Catégories

Newsletter

Blog catégories

Vers une troisième guerre mondiale juive ?

Publié le 25/05/2022

  • Vers une troisième guerre mondiale juive ?

Par Thomas Dalton - 18 MAI 2022 -

Grâce au conflit en cours en Ukraine, nous semblons en effet foncer tête baissée vers une guerre majeure - peut-être une troisième guerre mondiale, peut-être la première (et peut-être la dernière) guerre nucléaire au monde. Les dirigeants ukrainiens et leurs soutiens occidentaux semblent déterminés à se battre jusqu'au dernier homme, et Vladimir Poutine, en guerrier froid de la vieille école, semble tout aussi déterminé à aller de l'avant jusqu'à la "victoire". La cause semble désespérée pour l'Ukraine, qui ne peut raisonnablement espérer l'emporter dans un conflit prolongé avec l'une des plus grandes armées de la planète. Au mieux, elle peut saigner la Russie sur une période de plusieurs mois ou années, mais seulement au prix d'une auto-saignée massive. Il semble que l'Ukraine sera le perdant dans cette lutte, quoi qu'il arrive.

Dans les médias occidentaux, on nous présente un scénario remarquablement simplifié : Poutine est un belliciste maléfique qui veut simplement étendre le territoire russe ; à cette fin, il exploite les événements en Ukraine, déployant son armée apparemment pour soutenir les districts russophones de Lougansk et Donetsk dans la région du Donbass, dans l'est de l'Ukraine. Mais ce n'est qu'une couverture, disent-ils, pour sa quête folle de reconstruction de l'empire russe. Pour atteindre son objectif, il est prêt à infliger n'importe quel dommage matériel et à tuer n'importe quel nombre de civils. Heureusement, disent nos médias, Poutine a jusqu'à présent été largement maîtrisé ; les courageux combattants ukrainiens "récupèrent" constamment des terres, l'avancée de la Russie est "au point mort" et, en fait, la Russie semble en danger de perdre.

Par conséquent, les États-Unis et leurs alliés doivent faire tout ce qu'ils peuvent pour "aider" et "soutenir" les courageux Ukrainiens et leur leader héroïque mais assiégé, Volodymyr Zelensky. Aucune somme d'argent, aucun assortiment d'armes mortelles, aucun renseignement militaire n'est de trop. Comme la Seconde Guerre mondiale, cette "guerre" est une lutte inconditionnelle du Bien contre le Mal ; par conséquent, l'Occident, en tant que parangon moral du monde, doit s'engager, faire des sacrifices et veiller à ce que le Bien prévale.

Et en effet, le soutien financier provenant uniquement des États-Unis est à couper le souffle : Début mai, le Congrès a approuvé une aide de 13,6 milliards de dollars, dont une grande partie est destinée au soutien militaire direct de l'Ukraine. Et pourtant, cela ne couvrirait que les coûts jusqu'en septembre. C'est pourquoi le président Biden a récemment demandé une enveloppe supplémentaire de 33 milliards de dollars, qui comprendrait plus de 20 milliards de dollars d'aide militaire et de sécurité et, étonnamment, 2,6 milliards de dollars pour "le déploiement de troupes américaines dans la région", afin de "protéger les alliés de l'OTAN". Incroyablement, le Congrès a répondu en approuvant 40 milliards de dollars, ce qui porte le total de l'aide à ce jour à 54 milliards de dollars. À titre de comparaison, cela représente plus de 80 % du budget annuel de la défense de la Russie, qui s'élève à 66 milliards de dollars. (En revanche, l'Amérique alloue bien plus de 1 000 milliards de dollars - soit 1 000 milliards de dollars - par an en dépenses militaires directes et indirectes).

Il est à noter que ce soutien et cette défense inconditionnels de l'Ukraine font l'objet d'une opinion quasi unanime dans l'ensemble du spectre politique américain et dans toute l'Europe. Droite et gauche, conservateurs et libéraux, classe ouvrière ou élite aisée, tous les secteurs de la société sont apparemment unis dans leur opposition au méchant Poutine. À une époque où pratiquement aucune question ne fait l'unanimité, la cause ukrainienne est un exemple extrêmement rare d'accord bipartite et multisectoriel. Les rares dissidents - comme Tucker Carlson de Fox News et une poignée de renégats de l'alt-right - sont régulièrement attaqués comme des "atouts russes" ou des "outils de Poutine". Il n'y a pas de place pour le désaccord, pas d'espace pour le débat, aucune opinion opposée n'est autorisée.

