Catégories

Newsletter

Blog catégories

Elie Domota arrêté

Publié le 02/01/2022

  • Elie Domota arrêté
Violente arrestation arbitraire d'Elie Domota : 
ATPC relate la solidarité internationale en route
 
 
Lawond a Travayè é Pèp an Karayib’la

Association des Travailleurs et des Peuples de la Caraïbe

Association for Workers and Peoples of the Caribbean

Asociación de los Trabajadores y de los Pueblos del Caribe

 

 

Guadeloupe, le 31 décembre 2021

 

Infos - Guadeloupe N°Spécial

 

Chers camarades et amis de la Caraïbe et des Amériques,

* * *

 

Notre camarades Elie Domota, porte-parole du LKP, membre du Collectif des organisations en lutte mobilisé depuis le 17 juillet 2021 contre contre le pass-sanitaire, l’obligation vaccinale et les privations de nos libertés fondamentales, a été agressé et arrêté par les forces de répression du pouvoir colonial français lors d’une manifestation pacifique sur la voie publique ce jeudi 30 décembre 2021.

 

Il a été libéré en début de soirée devant une foule immense massée devant le commissariat de Pointe-à-Pitre.

 

La mobilisation se poursuit avec encore plus de détermination ont affirmé les organisations du collectif, comme le précisent aussi les communiqués de l’UGTG et de LKP(ci-dessous).

 

La solidarité aussi se poursuit ( voir dans, les pages suivantes, certains de nombreux messages de soutiens et de solidarité).

 

Multipliez vos protestations, avec copie à ATPC, à : Agence régionale de santé (ARS) Guadeloupe : [email protected] Préfecture de Guadeloupe : [email protected]

 

Au ministre de l’Intérieur : [email protected] Au ministre de la Justice, à la secrétaire générale du cabinet du garde des sceaux : [email protected]

 

***************

Guadeloupe

 

* U.G.T.G UNION GENERALE DES TRAVAILLEURS DE GUADELOUPE

Pointe-à-Pitre, le 30 Décembre 2021.

 

COMMUNIQUÉ DE PRESSE DE L’UGTG A propos de l’arrestation de Elie DOMOTA – Ancien Secrétaire Général de l’UGTG

 

Ce Jeudi 30 Décembre 2021, notre Dirigeant Elie DOMOTA- Ancien Secrétaire Général de l’UGTG, Porte-Parole du LKP, a été agressé et interpellé par la Gendarmerie lors de la mobilisation à Petit-Pérou. Les forces de l’ordre ont fait usage de gaz lacrymogènes, tiré en plein visage, alors qu’il était dans une marche pacifique, sur la voie publique. Il s’agit là d’une atteinte grave à une liberté fondamentale qu’est le droit de manifester. Les Travailleurs sont mobilisés contre l’obligation vaccinale et le pass sanitaire. 

 

L’UGTG considère que l’arrestation d’Elie DOMOTA est à nouveau une provocation. 


Nous réaffirmons notre engagement avec les Travailleurs et le Peuple de Guadeloupe en lutte, pour le respect de leur dignité, leurs droits et leur liberté. Nou ni rézon menné lalit, nou péké lagé !

 

L’UGTG demande à tous les adhérents et militants à renforcer la mobilisation an larila !

Lagé Elie ! Sendikalis pa kriminèl ! LAGÈ DÉKLARÉ !

La Secrétaire Générale de l’UGTG M.HUBERT-M’TOUMO

 

 

 

 

 

 

COMMUNIQUÉ du LKP

 

Ce jour, Jeudi 30 Décembre 2021, au giratoire de Petit-Pérou sur le territoire des Abymes, lors d’une intervention conjuguée de la Police et de la Gendarmerie mobile françaises, notre leader Elie DOMOTA a été arrêté et menotté, vers les 14 H 15. 

 

Nous élevons la plus vive protestation contre cet arbitraire qui ne peut se fonder sur aucun acte illicite. DOMOTA a été ciblé par les Gendarmes avant qu’il ne soit livré à la Police et emmené au Commissariat Central. 

