre l'usure. Georges Pompidou, auteur de la loi interdisant à la Banque de France de prêter sans intérêt à l'État français, "était un ancien directeur général de la Banque Rothschild". L'éviction du général de Gaulle, quelques années plus tôt, avait été un préalable au vote de la loi qui allait priver l'État de son pouvoir régalien."

 

Sans Mai 68, il n'y aurait pas eu de janvier 1973 : de Gaulle chassé du pouvoir, la "droite corporative" - représentée par le président Georges Pompidou et son ministre des Finances, Valéry Giscard d'Estaing - est désormais libre de trahir la Nation. La politique des années 70 est dominée par le pacte de Michel Foucault avec le diable : Donnez-nous une libération sexuelle illimitée et nous ne demanderons pas d'augmentation. "Cette tromperie et cette manipulation de longue date ont finalement été exposées dans les années 70, lorsque les cosmopolites prétendument révolutionnaires se sont ralliés aux forces du libéralisme mondialiste."

 

Après les émeutes de 1968, [ceux qu'on appelle staliniens] ont rejoint le ralliement général au mondialisme marchand sous les étiquettes de "néoconservatisme" aux États-Unis et de "libéral-libertaire" en France. Ce réseau mondial tentaculaire de professionnels de la propagande et de la manipulation de masse est aujourd'hui réunifié et s'est mis pleinement au service du camp libéral-atlantiste-sioniste, dont le fer de lance en France est constitué de juifs comme Daniel Cohn-Bendit, André Glucksmann, Bernard-Henri Lévy, Bernard Kouchner, Alexandre Adler, Jacques Attali ou Alain Minc. Tous sont des ennemis déclarés du peuple, du " populisme " et de la nation, qu'ils considèrent comme fondamentalement " fascistes et réactionnaires. "

En 1998, l'Union européenne a achevé la privatisation de la finance ainsi que l'abolition des derniers vestiges de l'alliance dans l'État du travail et du capital - que des catholiques comme de Gaulle, Adenauer, Franco et Salazar avaient créée après la Seconde Guerre mondiale- avec la création de la Banque centrale européenne:

 

Le bras bancaire du projet de l'Union européenne a été créé en 1998 et a tranquillement imposé - par l'article 123 du traité de Lisbonne, 57 une refonte de l'article 104 du traité de Maastricht - une interdiction similaire à toutes les anciennes banques centrales nationales des États membres de l'Union européenne, tout cela au nom de la discipline économique et de la fraternité des nations ! Pour investir dans des travaux publics et des projets de développement, les États devaient désormais payer des intérêts sur la dette publique. C'est le véritable objectif de l'économie de la dette. Les banques privées escroquent désormais les États et leurs peuples avec la complicité silencieuse de la classe politique. Même le bouillonnant Olivier Besancenot sait qu'il ne faut jamais aborder le sujet s'il veut continuer à être invité chez Drucker. Cette arnaque des Etats et de leurs peuples a sonné la fin des politiques d'ÉEtat-providence au tournant des années 1970. Elle constitue la première raison de la fin des politiques de développement social et sera expliquée aux masses comme étant simplement "la Crise". En France, les intérêts de la dette publique - en réalité un racket bancaire portant sur des fonds qui devraient être affectés aux travaux publics et aux programmes de protection sociale - représentent presque exactement la totalité des recettes de l'impôt sur le revenu des personnes physiques. Plus qu'un symbole, il s'agissait d'une équation mathématique.

