Catégories

Newsletter

Blog catégories

Moix, et Faurisson, et Dieudonné, et Blanrue

Publié le 01/09/2019

  • Moix, et Faurisson, et Dieudonné, et Blanrue
Ai-je dit que je t’avais également chuchoté dès l’origine que j’étais un ami personnel de Robert Faurisson ? Non ? Alors c’est le moment de rappeler cette histoire à ton bon souvenir, ne crois-tu pas ? Rencontrant régulièrement le professeur à Vichy ou lors de ses venues dans la capitale, correspondant avec lui au quotidien par e-mail, je n’ai jamais été, tu l’admettras, du genre à me cacher devant toi de la proximité que j’entretenais avec cette sulfureuse personnalité qui avait, d’ailleurs, peu de secrets pour toi (nous en reparlerons un jour, dans mes mémoires, si Dieu me prête vie). Je ne suis pas cachotier et m’épanche sans souci sur cette affaire du moment qu’on me le demande gentiment. Or non seulement tu me le demandais, mais tu en redemandais, mon Yannou, et combien goulûment ! Qui en était ? Qui n’en était pas ? Ça te passionnait ! C’était amusant, n’est-ce pas, de deviser de la Chose interdite entre toutes, confortablement assis à l’ombre des platanes des Hortensias en fumant un D4, entre une blague sur les “chtrols” et un panégyrique de Mylène ou d’Elsa ?
Yann Moix, bras droit de BHL, s’exposant chaque jour en terrasse avec un proche de celui que ses employeurs sionistes et toute la France officielle tenaient pour le parfait salaud, l’homme à abattre, l’assassin toutes catégories confondues de la Mémoire, l’immonde raclure dont le nom ne devait jamais être prononcé sous peine de mort sociale, ça avait de la gueule ! On les emmerdait bien, pas vrai ?
 
Je dois admettre que jamais il ne te prit l’idée de me recommander la discrétion à ce propos. Peut-être pensais-tu que j’étais aussi apeuré que toi à l’évocation publique du révisionnisme et considérais-tu que tu étais le seul de mes amis à obtenir de moi des confidences d’une si étrange nature. Je me rendais bien compte que tu changeais brutalement de sujet lorsque l’une de tes relations professionnelles, oeil torve, bouche lippue et bas-du-cul, déboulait à notre table ; j’avais déjà noté chez toi une propension certaine à la lâcheté. Ce nonobstant, je me souviens qu’un jour, tu m’assuras que si par malheur l’on me lynchait en raison de ce voisinage scandaleux, je pouvais compter sur toi, craché, juré. Tu répétas à plusieurs reprises, pour te convaincre toi-même sans doute, que tu demeurerais fidèle à notre amitié même si le ciel d’Israël venait à se fracasser sur ma pauvre tête de goy vénitien privé de ghetto.
 
Je ne te crus pas ; la préface que tu consentis à écrire pour Le Monde contre soi – Anthologie des propos contre les juifs, le judaïsme et le sionisme paru aux éditions Blanche en 2007 me fit penser, un moment, que je t’avais soupçonné à tort d’être le porteur d’une paire de couilles en verre de Murano. Hélas, l’avenir donna raison à mon instinct.
 
Il y eut pour commencer l’affaire de la pétition contre la loi Gayssot en 2010. Nous avions longuement parlé de cette dégueulasserie liberticide et tu partageais mon sentiment, mon exaspération. Le Parlement n’a pas à écrire l’histoire, punto finale ! Dans aucun pays totalitaire, jamais, une telle loi n’avait été osée ; les dictateurs les plus sanguinaires eux-mêmes, de droite comme de gauche, n’y avaient point songé. Mais depuis le 13 juillet 1990, dans le pays de Voltaire et de Céline, à cause d’un député stalinien et d’un Fabius aux mains sanglantes, tout opposant à cette foutue législation était tenu pour un partisan du génocide ! L’histoire n’était plus libre mais cadenassée, la pensée était verrouillée sans que personne ne réagisse. Pour fissurer le mur du silence et de la peur, je m’étais juré de monter un jour au créneau, au risque de me prendre une flèche dans les côtes et de briser dans l’oeuf ma carrière historique, littéraire et cinématographique. Connaissant le fond de l’affaire, tu m’avais approuvé sans réserve.
 