 

Nous marchions, comme c’est le cas depuis le 17 Juillet 2021, sur une route guadeloupéenne, parce que nous sommes contre le pass-sanitaire, l’obligation vaccinale et les privations de nos libertés fondamentales. Notre manifestation de ce jour avait débutée dans les rues de Pointe à Pitre et pour l’occasion nous avions insisté pour être reçu par le Sous-Préfet qui fit fermer toutes les portes du bâtiment. Nous décidons alors de changer de quartier. Et, c’est donc dans un guet-apens que les forces de répression françaises ont arrêté Elie DOMOTA. 

 

NOUS EXIGEONS SA LIBÉRATION IMMÉDIATE !

 

Les luttes de notre Peuple contre les iniquités du pouvoir colonial s’intensifient. Rien ne pourra nous empêcher d’aller de l’avant. Nous vaincrons ! 

Lapwent le 30.12.2021   Pour LKP , R. GAMA

 

 

* Autres

Quelques élus et organisations de Guadeloupe ont adressé des communiqués de solidarité

 

 

Martinique

* - ALLIANCE OUVRIÈRE ET PAYSANNE ( AOP) 

Membre de l’Association des Travailleurs et des Peuples de la Caraïbe ( ATPC) Et de l’Entente Internationale des Travailleurs et des Peuples ( EIT) « Déclaration après l’arrestation et la mise en examen d’Eli DOMOTA »

. . . (. . .) . . . AOP exige l’arrêt des poursuites contre Eli DOMOTA, qui visent à arrêter la puissante mobilisation en cours en Guadeloupe contre l’obligation vaccinale et le pass sanitaire, mobilisation étroitement lyannée à celles de Martinique et de Guyane. 

 

Une des expressions de ce lyannaj a été la rencontre Martinique Guadeloupe Guyane à l’initiative d’AOP dimanche 19 décembre à la maison des associations du Gros Morne, capitale de la résistance contre l’obligation vaccinale et le pass sanitaire. 

 

Eli DOMOTA, aux côtés de Gaby CLAVIER, y avait fait une magistrale intervention sur la mobilisation en cours en Guadeloupe, Gaby CLAVIER pour sa part ayant insisté sur la nécessité de renforcer le liyannaj entre nos 3 pays. . . (. ..) . . . L’arrestation d’Eli DOMOTA a provoqué l’effet inverse de celui escompté par l’État colonial acculé et qui ne sait où donner de la tête face à la résistance de nos peuples. . . .( . . ) . .

Arrêt des poursuites contre Eli DOMOTA et Gaby CLAVIER! Libération de VOLKAN,LULU,DALSIM,Edwin! Tous à leurs côtés lundi 10 janvier! Libération des 4 militants Guyanais! Pour AOP Jacqueline PETITOT. Matinik Karayib ce jeudi 30 décembre 2021

 


* Jean-Philippe Nilor, député

A sorti un communiqué dans lequel il « dénonce avec la plus grande fermeté l’arrestation arbitraire dont a fait l’objet en Guadeloupe le Elie Domota, le leader du LKP. . . (..). .

 

La libération de Elie Domota, obtenue grâce à la puissante mobilisation de toutes les voix de Guadeloupe et d’ailleurs, se sont levées contre cette injustice , vient nous rappeler à quel point nous devons faire preuve de solidarité et d’unité . . . » 

 

Brésil

 

À

Préfecture de Guadeloupe

Tomamos conhecimento da prisão arbitrária neste 30 de dezembro de Élie Domota, dirigente do LKP, durante uma manifestação pacífica em Point-à-Pitre.

Em respeito aos mais elementares direitos democráticos de organização e manifestação exigimos sua libertação imediata.

 

EDISON CARDONI

Secretário de Assuntos Jurídicos, Parlamentares e de Classe da

CONDSEF-Confederação dos Trabalhadores no Serviço Público Federal – Brasil

 

 

 

France

* A l'attention de Monsieur Gérald Darmanin, Ministre de l'intérieur

A l'attention de Monsieur Gérald Darmanin, Ministre de l'intérieur

 

Amiens, le 31 décembre 2021

 

 

Relaxe immédiate pour Elie Domota !