En fait, il s'agit d'un nouveau cas de ce que je pourrais appeler la "malédiction de l'unanimité" : lorsque tous les partis de la société américaine sont unis sur un sujet, quel qu'il soit, il faut vraiment s'inquiéter. Ici, il semble que la réalité soit celle d'un puissant Lobby juif, s'exerçant (à nouveau) dans le sens de la guerre, pour des raisons de profit et de vengeance contre un ennemi détesté. Il y a, en effet, une main juive à l'œuvre ici, qui pourrait bien nous conduire à une autre guerre mondiale, et même à une guerre nucléaire - qui, dans le pire des cas, pourrait signifier la fin littérale d'une grande partie de la vie sur cette planète. L'unanimité se fait lorsque toutes les parties sont soumises, de diverses manières, aux exigences du Lobby, et lorsque le public a été induit en erreur et même soumis à un lavage de cerveau par des médias juifs coordonnés pour qu'il croie au récit standard.

Le meilleur remède à cette situation catastrophique est la liberté d'expression sans restriction. Le Lobby le sait, cependant, et prend donc toutes les mesures possibles pour inhiber la liberté d'expression. Normalement, une telle lutte va et vient en fonction du sujet et de l'époque, mais aujourd'hui, la situation est catastrophique. Aujourd'hui plus que jamais, l'absence de liberté d'expression pourrait être fatale à la société civilisée.

Contexte et préparation

Pour bien comprendre le rôle joué par les Juifs dans le conflit entre la Russie et l'Ukraine, nous devons passer en revue quelques éléments historiques pertinents. Au cours des siècles, les terres de l'actuelle Ukraine ont fait l'objet de batailles constantes, les Polonais, les Austro-Hongrois et les Russes les dominant tour à tour. La Russie a pris le contrôle de la majeure partie de l'Ukraine à la fin du XVIIIe siècle et l'a conservé plus ou moins longtemps jusqu'à l'éclatement de l'Union soviétique en 1991 ; c'est pourquoi Poutine affirme que le pays fait "partie de la Russie".

Pour leur part, les Juifs ont connu une relation particulièrement tumultueuse avec la Russie, allant du dégoût et de la détestation à une haine brûlante. Il se trouve que les Juifs ont émigré en Russie au 19e siècle, pour atteindre environ 5 millions de personnes. Ils constituaient une force perturbatrice et agitatrice au sein de la nation et se sont donc attiré l'aversion des tsars Nicolas Ier (règne de 1825 à 1855), Alexandre II (de 1855 à 1881, date à laquelle il a été assassiné par une bande d'anarchistes en partie juifs) et surtout Nicolas II (de 1894 à 1917) - ce dernier ayant été assassiné à son tour, avec sa famille, par une bande de bolchevistes juifs en 1918. Dès 1871, l'activiste russe Mikhaïl Bakounine pouvait qualifier les Juifs russes de "secte exploiteuse unique, une sorte de peuple suceur de sang, un parasite collectif" [1] L'assassinat d'Alexandre a déclenché une série de pogroms qui ont duré des décennies, et qui ont préparé le terrain pour une haine juive persistante de tout ce qui est russe [2].

Pour les besoins actuels, cependant, nous pouvons sauter à l'élection présidentielle ukrainienne de 2004 (je note que l'Ukraine a également un premier ministre, mais contrairement à ce qui se passe dans la plupart des pays européens, il a généralement des pouvoirs limités). En 2004, il s'agissait des "deux Viktor" : le pro-occidental V. Iouchtchenko et le pro-russe V. Yanoukovitch. Au premier tour, les deux candidats étaient presque à égalité, et ils se sont donc retrouvés au second tour, où M. Ianoukovitch l'a emporté d'environ trois points de pourcentage. Mais sur fond d'accusations de fraude électorale, les Ukrainiens de l'Ouest ont lancé une "révolution orange" - soutenue par la Cour suprême ukrainienne - qui a annulé ces résultats et imposé un nouveau second tour. La deuxième fois, les rôles étaient inversés et le pro-occidental Iouchtchenko l'emportait de huit points. L'Occident est ravi, et Poutine est naturellement fou de rage.

Les années suivantes ont été marquées par des turbulences financières et, sans surprise, par un harcèlement constant de la part de la Russie. En 2010, les Ukrainiens sont prêts pour un changement et, cette fois, Ianoukovitch l'emporte haut la main sur une concurrente juive, Ioulia Timochenko, qui avait notamment "codirigé la révolution orange". La Russie, pour une fois, était satisfaite du résultat.

Mais bien sûr, à l'Ouest, l'Europe et les États-Unis étaient très mécontents, et ils n'ont pas tardé à déployer des efforts pour inverser les choses une fois de plus. Entre autres stratégies, ils ont apparemment décidé de déployer les dernières technologies de pointe et les médias sociaux. C'est ainsi qu'en juin 2011, deux des principaux dirigeants de Google - Eric Schmidt et un jeune juif de 30 ans nommé Jared Cohen - sont allés rendre visite à Julian Assange au Royaume-Uni, alors assigné à résidence. Il est bien connu, soit dit en passant, que Google est une entreprise juive, dont les fondateurs juifs Sergei Brin et Larry Page dirigent le navire [3].