Une fois que les Juifs ont été en charge de la finance, l'attaque contre le Logos comme base de la culture française était inévitable :

La destruction du Logos grec et de la compassion chrétienne aux mains du Marché - ses maîtres et ses serviteurs - par l'immédiateté émotionnelle et la compulsion nihiliste entraîne également la destruction de la pensée critique et morale, qui avait constitué le fondement de notre culture occidentale. Le Logos grec et la compassion chrétienne étaient également les fondements historiques, moraux et épistémologiques de l'humanisme européen, d'où sont nées la promesse et la poursuite de la démocratie. La destruction de la foi (la monarchie catholique), d'abord par la raison (l'humanisme démocratique) et ensuite par l'argent (l'oligarchie bancaire), a fait de notre démocratie des marchés et de l'opinion publique le contraire même de la démocratie. C'est le pouvoir sans limite - obtenu par la tromperie, la corruption et l'abrutissement - d'une oligarchie enhardie par l'orgueil de la domination, qui pousse le monde vers sa perte : le chaos social en Occident, la misère dans le Sud et la guerre tout autour.

L'attaque menée par les Juifs contre le Logos a entraîné la dissolution de l'alliance entre le capital et le travail, qui était le couronnement de la réussite d'hommes politiques catholiques comme de Gaulle et Adenauer dans la période de l'après-guerre, une période dont on se souvient aujourd'hui avec des termes nostalgiques comme Wirtschaftswunder et Trente Glorieuses. La chute de de Gaulle a conduit à la montée d'une nouvelle forme de capitalisme que Soral caractérise comme "une société de consommation policière, à la fois permissive envers le consommateur vacillant (libéralisation des industries du sexe et du jeu) et répressive envers le citoyen productif (sur-réglementation et sur-taxation, directe et indirecte, y compris les amendes, les pénalités et autres), le tout sous la direction de pouvoirs mondialistes pro-européens".

Soral, qui a été membre du parti communiste, pense encore comme un paléo-marxiste qui pleure la sexualisation de la gauche. En cela, il est comme David Hawkes et toute une génération de penseurs de gauche qui ont été laissés en plan par le pacte de Michel Foucault avec le diable. Comme Foucault, Soral a commencé dans la vie comme un catholique qui s'est rapidement engagé dans la politique de gauche. La disparition du marxisme classique et son remplacement par la politique sexuelle foucaldienne était un phénomène mondial. En France :

cette évolution vers une politique identitaire agressive a étroitement reflété l'évolution antérieure de la gauche vers l'anticléricalisme. Le "lobby gay" français a d'abord été créé par Jack Lang, sous la direction de François Mitterrand - à l'époque où le Parti socialiste a abandonné la gauche ouvrière - et a ensuite été étendu au lesbianisme avec des personnes comme Caroline Fourest.

"Derrière les deux étiquettes se cache la même cabale de traîtres sociaux, dont les noms rappellent étrangement la liste de Schindler", qui crée "une nouvelle caste de ploucs prédateurs épousant fièrement la nouvelle idéologie nomade de Jacques Attali : une idéologie de l'inégalité sociale se cachant derrière le voile de l'antiracisme et du métissage, faisant l'apologie d'un capitalisme purement spéculatif, et le rejet de tout ce qui fait sens à long terme - comme les cultures ancrées dans la tradition et la perspective historique. "

Vivant dans un pays où la critique des Juifs peut vous conduire en prison, Soral a écrit sous la menace constante de poursuites pénales. Pour donner une idée de la réalité de cette menace, je devais rencontrer Soral et Hervé Ryssen, un autre dissident, en septembre dernier, lors d'un voyage en France au cours duquel je devais m'adresser à la réunion annuelle des descendants du soulèvement vendéen contre la Révolution française. Le règlement COVID a été invoqué à mon arrivée à l'aéroport O'Hare de Chicago pour empêcher mon voyage.

