Catégories

Newsletter

Blog catégories

Trump devrait libérer Stockman, Snowden et Assange

Publié le 05/12/2020

  • Trump devrait libérer Stockman, Snowden et Assange

Par James Kirkpatrick

Flynn, ce n'était que le début. Trump peut frapper très fort en graciant  Stockman, Snowden, et Assange

La grâce du président Donald Trump au général Michael Flynn était attendue depuis longtemps, mais cela ne devrait être qu'un début. Trois autres dissidents languissent en prison sans autre raison que l'inimitié de l'État profond :

 

Le membre du Congrès Steve Stockman, un héros conservateur qui a été poursuivi sans relâche par l'administration Obama pour avoir révélé les attaques arbitraires du régime contre les organisations conservatrices ;

Edward Snowden et Julian Assange sont ce que les journalistes sont censés être, ceux qui défient la structure du pouvoir plutôt que de la défendre.

Si le président Trump doit être chassé du pouvoir par la classe dirigeante, implacablement favorable à la guerre, il doit la couler avec lui. Il est toujours président des États-Unis. Ce n'est pas le moment de tweeter, c'est le moment d'agir.

 

Le membre du Congrès Steve Stockman[1] est en prison pour de prétendues irrégularités dans la collecte de fonds dans une affaire qui ne repose pas sur des détails techniques et des délits de procédure - tout comme le général Flynn. Il s'agit d'un cas classique d'invention d'un crime pour persécuter un homme, plutôt que d'arrestation d'un homme pour avoir commis un crime. Richard Viguerie, L. Brent Bozell III et d'autres dirigeants conservateurs ont déclaré que l'accusation avait appliqué la loi de manière inappropriée et n'avait jamais prouvé une quelconque tentative de fraude. En effet, les personnes que Stockman est censé avoir escroquées n'ont jamais porté plainte et il a fallu le quatrième grand jury pour obtenir une mise en accusation. Ce jury a également reçu des instructions trompeuses [Conservative Nonprofit Leaders Urge SCOTUS to Hear Case of Wrongly Imprisoned Former Congressman, par Rachel Alexander, Townhall, 17 août 2020].

 

Ces dirigeants conservateurs reconnaissent l'importance de la raison pour laquelle l'administration Obama sortante a ciblé Stockman. Il avait demandé l'arrestation de Lois Lerner après qu'il ait été révélé que l'administration Obama avait utilisé le fisc de manière discriminatoire contre les organisations conservatrices à but non lucratif. C'est ce même mois que l'enquête contre Stockman a commencé [Congressman Stockman's Case Is A Dark Omen Of Political Repression To Come, par Patti Stockman, Daily Caller, 19 août 2019].

 

Pourquoi l'ont-ils fait ? L'administration Obama voulait trouver un moyen pour que le gouvernement fédéral puisse fermer les fondations conservatrices sans abroger ouvertement le premier amendement. L'administration Harris/Biden reprendra sans doute le même djihad et une Cour suprême chancelante sera la dernière ligne de défense.

 

Il va sans dire que lorsque Richard Nixon avait prétendument tenté de faire la même chose, les mêmes journalistes qui applaudissent la répression contre les conservateurs avaient été scandalisés.

 

Le président Trump a agi dans un cas similaire lorsqu'il a gracié Dinesh D'Souza après ce que le sénateur Ted Cruz a qualifié d'enquête politique menée par l'administration Obama [Dinesh D'Souza : Pourquoi Trump a-t-il gracié le provocateur, par Anthony Zurcher, BBC, 31 mai 2018]. Stockman ne mérite-t-il pas la même pitié ?

 

Le traitement réservé à Stockman pour des délits de procédure est particulièrement irritant si l'on considère ce qui est arrivé (ou plutôt ce qui n'est pas arrivé) à des personnalités de gauche accusées d'irrégularités financières. Il s'agit notamment de

 

Ilhan Omar [Ilhan Omar coupe les liens financiers avec la firme politique de son mari après lui avoir versé près de 2,8 millions de dollars, par Megan Henney, Fox News, 17 novembre 2020]

Al Sharpton [Vérification des faits : Stacey Abrams a payé des impôts impayés, mais le révérend Al Sharpton doit toujours, par Chelsey Cox, USA Today, 12 septembre 2020]

Maxine Waters [Rep : La famille de Maxine Waters continue à profiter directement de sa position au Congrès, par Becket Adams, Washington Examiner, 13 novembre 2018].