L'objectif nominal du voyage était de mener des recherches pour un livre sur lequel Schmidt et Cohen travaillaient, concernant l'intersection de l'action politique et de la technologie - en d'autres termes, comment fomenter des révolutions et orienter les événements dans la direction souhaitée. Comme le raconte Assange dans son livre de 2014 intitulé When Google Met Wikileaks  (Google contre Wikileaks), il n'était initialement pas conscient des intentions et des motivations profondes de ses interlocuteurs. Ce n'est que plus tard qu'il a appris que Schmidt avait des liens étroits avec l'administration Obama, et que Cohen travaillait activement à des bouleversements politiques. Comme l'écrit Assange, "Jared Cohen pourrait être ironiquement appelé le 'directeur du changement de régime' de Google". Leurs cibles immédiates étaient Yanoukovitch en Ukraine et Assad en Syrie.

Début 2013, l'ambassade américaine à Kiev formait des nationalistes ukrainiens de droite sur la manière de mener une révolte ciblée contre Ianoukovitch. Ils n'allaient pas tarder à saisir leur chance.

Fin 2013, Ianoukovitch a décidé de rejeter un prêt du FMI parrainé par l'UE, assorti de toutes les vilaines conditions habituelles, en faveur d'un prêt comparable sans conditions de la Russie. Ce revirement apparent, de l'Europe vers la Russie, a été le déclencheur nominal du début des actions de protestation. C'est ainsi qu'a débuté le "soulèvement de Maidan", mené en grande partie par deux groupes nationalistes extrêmes : : Svoboda et Secteur droit [4]. Les manifestations se sont poursuivies pendant près de trois mois, gagnant progressivement en intensité ; lors d'une émeute notable vers la fin, une centaine de manifestants et 13 policiers ont été abattus.

Alors que le soulèvement atteint son apogée, au moins une personnalité juive américaine s'y intéresse de près : Victoria Nuland. En tant que secrétaire d'État adjointe d'Obama (d'abord sous Hillary Clinton, puis sous le demi-juif John Kerry), Nuland avait un droit de regard direct sur les événements en Europe de l'Est [5]. Et pour elle, c'était personnel : son père, Sherwin Nuland (né Shepsel Nudelman), était un juif ukrainien. Elle était impatiente de chasser du pouvoir le pro-russe Yanoukovitch et de le remplacer par un substitut favorable à l'Occident et aux Juifs. Et elle avait quelqu'un de précis en tête : Arseniy Iatseniouk. Le 27 janvier 2014, alors que les émeutes atteignaient leur paroxysme, Nuland a appelé l'ambassadeur américain en Ukraine, Jeff Pyatt, pour discuter d'urgence de la question. Nuland n'a pas mâché ses mots : "Yats" était son homme. Nous le savons parce que l'appel a apparemment été mis sur écoute et que le dialogue a ensuite été publié sur Youtube. En voici un court extrait :

Nuland : Je pense que Yats est le type qui a l'expérience économique, l'expérience du gouvernement. Il est le... , ce dont il a besoin, c'est de Klitsch et Tyahnybok à l'extérieur. Il doit leur parler quatre fois par semaine, vous savez. Je pense juste que Klitsch va entrer..., il va être à ce niveau en travaillant pour Iatseniouk, ça ne va pas marcher.

Pyatt : Ouais, non, je pense que c'est vrai. OK. Bien. Voulez-vous que nous organisions un appel avec lui comme prochaine étape ? [...]

Nuland : OK, bien. Je suis contente. Pourquoi ne pas lui tendre la main et voir s'il veut parler avant ou après.

Pyatt : OK, je le ferai. Merci.

Il était clair pour eux deux, cependant, que les dirigeants de l'UE avaient d'autres idées. L'UE était bien plus soucieuse d'être une partie neutre et d'éviter toute intervention directe dans les affaires ukrainiennes afin de ne pas contrarier indûment la Russie. Mais, conformément à la tradition juive, Nuland n'en avait cure. Un peu plus tard, au cours du même appel téléphonique, elle a prononcé sa phrase désormais célèbre : "Fuck the EU". Voilà pour la subtilité juive [6].

Mais il y avait un autre angle que presque tous les médias occidentaux ont évité de commenter : "Yats" était également juif. Dans une rare mention, nous lisons dans un article du Guardian de 2014 que "Yatsenyuk a occupé plusieurs postes de haut niveau, y compris à la tête de la banque centrale du pays, la Banque nationale d'Ukraine... Il a minimisé ses origines juives-ukrainiennes, peut-être en raison de la prévalence de l'antisémitisme dans le cœur de l'Ukraine occidentale de son parti." Pour une raison quelconque, de tels faits ne sont jamais pertinents pour les médias occidentaux.

Lorsque le soulèvement de Maidan a fait place à la révolution de Maidan en février 2014, Ianoukovitch a été chassé du pouvoir, fuyant vers la Russie. Les forces pro-occidentales ont alors réussi à nommer "Yats" au poste de premier ministre, avec effet immédiat, travaillant conjointement avec le président Oleksandr Tourtchinov. Cette direction provisoire a été officialisée lors d'une élection surprise en mai 2014, qui a vu la victoire du candidat pro-occidental Peter Porochenko. (Le candidat arrivé en deuxième position n'était autre que Ioulia Timochenko - la même dame juive qui avait perdu contre Ianoukovitch en 2010).