 

 

Monsieur le Ministre,

Elie Domota, ancien secrétaire général de l'UGTG et porte-parole du LKP, a été arrêté hier par les forces de l'ordre. Maintenant relâché, le voilà inculpé de « violences volontaires en réunion sur personne dépositaire de l’autorité publique et refus de se soumettre au prélèvement obligatoire. »

 

Ce que toutes les vidéos, les témoignages, contredisent ! C'est bien lui qui a été victime de violence, alors qu'il manifestait pacifiquement, dans le cadre d'une mobilisation qui dure depuis des semaines, massivement soutenue par la population de la Guadeloupe, contre le pass sanitaire, les sanctions qui en découlent, et voilà la réponse : une surenchère répressive que rien ne vient justifier.

 

Que les forces de l'ordre s'attaquent sans raison à Elie Domota, après s'être attaquées à d'autres syndicalistes et militants, ne sera en rien de nature à apaiser les choses ! La seule issue se trouve dans l'écoute des revendications légitimes portées par les guadeloupéens mobilisés, et en aucun cas dans la répression.

 

Nous vous demandons, monsieur le Ministre, de prendre toutes les mesures nécessaires afin qu'Elie Domota soit relaxé au plus vite, et à ce que s'ouvrent de véritables négociations, sur la base des revendications des représentants des guadeloupéens mobilisés.

 

 

Veuillez recevoir, Monsieur le Ministre, nos salutations militantes.

 

Kévin Crépin Secrétaire Général de l'UD CGT Somme 24 rue Frédéric Petit 80 000 Amiens

 


* POI,PARTI OUVRIER INDÉPENDANT

Pour le socialisme, la République et la démocratie

Membre de l’Entente internationale des travailleurs et des peuples

URGENTCommuniqué - 31 décembre 2021 

Abandon immédiat des poursuites contre Elie Domota ! 

 

Ce jeudi 30 décembre, Elie Domota, ancien secrétaire général de l’UGTG, porte-parole du LKP, a été arrêté par la gendarmerie à l’occasion d’une manifestation. Les forces de l’ordre ont fait usage de gaz lacrymogène tiré en plein visage, avant de le jeter au sol pour le menotter. Elie Domota a ensuite été placé en garde à vue, puis libéré quatre heures plus tard. Il est maintenant convoqué au tribunal correctionnel pour le 7 avril. Comme le souligne l’UGTG : il s’agit d’une « pure provocation ». Quel est l’objectif si ce n’est la volonté des plus hautes autorités de l’État d’in- timider, de terroriser le peuple de Guadeloupe ?

 

Rappelons que, depuis cet été, de puissantes mobilisations ont lieu en Guadeloupe. Le passe sanitaire, l’obligation vaccinale ont été l’élément déclencheur d’une profonde révolte. Les organisations syndicales et populaires n’ont cessé de demander l’ouverture de négociations. Le gouvernement s’y est systématiquement refusé. A l’inverse, il a fait le choix de la répression en envoyant le GIGN et le RAID, en arrêtant et poursuivant des dizaines de militants... Avec l’arrestation d’Elie Domota, porte-parole du LKP, c’est un nouveau pas dans l’escalade répressive qui vient d’être franchi par le pouvoir colonial. Jean-Luc Mélechon et de nombreux responsables de La France insoumise ont exprimé leur indignation et condamné cette arrestation. Le POI assure Elie Domota de son soutien, de sa solidarité, de sa fraternité. A bas la répression ! Abandon immédiat de toutes les poursuites contre Elie Domota et les autres militants !

 


* Jean-Luc Mélenchon a aussi pris position

« La répression et l’arrestation de Elie Domota . . signal d’une politique constante de provocation et d’abus de pouvoir. . . »

 

 

Cicr, Comité international contre la répression (pour la défense des droits syndicaux et politiques) Président : Gérald FROMAGER - Secrétaire : Gérard BAUVERT Paris, le 31 décembre 2021 URGENT. 


Adresse à l’opinion ouvrière et démocratique Objet : répression en Guadeloupe Elie Domota*, ancien secrétaire général de l’UGTG, porte-parole du LKP a été violemment agressé par les forces de la gendarmerie le 30 décembre 2021. 