L’emprisonnement de Vincent Reynouard au mois de juillet 2010 me décida de franchir le pas. Le 10 août, je lançai la pétition sur Internet, une première dans l’histoire. Pour ne pas mettre les signataires dans l’embarras et rester neutre, j’avais tenu à spécifier qu’il ne s’agissait pas “de soutenir les idées de Vincent Reynouard mais de défendre son droit à les exprimer”. Je me consacrai seul à cette mission durant des mois. Je fis le tour de mes relations : Jean Bricmont fut le premier à m’apporter son amical soutien. Noam Chomsky nous appuya ; le cofondateur d’Apple Steve Wozniak, des libertaires, des gauchistes, des journalistes comme ton vieux pote Dominique Jamet, et bien sûr des révisionnistes, tous m’adressèrent leur paraphe sans barguigner. Jour après jour, je te tins informé de l’évolution de l’affaire.  Ah, ça t’aguichait !
 
Devant cette vague montante de protestations, je te sentais de plus en plus détendu et enhardi. Il était patent que BHL et sa cour de laquais te sortaient par les narines et qu’à quarante piges tu ressentais la marque du collier comme une injure faite à ta qualité d’être humain. C’était pour toi l’occasion rêvée de leur faire la nique et de t’évader de la prison dorée dans laquelle tu croupissais, avec vue imprenable sur la mer Morte.
 
Je n’osais y croire, mais je jouais le jeu et te fis faire de bonne grâce le tour de quelques-uns de mes soutiens. Tu tins à rencontrer Dieudonné à qui j’avais naguère présenté Faurisson. Je fis les présentations lors d’un dîner qui se déroula au théâtre de la Main d’Or, le 31 juillet 2010. Tu avais ri aux éclats en assistant à son spectacle “Mahmoud”, dans lequel un sketch hilarant porte sur un faurissonien pleutre éprouvant une telle trouille d’être placé sur écoute qu’il suspecte un chat de l’espionner. Pas une seconde je ne t’ai senti gêné, réticent, sur tes gardes. Après le show, entre toi et Dieudo le courant passa immédiatement au point que tu insistas, levant ta coupe de champagne, pour lui décerner un brevet d’anti-antisémitsme et le féliciter chaleureusement de son talent dépourvu du moindre soupçon de haine.
 
Je te mis également en rapport avec mon avocat, Maître John  Bastardi Daumont, de Nice, qui avait rassemblé, depuis qu’il avait fait relaxer Faurisson pour l’affaire du Zénith, une abondante documentation critique sur la loi Gayssot, perforant et creusant chacune de ses failles. Tu étais tellement emballé que tu voulus l’inviter lors d’un congrès de l’UEJF afin qu’il y expliquât les précieuses raisons devant inciter tout homme doué d’intelligence à rejeter la turpide loi communiste. Ce dessein ne vit pas le jour. Pourquoi ?
 
Parce que, mon Yannou, lorsque je publiai à l’automne la liste des noms des premiers signataires de ma pétition, liste sur laquelle figurait le tien, tu te déballonnas dans un bruit de coussin péteur. Dans les moments de peur panique, on devient vite couard, et tu ne fis pas exception à la règle. Félonie pour félonie, autant aller au bout et dénier à son cerveau la possibilité d’avoir eu de coupables pensées ! Tu ne pris pas même soin de m’appeler personnellement, comme un grand garçon, pour m’exposer les raisons d’une dérobade que j’eusse pu comprendre ; non, tu fis les choses à distance, par l’intermédiaire de la petite Maria, ta fiancée canal historique que tu avais propulsée secrétaire de BHL. Cette jeune et pimpante Brésilienne, que j’avais aidée jadis à obtenir la nationalité française, me récita avec maladresse la leçon d’épouvante que tu lui avais apprise, laquelle fit à mes oreilles le bruit d’une vesse de truie :
 
- Paul-Éric, Yann n’a pas pu signer ta pétition, toute sa vie est consacrée à la lutte contre l’antisémitisme !
 