C'est dans ces circonstances que Poutine a envahi et annexé la Crimée, en février 2014. C'est également à cette époque que les séparatistes russes du Donbass ont lancé leur contre-révolution, initiant une guerre civile virtuelle en Ukraine ; à ce jour, huit ans plus tard, environ 15 000 personnes sont mortes au total, dont de nombreux civils.

Ce coup d'État parrainé par les Américains étant terminé, les juifs ukrainiens ont commencé à tendre la main à l'Occident pour accroître leur influence. C'est ainsi que quelques mois seulement après Maidan, le fils dévoyé du vice-président américain est entré en contact avec un juif ukrainien de premier plan, Mykola Zlochevsky, qui dirigeait une grande entreprise gazière appelée Burisma. C'est ainsi que Hunter Biden s'est incroyablement retrouvé au conseil d'administration d'une société dont il ne connaissait rien, dans un secteur dont il ne connaissait rien, et qui était néanmoins capable de le "payer" plus de 500 000 dollars par an - évidemment, pour avoir accès au père Joe et donc au président Obama. Hunter a occupé ce rôle prestigieux pendant environ cinq ans, ne démissionnant qu'en 2019, alors que son père entamait sa course fatidique à la présidence [7].

Malgré un mandat mouvementé, Iatsenyouk a réussi à conserver son poste de Premier ministre pendant plus de deux ans, pour finalement démissionner en avril 2016. Il a été remplacé par un autre individu juif, Volodymyr Groysman, qui est resté en poste jusqu'en août 2019. La main juive ne s'est pas arrêtée. Tout cela a préparé le terrain pour l'ascension de l'ultime joueur juif, Volodymyr Zelensky.

Cette situation est d'autant plus remarquable que les juifs sont une petite minorité en Ukraine. Les estimations varient considérablement, mais la population juive serait comprise entre un maximum de 400 000 et un minimum de 50 000 personnes. Avec une population totale de 41 millions d'habitants, les juifs représentent, au maximum, 1% de la nation, et pourraient être aussi peu que 0,12%. Dans des conditions normales, une minuscule minorité comme celle-ci devrait être presque invisible ; mais ici, elle domine. Telle est la main juive.

Entrez, les oligarques juifs !

En Ukraine, il y a un "deuxième gouvernement" qui dirige beaucoup de choses. Ce gouvernement fantôme est une oligarchie : un système de domination par les hommes les plus riches. Sur les cinq milliardaires ukrainiens les plus riches, quatre sont juifs : Igor (ou Ihor) Kolomoysky, Viktor Pinchuk, Rinat Akhmetov et Gennadiy Bogolyubov. Juste derrière eux, dans la classe des multimillionnaires, on trouve des juifs comme Oleksandr Feldman et Hennadiy Korban. Collectivement, ce groupe est souvent plus efficace pour imposer sa volonté que n'importe quel législateur. Et sans surprise, ce groupe a été constamment mêlé à des affaires de corruption et à des scandales judiciaires, impliqué dans des crimes tels que des enlèvements, des incendies criminels et des meurtres [8].

Le premier nommé ci-dessus présente un intérêt particulier. M. Kolomoysky est depuis longtemps actif dans le secteur bancaire, les compagnies aériennes et les médias, et guide des célébrités mineures vers la célébrité politique. En 2005, il est devenu le principal actionnaire du groupe 1+1 Media, qui possède sept chaînes de télévision, dont la très populaire chaîne 1+1. (Le groupe 1+1 a été fondé en 1995 par un autre juif ukrainien, Alexander Rodnyansky). Ayant gagné jusqu'à 6 milliards de dollars au cours de la dernière décennie, la richesse nette actuelle de Kolomoysky est estimée à environ 1 milliard de dollars.

Peu de temps après avoir acquis 1+1, Kolomoysky s'est attaché à un comédien juif prometteur du nom de Volodymyr Zelensky. Zelensky a travaillé dans les médias toute sa vie d'adulte, et a même cofondé un groupe de médias, Kvartal 95, en 2003, à l'âge de 25 ans seulement. Après avoir joué dans des longs métrages, il est passé à la télévision au début des années 2010, et a fini par jouer dans l'émission à succès 1+1 "Serviteur du peuple", où il incarnait un enseignant prétendant être président de l'Ukraine. Puis il y a eu le remarquable sketch comique de 2016 dans lequel Zelensky et ses amis jouent du piano avec leur pénis - en d'autres termes, l'humour juif scatologique typique des bas-fonds, avec les compliments de Zelensky et Kolomoysky.