Et bien sûr, il y avait l'histoire trouble de Hunter Biden qui exploitait l'influence de son père pour s'assurer des positions à l'étranger[2], ce qui préoccupait même le Département d'État d'Obama [Hunter Biden : What was he doing in Ukraine and China, BBC, 30 octobre 2020]. Déterminés à ne pas permettre une répétition de l'élection de 2016, les journalistes ont refusé en masse de couvrir cette histoire, affichant ce comportement coordonné que Joe Sobran a qualifié de typique de "La Ruche". [The Hive, Sobran's, juin 1999]

 

Rien de tout cela ne devrait surprendre, sauf les plus naïfs. L'Amérique est déjà un pays du Tiers Monde. Nous n'avons pas "l'égalité devant la loi". La loi ne s'applique tout simplement pas à certaines personnes. Le président Donald Trump a raison de dire que nous n'avons pas la liberté de la presse, mais une classe de médias qui supprime l'information et parle de pouvoir en lieu et place de la vérité [Trump : "Nous n'avons pas la liberté de la presse dans ce pays - nous sommes supprimés par la presse", par Jeff Poor, Breitbart, 29 novembre 2020]. Quelle meilleure façon de leur porter un coup en libérant quelqu'un qui est en prison aujourd'hui parce qu'il essayait d'exposer ce que les médias traditionnels ne voulaient pas voir couvert ?

 

C'est aussi littéralement une question de vie ou de mort. Grâce au COVID-19, de nombreux prisonniers dans tout le pays sont maintenant libérés parce qu'ils courent un risque élevé d'infection, comme c'est le cas de :

 

Michael Cohen, l'ancien réparateur du président Trump, a été libéré grâce au COVID-19 et à la décision d'un juge de permettre à M. Cohen de publier son livre en se vantant d'avoir trahi son maître [Michael Cohen sera libéré de prison après que le juge se soit rangé du côté des représailles, par Shayna Jacobs, The Washington Post, 23 juillet 2020]. Cela semble en soi réfuter l'idée que Donald Trump soit un dictateur tout-puissant.

Des criminels violents, y compris des meurtriers, ont été libérés, et les "activistes" en réclament davantage dans les rues [Au milieu de COVID-19, la Californie libère des détenus qui purgent une peine pour meurtre. Des militants font pression pour en libérer davantage. par Richard Winton, Anita Chabria et Kim Christenson, Los Angeles Times, 9 août 2020].

L'ancien membre démocrate du Congrès Chaka Fattah, qui avait été condamné pour racket, conspiration, blanchiment d'argent, fraude postale et bancaire, a également été libéré plus tôt [L'ancien représentant des États-Unis à Philadelphie Chaka Fattah est rentré plus tôt de prison. Les fonctionnaires fédéraux ne veulent pas dire pourquoi. Par Chris Brennan et Jeremy Roebuck, The Philadelphia Inquirer, 15 juillet 2020].

Et pourtant, Steve Stockman devrait rester enfermé ? Le fait que Stockman ne soit pas libéré malgré plusieurs comorbidités et qu'il soit détenu dans un environnement dangereux suggère que Richard Viguerie n'exagère pas lorsqu'il affirme que quelqu'un "au sommet" veut la mort de Stockman [Who In Washington Wants Steve Stockman Dead ? Quelqu'un au sommet", ConservativeHQ, 20 juillet 2020].

 

Si le président Trump peut donner une seconde chance à des criminels violents, il peut certainement aussi manifester sa compassion pour l'un de ses partisans les plus dévoués et les plus menacés. La meilleure façon de répondre aux accusations de "fascisme" serait un acte de clémence.

Cela vaut également pour Edward Snowden et Julian Assange.

Le président Trump n'a pas complètement rompu avec les néoconservateurs. Le récent assassinat de Mohsen Fakhrizadeh, presque certainement avec la prescience, voire l'implication, des Américains, montre que le président Trump est toujours fermement engagé dans la ligne de politique étrangère anti-iranienne. C'est également le président Trump qui a ordonné l'attaque contre Qasem Soleimani. L'administration Trump a adopté une position bien plus militante à l'égard de la Russie que l'administration Obama. Elle a déjà conduit à des confrontations inutiles avec les Russes à des fins inconnues. Or ren de tout cela ne lui a valu de soutien auprès de l'establishment militaire et de la politique étrangère!

 

Le président Trump a fait l'objet de critiques extraordinaires au sein de sa propre administration. Le général James Mattis, dit "Mad Dog", premier secrétaire à la défense du président Trump, s'est rangé du côté de Black Lives Matter alors qu'il milite pour la guerre éternelle des États-Unis en Afghanistan [Mattis donne son point de vue sur l'Afghanistan, par Dan Lamothe, The Washington Post, 14 décembre 2019]. Le propre département d'État de Trump le défie ouvertement alors qu'il tente de faire entrer le BLM en Corée du Sud [L'ambassade des États-Unis en Corée du Sud retire sa bannière Black Lives Matter, par Laurel Wamsley, NPR, 15 juin 2020]. "Notre" Département d'Etat pousse au changement de régime des alliés américains comme la Hongrie. Quel que soit le camp pour lequel les chefs diplomatiques et militaires américains se battent, ce n'est pas celui de l'Amérique. Et même si le président Trump a pour la plupart suivi leur programme, ils le détestent toujours.