La forme que prit ta méprisable fuite me sidéra. Se tapir dans le plus blanc des silences, engager un fusible féminin pour m’attendrir, tout ce mauvais cinoche de planqué pour ne pas oser affronter mon regard : quel écroulement moral ! Quel effondrement ! Tout fut bon pour assurer ta défection en rase campagne. Plutôt passer pour le roi des poltrons que d’avoir à m’expliquer que tu avais fait sous toi.
 
Comme tu avais touché le fond, tu ne t’arrêtas pas à ce niveau d’indécence. Tu n’avais plus rien à perdre. Tu devais tout brouiller et transformer l’histoire en la retournant comme une chaussette. Devenir en quelque sorte négationniste ! Tu entrepris d’inverser les rôles. Puisque tu n’étais pas l’imposteur, il fallait bien qu’il y en eût un, et il était tout désigné : moi !
 
Le 2 novembre tu rédigeas "une mise au point" sur le site de La Règle du jeu dans laquelle tu racontas - espèce de ladre - que je t’avais piégé. Piégé ! “J’ai été contacté il y a quelques jours au sujet d’une pétition contre la loi Gayssot dont Robert Badinter devait être le signataire vedette. On m’a promis un Robert (Badinter) mais, hélas, j’ai découvert un tout autre Robert, in fine, sur la liste :  Faurisson !” écrivis-tu.
 
Sous la pression de ton entourage israélien, le trouillomètre était remonté de plusieurs degrés. La maison BHL tremblait sur ses fondations.
 
Tu poursuivais ton articulet en ces termes ”Je n’admettrai d’aucune manière (…) que mon nom figure sur une pétition signée par M. Faurisson ou par quelques autres sires de moindre notoriété mais de même acabit. Je n’accepterai jamais (…) que mon nom soit associé à quelque démarche visant, de quelque manière que ce soit, à réhabiliter ou banaliser le révisionnisme.”
 
Tout le monde ne tomba pas dans le panneau. Surpris de ta réponse qui avait une odeur de couche-culottes pleines, les journalistes Abel Mestre et Caroline Monnot, du blog Droite(s) extrême(s) du Monde, menèrent une enquête dont voici la conclusion : “Le problème est que la vérité semble différente. En effet, vérification faite avec Google-cache (la mémoire du moteur de recherche), une phrase figurait initialement dans le papier de Moix expliquant son opposition à la loi Gayssot. Or, cette phrase primordiale a été retirée depuis. La voici: "J’ai signé une pétition en ce sens, sur laquelle figurent évidemment, figurent logiquement, mes pires ennemis et les ordures les plus avérées". Cette phrase tendrait donc à montrer que contrairement à ses assertions, M. Moix connaissait l'identité de certains signataires de cette pétition.” Et parmi ses signataires : Robert Faurisson, dont il disait n’avoir jamais vu le nom au côté des autres !
 
Durant un an, nous ne nous adressâmes plus la parole. À quoi bon reprendre une discussion qui n’avait pas commencé ? De mon côté, je me doutais que tout essai d’éclaircissement de ta part ne me convaincrait oncques. J’avais reniflé derrière tes phrases auto-justificatrices un goût de mort. Et puis il y avait trop de mauvaise foi dans tout cela.
 
Vint septembre 2011, mois où sortit officiellement sur le Net le documentaire que j’avais réalisé sur Faurisson un an auparavant. Tu en étais bien informé, à nouveau, puisque c’est toi qui m’avais donné l’idée du titre avant notre querelle. Nous avions d’abord espéré en faire un livre. À cet effet, tu m’avais présenté à Philippe Sollers au bar du Montalembert, à côté de Gallimard, dans l’espoir qu’il tentât avec moi un coup à la Jonathan Littell sur lequel j’avais publié une étude chez Scali. Les temps étaient mûrs, pensions-nous. Mais le jour dit tu n’osas pas franchir le Rubicon et j’en restai à conseiller au directeur de L’Infiniqui fixait le fond de son verre de J&B en comprenant mal ce que je foutais là, la lecture d’une excellente interview de Mahmoud Ahmadinejad dans Newsweek.
 