Pour donner une idée de ce qui aurait pu m'arriver si j'avais été autorisé à prendre ce vol, Ryssen est aujourd'hui en prison et Soral a dû s'exiler en Suisse pour éviter un sort similaire. La situation de ces deux hommes met en lumière la nature profondément tyrannique de l'Empire que Soral s'attache à décrire dans son livre. Les écrivains comme lui sont confrontés à un dilemme : soit ils décrivent les pouvoirs réels qui contrôlent l'empire, auquel cas ils vont en prison, soit ils tiennent compte des lois sur les discours de haine que des pays comme la France ont adoptées contre les intérêts de leur propre peuple, auquel cas ils n'ont rien à dire. Soral a clairement choisi la première voie. Malheureusement, Soral est à court d'options en ce qui concerne les systèmes philosophiques qui doivent inspirer toute forme efficace d'action politique. Soral le pense :  

- Depuis Vatican II, le catholicisme n'offre plus d'alternative crédible, car il s'est rallié à l'Empire en devenant effectivement une "religion des droits de l'homme".

- Depuis l'effondrement de l'URSS, l'utopie communiste s'est effondrée sous le poids de ses propres contradictions.

- Depuis l'éviction du Général de Gaulle du pouvoir, les élites françaises n'ont fait que trahir l'universalisme français...

Plutôt que d'accéder à l'accommodation de la Nouvelle Gauche au contrôle oligarchique en échange de la libération sexuelle que Foucault et ses disciples de la Nouvelle Gauche avaient choisie - "Donnez-nous un accès illimité aux bains publics de San Francisco, et nous ne critiquerons pas votre exploitation économique vicieuse du prolétariat et de la bourgeoisie", Soral a pris la direction exactement opposée en fondant Égalité & Réconciliation (E&R) en 2007 pour tenter de "réconcilier la classe ouvrière française (la "gauche ouvrière") avec un système de valeurs traditionaliste (la "droite morale") contre les forces mondialistes qui poursuivent la destruction des nations souveraines et la soumission de l'humanité au nouvel ordre mondial qui se profile". " 

Depuis lors, Soral s'efforce de trouver un foyer intellectuel pour son mouvement politique.  Il est aujourd'hui décrit comme un disciple de Charles de Gaulle, profondément désillusionné par les deux grands récits - la Révolution et le catholicisme - qui ont structuré l'histoire politique et intellectuelle de la France.  La destruction du catholicisme a ouvert la voie à la gouvernance par la manipulation. La montée du "pouvoir de la Banque" comme véritable hégémon de la France, "n'aurait pas été possible, comme Léon Bloy l'avait parfaitement compris, sans la destruction simultanée du catholicisme médiéval, qui a été remplacé par un catholicisme de plus en plus séculier" que Soral associe à Vatican II. Et cela nous conduit à ce que je vais appeler, avec mes excuses à Norman Podhoretz, le problème catholique de Soral - et le nôtre :

 

[En reconnaissant] la domination du mondialisme capitaliste américano-protestant et la culpabilité de la persécution des Juifs par le régime national-socialiste allemand, Vatican II, au-delà de ses prétextes pastoraux et doctrinaux, a marqué la soumission de l'Église catholique à l'équilibre des forces occidentales de l'après-Seconde Guerre mondiale. Il a tendu la main aux bouddhistes et aux hindous - de manière tout à fait inconséquente, puisqu'ils se trouvaient en dehors de la sphère d'influence monothéiste méditerranéenne. Elle s'est adressée aux musulmans, au motif qu'ils adorent le même Dieu qu'Abraham et pour leur dévotion à Marie - même s'ils ne reconnaissent pas Jésus comme le Christ et le Fils de Dieu - et, à l'époque de la décolonisation, c'était une déclaration politique plus que significative. Mais il ne fait aucun doute que le gros morceau de Vatican II a été sa déclaration selon laquelle "l'Église sait qu'elle est unie de multiples façons aux baptisés qui sont honorés du nom de chrétien, mais qui ne professent cependant pas la foi catholique dans son intégralité ou qui n'ont pas conservé l'unité ou la communion sous le successeur de Pierre". Sur le plan théologique, cette déclaration équivalait à un renoncement explicite à s'opposer à la Réforme protestante.