Au début de 2018, le duo était prêt à se lancer dans la politique. Zelensky a enregistré son nouveau parti politique pour les prochaines élections de 2019, et s'est déclaré candidat à la présidence en décembre 2018, quatre mois seulement avant l'élection. Au final, bien sûr, il a gagné, avec 30 % des voix au premier tour, puis en battant le président sortant Porochenko au 2e tour par une énorme marge de 50 points. La publicité favorable incessante faite par 1+1 a été créditée d'avoir fait une réelle différence. Il est à noter que la troisième place de cette élection a été, une fois de plus, occupée par Yulia Timoshenko- comme une monnaie de mauvais aloi, elle revient sans cesse [9].

Zelensky a d'ailleurs profité de façon spectaculaire de son "ascension fulgurante" vers la gloire et le pouvoir. Sa société de médias Kvartal 95 lui rapporte quelque 7 millions de dollars par an. Il détient également une part de 25 % de Maltex Multicapital, une société écran basée dans les îles Vierges britanniques, dans le cadre d'un "réseau de sociétés off-shore" qu'il a contribué à établir en 2012. Un politicien de l'opposition ukrainienne, Ilya Kiva, a récemment suggéré que Zelensky exploite actuellement des "centaines de millions" de financements qui affluent dans le pays, et que Zelensky lui-même gagne personnellement "environ 100 millions de dollars par mois." Un parti néerlandais, le Forum pour la démocratie, a récemment estimé la fortune de Zelensky à la somme stupéfiante de 850 millions de dollars. Apparemment, le "Churchill de l'Ukraine" se porte plutôt bien, même si son pays brûle.

Dans tous les cas, il est clair que Zelensky doit beaucoup à son mentor et sponsor, Kolomoysky. Ce dernier l'a même admis fin 2019, dans une interview pour le New York Times. "Si je mets des lunettes et que je regarde en arrière, a-t-il déclaré, je me vois comme un monstre, comme un marionnettiste, comme le maître de Zelensky, quelqu'un qui fait des plans apocalyptiques. Je peux commencer à rendre tout cela réel" (13 novembre). En effet, l'apocalypse Kolomoysky/Zelensky est presque arrivée.

Entre la domination des oligarques juifs et les manipulations du lobby juif mondial, l'Ukraine d'aujourd'hui est une nation en désordre - et elle l'était bien avant la "guerre" actuelle. La corruption y est endémique ; en 2015, le Guardian a titré un article sur l'Ukraine, la qualifiant de " nation la plus corrompue d'Europe. " Une agence internationale de classement de la corruption avait récemment évalué ce pays au 142e rang mondial, pire que le Nigeria et égal à l'Ouganda. En conséquence, l'économie ukrainienne a terriblement souffert. Avant le conflit actuel, son revenu par habitant de 8700 dollars la plaçait au 112e rang mondial, derrière l'Albanie (12 900 dollars), la Jamaïque (9100 dollars) et l'Arménie (9700 dollars) ; c'est de loin le pays le plus pauvre d'Europe, et son PNB est bien en dessous de celui de la Russie (25 700 dollars par personne). Appauvris, corrompus, manipulés par des juifs, actuellement en guerre chaude - les pauvres Ukrainiens sont for à plaindre.

Vive l'empire américain

Assez d'histoire et de contexte ; allons droit au but. Avec un regard lucide, il est évident que Zelensky et ses amis veulent prolonger une guerre qu'ils n'ont aucun espoir de gagner : ils en tirent d'immenses profits. En outre, l'acteur Zelensky a la possibilité de se produire sur la scène mondiale, ce qu'il ne manquera pas de convertir en dollars supplémentaires par la suite. Chaque mois que dure le conflit, des milliards de dollars affluent en Ukraine, et Zelensky et consorts ne manquent pas d'écrémer leur "juste part". Sérieusement, qui, gagnant près de 100 millions de dollars par mois, ne ferait pas tout ce qu'il est possible de faire pour que le train de l'argent continue de circuler ? Le fait que des milliers de soldats ukrainiens meurent n'a aucune incidence sur le calcul de Zelensky ; en tant qu’escroc typique, il ne se soucie pas d'un iota du bien-être des Européens blancs. Si ses soldats meurent alors qu'ils tuent quelques Russes détestés, c'est tant mieux. Pour certains juifs ukrainiens, c'est une proposition gagnant-gagnant.

Pourquoi personne ne s'intéresse à ce sujet ? Pourquoi la corruption de Zelensky n'est-elle jamais remise en question ? Pourquoi ces faits sont-ils si difficiles à trouver ? Nous connaissons la réponse : C'est parce que Zelensky est juif, et que les juifs ne sont pratiquement jamais remis en question et jamais contestés par les Américains ou les Européens de premier plan. Les Juifs obtiennent un laissez-passer pour tout (sauf s'ils sont manifestement coupables de quelque chose d'odieux - et parfois même dans ce cas !) Ce genre de juifs obtiennent un laissez-passer de la part des autres juifs parce qu'ils se couvrent les uns les autres. Des juifs obtiennent un laissez-passer des médias parce que les médias sont détenus et gérés par des juifs. Et ces juifs obtiennent un laissez-passer de la part de non-juifs éminents qui sont à la solde de sponsors et de financiers juifs. Zelensky peut être corrompu comme l'enfer, en canalisant des millions vers des comptes off-shore, mais tant qu'il joue son rôle, personne ne dira rien.