Il est convoqué par le parquet de Pointe-à-Pitre le 7 avril 2022 pour « violences volontaires en réunion sur personne dépositaire de l’autorité publique et refus de se soumettre au prélèvement obligatoire. » . . . ( . . .) . . . 


C’est une agression délibérée, une provocation préméditée. Quel est l’objectif de cette agression ? Faire peur ! Et ne pas répondre aux revendications exprimées depuis des mois par le mouvement syndical et populaire. 


Quelques jours auparavant, Elie Domota, au nom du collectif pour l’abrogation de l’obligation vaccinale et le passe sanitaire, déclarait : « Nous avons des propositions à faire. Encore faut-il qu’il y ait face à nous des interlocuteurs habilités à discuter pour trouver des solutions. » 


Et la réponse à cette demande d’ouverture de négociations c’est la provocation, la violence et la répression. 


Qui peut penser qu’une telle forfaiture à l’encontre d’un responsable de la principale organisation de l’archipel guadeloupéen puisse se faire sans l’aval des plus hautes autorités de l’Etat ? On peut s’interroger en particulier sur le refus persistant et cynique du préfet Rochatte d’ouvrir des négociations authentiques. 


Nous alertons l’opinion ouvrière et démocratique sur une situation d’une extrême gravité : un pas est franchi dans une répression systémique dénoncée par le Cicr et des dizaines de milliers de militants syndicalistes encore tout récemment à propos du procès de Gaby Clavier, dirigeant de l’UTS-UGTG, dans l’hexagone et au-delà. 


C’est l’agressé, la victime des violences qui se retrouve convoqué devant la justice ! 


Avec Elie Domota, nous disons : la violence vient de l’Etat. 


Nous en appelons à toutes et à tous : cet avertissement ne vaudrait-il que pour les syndicalistes de Guadeloupe et de Martinique ? 


Nous appelons à la solidarité la plus large avec le syndicaliste Elie Domota. En le défendant, en défendant leur droit à manifester et à revendiquer, nous défendons nos propres droits, nous nous défendons nous-mêmes. 


Les syndicalistes ne sont pas des criminels ! 


Abandons des poursuites contre le syndicaliste Domota ! 

Ne touchez-pas aux militants ! Vive la solidarité internationale ! 

*Elie Domota est membre du Comité d’honneur du Cicr.

 

Sénégal

 

Aux autorités de la République Française

s/c son Excellence Christophe Bigot Ambassadeur de la France au Sénégal

 

Son Excellence,

L'histoire de la France envers ses colonies nous rappelle de très mauvais souvenirs. Des événements qui semblent se répéter en Guadeloupe.

Comment comprendre que des manifestations pacifiques visant à faire comprendre au Gouvernement Fédéral les préoccupations de l'ensemble des Guadeloupéens pour l'ouverture de négociations que l'on puisse utiliser encore la force pour intimider dépasse l'entendement. Le camarade Elie Domoda porte parole du LKP ( Liyanne Kont Pavofitasyom) ancien Secretaire General de l' Union Général des Travailleurs de Guadeloupe puisse être gazé, frappé ,jeté au sol et menotté avec brutalité par les forces de sécurité sans aucune menace de sa part démontre une fois de plus la férocité des dirigeants néo-coloniale Français qui conservent depuis toujours le visage hideux du colonialisme . L'union des Travailleurs Libres du Sénégal ( UTLS) exige l'ouverture de négociations rapide avec la population de Guadeloupe et l'arrêt de la procédure pour fait de violence et rébellion contre Elie Domoda.

Fait à Dakar le 31 Décembre 2021

Pour L' UTLS

Le Secrétaire Général CHARLES OUMAR DIOUF 

Burkina Faso

Syndicat national des poissonniers du Burkina Faso. C'est avec tristesse , indignation et désolation que nous venons d'apprendre l'arrestation de Mr Élie Dombota leader d'opinion,en Guadeloupe, pour notre part , le monde sera toujours trouble, si les gouvernants , ou les autorités,vont toujours abuser de leur pouvoir sur des citoyens qui ne font que réclamer leurs droits, une justice équitable, la lutte contre la corruption, nous ne pouvons pas accepter ou tolérer de tels actes de nos jours par conséquent nous demandons la libération de Mr Élie Dombota, immédiate et sans condition. Vive la liberté des peuples, vive le CILE. le président du syndicat national des poissonniers du Burkina [email protected] 


TOGO

 

Message du Parti Démocratique des Travailleurs des villes et des campagnes qui s’insurge contre cette provocation délibérée contre Elie Domota et le LKP.