 

Pire encore que la capitulation de l'Église face au protestantisme, Vatican II a abandonné l'enseignement traditionnel de l'Église sur les Juifs, ce que Soral considère comme "une reddition théologique complète, déguisée en un geste de cohabitation fraternelle". Le principal problème de Vatican II est Nostra Aetate, qui "a relégué le catholicisme au rang de simple sous-produit du judaïsme, un sous-produit que le judaïsme ne reconnaissait même pas", car il "demandait aux catholiques de reconnaître les juifs comme leurs "frères aînés" tout en n'exigeant rien des juifs en retour".  Le fait que les Juifs "continuent à considérer le Christ, au mieux, comme un rabbin apostat qui s'est rétracté sur la Croix" équivaut "à une négation pure et simple de l'Église et à l'expression d'un mépris", symbolisé en France par la carrière de "Mgr Lustiger - qui s'était converti au catholicisme en 1940, période de conversion pour le moins ambigue" et qui "sera porté pour son dernier repos à Notre-Dame de Paris, non plus par la lecture du Notre-Père mais du Kaddish! La messe est dite".

 

Soral se trouve dans une impasse car Vatican II, selon lui, a créé un catholicisme bourgeois auto-contradictoire qui rend le "catholique bourgeois . . en guerre contre lui-même, déchiré entre sa croyance catholique en l'humilité et la charité et une nécessaire soumission au monde mercantile de l'égoïsme et de la connivence, qui ne peut conduire qu'à un renoncement ou à une inadéquation à sa foi. C'est pourquoi ce qui reste du catholicisme authentique a été relégué à la marge, et ses adeptes sont traités d'intégristes par le nouvel Establishment : simplement pour s'efforcer de rester des  catholiques intègres dans un monde ayant programmé la désintégration du catholicisme."

 

Soral fait ici référence à ce que les Américains appelleraient le catholicisme "conservateur", avec toute l'ambiguïté qui accompagne ce terme. Le catholicisme "néoconservateur" serait peut-être une meilleure expression, car il correspond à l'époque où cette idéologie régnait en maître dans le catholicisme américain et au Vatican, et il coïncide avec la période qui conclut le livre de Soral. C'était une époque où le cardinal Joseph Ratzinger faisait l'éloge des Lumières américaines comme une alternative salutaire aux mauvaises Lumières françaises, juste avant de devenir le pape Benoît XVI, et où le manteau du leadership intellectuel dans l'Église catholique avait été drapé sur les épaules de "néoconservateurs" crypto-juifs, comme George Weigel, le biographe du pape Jean-Paul II qui a fermement situé ce pape dans le camp des néoconservateurs ;  le regretté Michael Novak, qui travaillait alors pour le groupe de réflexion sioniste financé par les capitalistes vautours, connu sous le nom d'American Enterprise Institute ; Richard John Neuhaus, qui était rédacteur en chef de First Things, un magazine créé avec de l'argent contrôlé par les Juifs de la Fondation Bradley, avec la connivence de Norman Podhoretz et de Midge Decter, et de Robbie George, ami du rabbin Meir Solveichik, qui a affirmé dans First Things que la haine était une vertu juive.

 

Le conservatisme est maintenant mort. Il avait commencé comme une réaction politique à la centralisation stalinienne dans la période qui a suivi la Seconde Guerre mondiale, avec des textes comme La Route de la servitude de Friedrich von Hayek, et il est maintenant complètement hors de propos parce qu'il ne peut pas répondre à la question politique fondamentale de notre époque, qui implique la montée en puissance d'entreprises "privées" comme Google et leur usurpation de pouvoirs auparavant réservés au gouvernement. Le conservatisme politique est mort de la main de Donald Trump, et le conservatisme catholique a connu un sort similaire de la main du pape François. La seule chose que ces deux hommes ont en commun est leur asservissement aux intérêts juifs, ce qui fait de la question juive la question politique centrale de notre époque. Cela ne devrait pas surprendre les catholiques français. Parce que la France s'est montrée si prompte à discuter de la question juive vers la fin du 19e siècle, Civilta Cattolica a publié en 1890 une série sur la question juive qui se concentrait sur la situation en France 100 ans après la Révolution française. La situation en France a forcé les rédacteurs de Civilta Cattolica à conclure que tout pays qui se retourne contre les lois créées par les rois catholiques finirait par être dirigé par des Juifs.