La "guerre" continue donc, et Zelensky et ses amis s'enrichissent. Que retire l'Europe de tout cela ? Rien. Ou plutôt, pire que rien : elle obtient une guerre chaude dans son voisinage immédiat, et elle obtient un Poutine indigné qui menace de loger des missiles hypersoniques dans ses capitales en moins de 200 secondes. Ils doivent faire face à la menace, pas si lointaine, d'une guerre nucléaire. Ils voient leur monnaie baisser de 10 % par rapport au yuan en un an et de 12 % par rapport au dollar. Ils voient une grande partie de leurs approvisionnements en gaz, en pétrole et en électricité détournés ou interrompus, ce qui fait grimper les prix de l'énergie. Et ils voient leurs économies déjà fragiles à cause du Covid être mises sur la glace.

Mais peut-être méritent-ils tout cela. Comme on le sait, les États européens sont des vassaux américains, ce qui signifie qu'ils sont des vassaux de dirigeants juifs. Les dirigeants européens sont des laquais veules et pathétiques du Lobby juif. Les Judenknecht comme Macron, Merkel et maintenant Scholz, sont de tristes exemples d'humanité ; ils ont vendu leur propre peuple pour apaiser leurs suzerains. La France vient d'avoir l'occasion d'élire Le Pen, mais le peuple n'a pas réussi à rassembler la volonté nécessaire. Ainsi, l'Europe mérite son sort : guerre chaude, menace nucléaire, déclin culturel et économique, immigrants subsahariens et islamiques - tout le paquet. Si la situation se dégrade suffisamment, peut-être qu'un nombre suffisant d'Européens se rendront compte du danger juif et agiront. C'est du moins ce que nous pouvons espérer.

Et les États-Unis ? Nous ne pourrions guère être plus heureux. Des Russes morts, le détesté Poutine en ébullition, et la possibilité de jouer une fois de plus au "sauveur du monde". Les fournisseurs militaires américains sont aux anges ; ils se moquent que la plupart de leurs armes destinées à l'Ukraine soient perdues, volées ou détruites, et que (selon certaines estimations) seuls 5 % d'entre elles parviennent au front. Pour eux, chaque article expédié est une nouvelle vente rentable, qu'il soit utilisé ou non. Et les membres du Congrès américain peuvent pontifier sur une autre "bonne guerre" alors même qu'ils approuvent des milliards d'aide.

Et peut-être la cerise sur le gâteau, nous pouvons faire pression pour une expansion de cet empire américain connu sous le nom d'OTAN. Nous devons être très clairs ici : L'OTAN est simplement un autre nom pour l'Empire américain. Les deux termes sont interchangeables. L'OTAN n'est en aucun cas une "alliance entre égaux". Le Luxembourg, la Slovaquie et l'Albanie n'ont absolument rien à offrir aux États-Unis. Peu nous chaut qu'ils "viennent à notre aide" en cas de conflit. C'est une mauvaise blague, au mieux. En réalité, ce que ces nations représentent, c'est plus de terres, plus de gens et plus de richesse économique sous la coupe des Américains. Ce sont des endroits supplémentaires pour stationner des troupes, construire des avant-postes militaires et gérer des "sites noirs". L'OTAN a toujours été, et sera toujours, l'empire américain.

La pression exercée sur l'Ukraine pour qu'elle rejoigne l'OTAN, grâce au sympathisant occidental Zelensky, était une nouvelle tentative flagrante de prise de pouvoir par les États-Unis, cette fois aux portes de la Russie. Poutine, naturellement, a pris des mesures pour contourner cela. Mais bien sûr, la pression se déplace maintenant vers la Suède et la Finlande, qui poursuivent toutes deux imprudemment leur adhésion à l'OTAN dans une quête illusoire de sécurité, alors qu'en réalité, elles ne font que vendre ce qui reste de leur âme nationale aux impitoyables maîtres judéo-américains. Pour leur bien, j'espère qu'ils seront capables d'éviter un tel avenir.