Ce film unique en son genre était la suite logique de ma pétition. Je t’avais envoyé des photos du tournage à Vichy en temps réel, en particulier les lieux d’habitation et de travail de ton héros François Mitterrand, le Florentin champion du monde de retournements de veste. La chemise rose que portait le professeur lorsque je l’interrogeai dans les rues de l’ancienne ville de l’État français t’avait beaucoup plu.
 
Le temps avait passé : ce documentaire aurait dû sortir en DVD, mais le sort en décida autrement et il figurait désormais, sous-titré en plusieurs langues, dont l’arabe et le croate, sur un site dédié.
 
Le 5 octobre 2011 je t’en fis parvenir l’adresse URL. Tu me répondis comme si nous nous étions quittés la veille. La tension était retombée. L’anecdote portant sur le surnom dont le jeune Faurisson était affublé (“Menon”) te fit bien rire. Je te proposai d’en causer en terrasse de notre café habituel, en compagnie d’un havane. Tu acceptas derechef.
 
- On parlera de ton documentaire qui est vraiment très bon. Enterrons la hache de guerre, lanças-tu.
 
Nous nous revîmes sans évoquer notre mésentente. La faute était oubliée, loin derrière nous. Le ressentiment n’est pas mon genre (mais la justice, si).
 
- Il reste 5 heures de rushes, j’attends qu’un producteur israélien me donne 10 millions pour lancer le DVD complet, te dis-je.
 
Nous rîmes de bon coeur, nous moquant, moi de l’Iran, toi d’Israël. C’était reparti comme au bon vieux temps !
 
Jusqu’au printemps 2013, où tu m’annonças au même endroit et d’une voix terne que tu ferais “tout, absolument tout” pour obtenir le prix Renaudot. Je compris aussitôt ce qu’il allait advenir. Six mois plus tard tu l’obtenais pour ton roman Naissance (Grasset), à la genèse duquel j’avais assisté, étape par étape. Contrairement à la coutume, je ne figurais pas dans les remerciements. Dieu sait pourtant que j’étais drôlement présent, et sous diverses espèces, dans ce gros livre à moitié raté qui malgré le tapage n’a pas dépassé les 40 000 ventes. Nous y reviendrons tôt ou tard…
 
J’apprends que tu prétends désormais à qui veut l’entendre que nous ne nous sommes pas revus depuis notre brouille pétitionnaire de 2010.  Il paraît aussi que tu fais courir le bruit que j’aurais passé un an en Iran. Pour devenir mollah sans doute ?
 
V’là-t’y pas qu’avec l’ambition la panique te reprend !
 
Je possède tellement de preuves du contraire de ce que tu affirmes que tu as perdu d’avance la bataille du mensonge, si bon joueur d’échecs sois-tu.
 
Te comparant à Nabe, parangon d’égotisme, tu m’as dit une fois en sortant du 25 ter route des Gardes à Meudon, après m’avoir présenté à Lucette Destouches, veuve Céline:
 
- On peut me blâmer tant qu’on voudra, il n’empêche que moi je suis un bon camarade !
 
C’est vrai, tu fus un bon camarade. C’est pourquoi je ne te laisserai pas tomber entre de vilaines mains.
 
Arrivederci, amico mio !
 
 
 
Le citoyen Blanrue.
 
 

 
 
[1] "Mieux vaut vivre un jour comme un lion que cent ans comme un mouton."
 
 
 
DOCUMENT INÉDIT REMETTANT EN CAUSE LA VERSION OFFICIELLE DE L'HISTOIRE ! CLIQUEZ ! (précision : les adresses e-mails de Moix et Blanrue ne sont pas floutées car elles ont changé depuis)