 

Soral a relancé cette discussion avec tant de succès qu'il a dû demander l'asile politique pour échapper au CRIF et à ses sbires en Suisse. Soral aurait dû imiter Richard Wagner, qui avait demandé l'asile en Suisse après la Révolution de 1848, et écrire l'équivalent au XXIe siècle de L'Or du Rhin, la description par Wagner des racines mythiques du capitalisme juif. Au lieu de cela, Soral a réédité un livre qui demande à être actualisé. D'un point de vue philosophique et historique, le livre de Soral s'arrête simplement à son analyse de la situation d'il y a dix ans, désormais dépassée, sans tirer aucune des conclusions qui découlent inexorablement de l'exactitude de ses prémisses. Soral doit revendiquer son titre de prophète en mettant à jour son livre avec un résumé des événements qui ont réalisé ses prophéties. Cela inclurait une description de la montée en puissance de Donald Trump et du Brexit dans l'Anglosphère, mais surtout l'émergence des manifestations des Gilets Jaunes en France, la montée en puissance d'Emmanuel Macron en tant que "pute juive" (selon les termes d'un  Gilet Jaune qui a réquisitionné une émission de la BBC pour exprimer la volonté générale, et l'utilisation par Macron de la pandémie COVID pour écraser le mouvement de protestation le plus important en France depuis le soulèvement de mai 1968.

 

En plus de la matière historique mise à jour qui manque à Comprendre l'Empire, il y a l'analyse philosophique manquante qui bloque toute action politique efficace de la part de Soral.  En l'état actuel des choses, Soral est paralysé par une incompréhension de Vatican II qui repose sur sa compréhension marxiste utopique du catholicisme. Le catholicisme et la révolution constituent les deux premières étapes de la dialectique de l'histoire qui cherche maintenant à s'accomplir dans une synthèse qui puisse résoudre la crise actuelle, mais le silence de Soral en dit long.

 

Soral pense que le marxisme et le catholicisme sont intellectuellement compatibles, mais il pense aussi qu'un élément étranger a obscurci cette compatibilité. Alexandre Soljenitsyne a exposé ce conflit dans Deux siècles ensemble, son histoire des Juifs en Russie, lorsqu'il a montré que "les financiers résolument non chrétiens à l'origine de la révolution bolchevique russe, qui a été le moteur de la lutte socialiste dans le monde réel" étaient constitués de "banquiers new-yorkais issus pour la plupart de la communauté juive ashkénaze qui avait émigré d'Europe orientale". D'une manière qui contredisait complètement le concept marxiste de conflit de classes, les riches juifs comme Jacob Schiff "étaient souvent animés par un messianisme revanchard - parfaitement décrit par Léon Trotsky [qui était le bénéficiaire de l'argent de Schiff] dans Leur morale et la nôtre - qui était typique des valeurs torahiques et talmudiques, mais aux antipodes des valeurs chrétiennes."

(Lire la suite ici)

[1] Comprendre l'Empire est un livre qui date de 2011. E. Michael Jones reconnaît lui-même, dans la suite du texte, qu'on ne peut pas lui  reprocher de ne pas comporter de commentaire sur des évènements plus récents. Nous avons choisi de traduire et de publier ce document malgré son côté "work in progress", autrement dit, dans une étape de rédaction provisoire, qui aurait pu être mise à jour, pour la richesse des informations qu'il comporte, la synthèse de la méthode critique de l'auteur, et ce qui se perçoit, justement, entre les lignes, d'un débat de fond entre deux penseurs de catégorie prophétique, également indispensables pour notre temps (ndt).

Original : CultureWars.com, 2021

Traduction: MP