Et pendant ce temps, les juifs américains et les médias judéo-américains jouent le thème de la "bonne guerre", envoient plus d'armes et s'enfoncent toujours plus dans la zone de danger. Des juifs ukraino-américains comme Chuck Schumer sont sur le devant de la scène, appelant à l'aide, à la guerre, à la mort [10] : "L'Ukraine a besoin de toute l'aide qu'elle peut obtenir et, en même temps, nous avons besoin de tous les atouts que nous pouvons réunir pour donner à l'Ukraine l'aide dont elle a besoin", a récemment déclaré Schumer, impatient d'approuver le prochain programme d'aide de 40 milliards de dollars. Comme bien des juifs l'ont compris depuis des siècles, les guerres sont de merveilleuses occasions de faire tuer des ennemis et de gagner rapidement de l'argent. Ce n'est peut-être pas une coïncidence si l'actuelle guerre par procuration contre les ennemis des juifs en Europe de l'Est a commencé peu de temps après la fin de la guerre de 20 ans contre les ennemis des juifs en Afghanistan. La vie sans guerre est tout simplement trop ennuyeuse, pour certains.

L'indignation du public ?

Si plus qu'une fraction minuscule du public était au courant de tels détails, il serait probablement indigné. Mais comme je l'ai mentionné, les médias occidentaux contrôlés par les juifs font un excellent travail en limitant l'accès à ces informations et en détournant l'attention chaque fois que des faits aussi horribles apparaissent. La principale exception est Tucker Carlson, qui est capable de toucher quelque 3 millions de personnes chaque soir ; c'est de loin la portée la plus large pour quelque chose comme l'analyse ci-dessus. Mais Carlson n'arrive pas à définir le coupable juif derrière tous ces facteurs. Les juifs ne sont jamais identifiés  et jamais nommés par Carlson, et encore moins ciblés pour être incriminés. Cet aspect crucial est donc laissé à une poignée de sites web d'extrême droite et de droite dissidente qui, collectivement, ne touchent que quelques milliers de personnes, au mieux.

Et même si, par miracle, les 3 millions de téléspectateurs de Tucker se trouvaient éclairés sur le danger juif, cela laisserait quelque 200 millions d'adultes américains dans l’ignorance et l’inconscience. La masse des gens croit ce qu'ils voient aux informations du soir, ou dans leurs flux Facebook, ou sur Google News, ou sur CNN ou MSNBC, ou dans le New York Times - toutes des entreprises juives, d'ailleurs. C'est pourquoi, lorsqu'on les interroge, 70 % des Américains disent que l'aide actuelle à l'Ukraine est "à peu près correcte" ou même "trop faible". Et ce, malgré le fait qu'environ 50 % d'entre eux se disent "très préoccupés" par la guerre nucléaire ; il est clair qu'ils sont incapables de faire les liens nécessaires. Et pour beaucoup, c'est encore pire que cela : environ 21% seraient favorables à une "intervention militaire américaine directe" contre la Russie, ce qui signifie une Troisième Guerre mondiale explicite, avec toutes les conséquences catastrophiques que cela implique. Nos médias juifs ont fait un autre excellent travail pour attiser l'incitation publique.

En résumé, nous pouvons dire que nos médias ont habilement construit un "piège philo-sémitique" : toute mention ou critique de la main juive dans le conflit actuel est d'abord fortement censurée, puis, si nécessaire, rejetée comme de l’antisémitisme irrationnel. La sympathie envers les Ukrainiens (vraiment) pauvres et souffrants est jouée à fond, Poutine et les Russes sont diabolisés sans relâche. Des juifs américains de premier plan, comme Tony Blinken et Chuck Schumer, jouent constamment les gentils, implorant de l'aide, promettant d'aider les guerriers ukrainiens assiégés et dépassés. Qui peut résister à ce scénario ? Ainsi, il n'y a pas d'opposition, pas de questionnement, pas d'enquête plus approfondie sur les causes profondes. Les braves juifs profitent et prospèrent, les Ukrainiens et les Russes souffrent et meurent, et le monde se dirige vers un Armageddon potentiel.

La réalité est bien différente. Nos juifs mondiaux sont, en effet, des "maîtres criminels planétaires", comme Martin Heidegger l'avait compris depuis longtemps [11]. Ils fonctionnent aujourd'hui comme ils l'ont fait pendant des siècles : en tant que défenseurs des abus, de l'exploitation, de la criminalité, de la mort et des profits. C'est une vérité évidente : si le puissant lobby juif voulait une paix véritable, ou une humanité florissante, il ferait activement pression en ce sens et réussirait probablement. Au lieu de cela, nous avons un chaos sans fin, des guerres, du terrorisme, des bouleversements sociaux et des morts, alors même que les poches des juifs ne cessent de se remplir. Et le seul remède possible à tout cela - la véritable liberté d'expression - nous échappe.

D'un côté, je crains beaucoup pour notre avenir. D'autre part, je pense que nous avons ce que nous méritons. Lorsque nous permettons à des juifs malveillants de dominer nos nations, et qu'ils nous entraînent ensuite dans la guerre et la catastrophe mondiale, eh bien, que pouvons-nous dire ? Peut-être qu'il n'y a pas d'autre moyen que d'attendre l'inévitable conflagration, d'exercer un châtiment dans le chaos qui s'ensuit, puis de reconstruire la société à partir de zéro, en étant plus sages et plus intelligents.