Pourquoi suivre ce programme ?

Alors que les journalistes américains sont obsédés par les fanatiques inamovibles [ramenant tout au racisme], depuis les raisons pour lesquelles appeler Beethoven par son nom de famille est raciste, jusqu'aux crises éternelles au sujet des cheveux des femmes noires, nous devrions également nous souvenir de deux hommes qui ont réellement fait ce que les journalistes prétendent faire. Edward Snowden a révélé l'étendue de la surveillance de "notre" gouvernement sur son propre peuple [Edward Snowden dit qu'il demande la citoyenneté russe, par Jaclyn Diaz, NPR, 2 novembre 2020]. Julian Assange a révélé les programmes d'espionnage époustouflants que le régime du Potomac a déclenchés contre le monde entier, tous au service d'une politique étrangère basée sur des guerres perpétuelles et nihilistes [Wikileaks "Cablegate" 10 ans plus tard : Un regard sans fard sur la politique étrangère américaine, DW, 28 novembre 2020].

 

La meilleure façon pour le président Trump de détruire l'establishment régnant sur la politique étrangère qui le déteste tant est de pardonner à Snowden et Assange [Trump's Ace : Win or lose He Can Still Devastate the Deep State With Three Perfectly-Timed Moves, Revolver, 30 novembre 2020].

 

La présidence de Trump a réussi à révéler la nature du système qui nous gouverne. Malheureusement, il ne peut pas ou ne veut pas empêcher le système de le contrôler lui aussi. Alors qu'il continue à contester les résultats des élections, Donald Trump devrait se rappeler que pendant encore quelques semaines, il reste le commandant en chef.

 

Le vrai pouvoir ne consiste pas à faire preuve de cruauté, mais de clémence. Gracier Steve Stockman, Edward Snowden et Julian Assange, c'est la bonne chose à faire. Cela montrerait également que Donald Trump est du côté de la population que le régime du Potomac déteste le plus, la Nation historique américaine. Si Donald Trump (ou l'un de ses héritiers biologiques ou politiques) cherche à récupérer le Bureau ovale, ces grâces sont une étape nécessaire. 

Si le populisme se définit par l'opposition à une élite corrompue, le président Trump devrait se réapproprier le drapeau de la nation en utilisant le pouvoir qui lui reste en sauvant la vie de trois hommes menacés par un système maléfique qui veut aussi notre mort.

 

Source: https://www.unz.com/article/flynn-just-the-start-trump-can-hit-back-at-the-ruling-class-by-pardoning-pardon-stockman-snowden-and-assange/

*** La version originale de l'article offre de très  nombreux liens utiles, en particulier avec des articles du site VDare.com, et https://www.breitbart.com/

Traduction et notes: Maria Poumier

 



[1] D'après Wikipedia "L'ancien représentant américain Steve Stockman (R-TX) a orchestré un stratagème visant à voler de l'argent aux fondations caritatives et aux personnes qui les dirigeaient. Les fonds ont été utilisés pour financer les campagnes de Stockman et ses dépenses personnelles. Il a été reconnu coupable de 23 chefs d'accusation de parjure, de fraude et de blanchiment d'argent et condamné à 10 ans. (2018) Jason T.Posey (à droite) Directeur des projets spéciaux et trésorier de la campagne de Stephen E. Stockman sous la direction et la supervision personnelles de Stockman, Posey a pris près d'un million de dollars de diverses sources et l'a illégalement canalisé dans la campagne sénatoriale 2014 de Stockman. Il a plaidé coupable de fraude postale, de fraude électronique, de blanchiment d'argent et de contributions de conduit. (2013) Thomas Dodd (R) Assistant spécial de Steve Stockman a plaidé coupable à deux accusations de complot et a accepté de coopérer avec les procureurs. (2013) Liste des scandales politiques fédéraux aux États-Unis - https://fr.qaz.wiki/wiki/List_of_federal_political_scandals_in_the_United_States"

[2] Voir l'enquête approfondie d'israël Adam Shamir sur les turpitudes de Hunter Biden en Ukraine, couvertes par son père Joe Biden, ici: https://plumenclume.org/blog/508-le-pillage-de-l-ukraine et ici: https://plumenclume.org/blog/495-joe-biden-et-l-ukraine