Thomas Dalton, PhD, est l'auteur de The Jewish Hand in the World Wars (2019). Il a écrit ou édité plusieurs autres livres et articles sur la politique, l'histoire et la religion, avec un accent particulier sur le national-socialisme en Allemagne. Ses autres travaux comprennent une nouvelle série de traductions de Mein Kampf, ainsi que les livres Eternal Strangers (2020) et Debating the Holocaust (4th ed, 2020). Plus récemment, il a édité une nouvelle édition de l'ouvrage classique de Rosenberg, Myth of the 20th Century, et un nouveau livre de caricatures politiques, Pan-Judah ! Tous ces ouvrages sont disponibles sur http://www.clemensandblair.com . Voir aussi son site personnel http://www.thomasdaltonphd.com .

Notes

[1] Cité dans Wheen, Karl Marx (1999), p. 340.

[2] La récente défense par la Russie d'Assad en Syrie, contre Israël, n'a évidemment pas amélioré les choses. Pas plus que le fait que Poutine, autrefois considéré comme un outil des oligarques juifs russes, ait été capable de renverser la situation et de les tenir en échec.

[Google s'est montré particulièrement tenace dans la modification des résultats de son moteur de recherche pour censurer ("dé-ranger") les critiques du pouvoir juif et étouffer les voix alternatives. Et Google possède Youtube, une autre force de censure, qui est actuellement dirigée par une spécialiste juive Susan Wojcicki. Grâce à leurs efforts, Brin et Page sont parmi les hommes les plus riches du monde ; chacun d'eux vaut actuellement plus de 100 milliards de dollars.

[4] Svoboda a commencé son existence sous le nom de "Parti social-national d'Ukraine" - une allusion pas très subtile au national-socialisme. C'est, en partie, la raison pour laquelle Svoboda et ses alliés ont été qualifiés de "néo-nazis"[5].

[5] Nuland est actuellement "sous-secrétaire d'État aux affaires politiques" dans l'administration Biden.

[6] Un autre juif probablement impliqué dans cet incident est l'investisseur hongro-américain George Soros. Fin 2019, l'avocat Joseph di Genova est apparu dans l'actualité, accusant ouvertement Soros d'intervenir directement dans la politique américaine : "Eh bien, il ne fait aucun doute que George Soros contrôle une très grande partie du service extérieur de carrière au Département d'État des États-Unis. ... Mais la vérité est que George Soros avait quotidiennement l'occasion de dire au Département d'État, par l'intermédiaire de Victoria Nuland, ce qu'il fallait faire en Ukraine. Et il l'a fait, Soros l'a fait."

[7] Pour ce que ça vaut, Hunter semble avoir un "truc" avec les dames juives. En 2016, alors qu'il était marié, il s'est mis en ménage avec la veuve juive de son frère décédé, Hallie Olivere Biden. Le mariage a échoué et la liaison illicite s'est éteinte au bout d'un an environ, mais le toujours aussi industrieux Hunter s'est accroché à une autre éminence juive, la "cinéaste" Melissa Cohen, en 2018. Ils se sont mariés en 2019.

[8] Dans une citation révélatrice, le nationaliste ukrainien Dmytro Yarosh a un jour posé cette question : "Je me demande comment on en est arrivé à ce que la plupart des milliardaires en Ukraine soient juifs ?". L'activité criminelle constitue sûrement une grande partie de la réponse.

[9] Peu de temps après avoir remporté la présidence, Zelensky a nommé un autre personnage juif, Andriy Yermak, "chef de l'administration présidentielle". (L'actuel premier ministre, Denys Shmyhal, ne semble pas être juif).

[10] D'autres Ukraino-américains juifs, comme Steven Spielberg et Jon Stewart, ainsi que les héritiers de la fortune de Sheldon Adelson [qui était d’origine ukraino-lituanienne], sont certainement tout aussi ravis de la tournure des événements.

[11] Cité dans P. Trawney, Heidegger et le mythe d'une conspiration juive mondiale (2015), p. 33.

https://www.unz.com/article/the-jewish-hand-in-world-war-three/ [A noter que Ron Unz, fondateur du site du même nom, "né en Californie d'un immigrant juif ukrainien, il grandit dans un foyer parlant le yiddish. Sa mère, Esther-Laio Avrutin, avait rencontré son père dans un avion à destination d'Israël. Professeur du Midwest , il devint plus tard brièvement son amant en lui rendant visite à quelques reprises à Los Angeles. Elle décida unilatéralement d'avoir un enfant avec lui, mais le père de Ron Unz était déjà marié et sa femme ouvrit une lettre d'Esther Avrutin lui racontant sa grossesse. Esther Avrutin était une militante anti-guerre qui éleva son fils en tant que mère célibataire, mais on lui donna le nom de famille de son père; Esther Avrutin revint rapidement dans la maison de sa famille après la naissance de son fils, et l'éleva dans le rigorisme des juifs orthodoxes. Source: https://stringfixer.com/fr/Ron_Unz.]