A bas la répression du gouvernement français contre le peuple de Guadeloupe !

Vive la solidarité internationale des travailleurs et des peuples !

Le secrétaire national, Tétévi. N Gbikpi-Benissan

 CILÉ, Comité International de Liaison et d’Échanges

Arrêt immédiat des procédures judiciaires contre Elie Domota ! Elie Domota, ancien secrétaire général de l’UGTG, porte-parole du LKP et membre de la coordination de l’EIT,Entente Internationale des Travailleurs, a été interpellé par la gendarmerie française lors d’une manifestation, le 30 décembre en Guadeloupe. Il a été placé en garde à vue durant quatre heures puis relâché avec convocation devant le tribunal le 7 avril 2022 pour « violences et rébellion. » C’est une provocation délibérée du pouvoir colonial. En effet, toutes les vidéos démontrent que la manifestation était pacifique et s’est trouvée bloquée par un cordon de gendarmes. Elie Domota et quelques membres du collectif se sont alors dirigés vers les gendarmes pour parlementer. Aussitôt Elie Domota a été gazé, frappé, jeté au sol et menotté. Alors que depuis des mois, Elie Domota réclame de véritables négociations, le pouvoir colonial réagit comme toujours par la violence. Avec l’interpellation d’Elie Domota, le pouvoir colonial a franchi un pas dans sa volonté d’écraser le peuple de Guadeloupe. Nous vous appelons à vous adresser immédiatement aux ambassades de France de vos pays respectifs pour dénoncer cette provocation et exiger l’arrêt de toute procédure judiciaire contre Elie Domota.

Bas les pattes devant la Guadeloupe !

 

Le 31 décembre Louisa Hanoune et Dominique Canut Co-coordinateurs de l’Entente internationale des travailleurs et des peuples

ET VOICI LE TEXTE QUI FAIT PEUR AUX MICRONIENS:

 

Comité international contre la répression
(pour la défense des droits syndicaux et politiques)
Président : Gérald FROMAGER
Secrétaire : Gérard BAUVERT

Paris, le 31décembre 2021

URGENT. Adresse à l’opinion ouvrière et démocratique

Objet: répression en Guadeloupe

Elie Domota*, ancien secrétaire général de l’UGTG, porte-parole du LKP a été violemment
agressé par les forces de la gendarmerie le 30 décembre 2021.
Il est convoqué par le parquet de Pointe-à-Pitre le 7 avril 2022 pour « violences volontaires
en réunion sur personne dépositaire de l’autorité publique et refus de se soumettre au
prélèvement obligatoire. »

Les faits. Le jeudi 30 décembre 2021, Elie Domota a été agressé par la gendarmerie à Petit
Pérou, conduit au commissariat de Pointe-à-Pitre où il a été mis en garde à vue par le
procureur, puis libéré après quatre heures de détention.
A sa sortie, il lui a été notifié sa convocationau tribunal correctionnelpour le 7 avril 2022.
Comme le déclare son syndicat l’UGTG, c’est une « pure provocation. »Les images et autres
vidéos abondentetmontrent clairement les forces de l’ordre s’en prendre à Elie Domota qui
a les mains en l’air, elles legazentau visage, le jettentau sol, puis le menottenten lui montant
dessus; cela au cours d’une manifestation pacifique sur la voie publique.
C’est une agression délibérée, une provocation préméditée.Quel est l’objectif de cette
agression? Faire peur! Et ne pas répondre aux revendications exprimées depuis des mois
par le mouvement syndical et populaire.

Quelques jours auparavant, Elie Domota, au nom du collectif pour l’abrogation de
l’obligation vaccinale et le passe sanitaire, déclarait: « Nous avons des propositions à faire.
Encore faut-il qu’il y ait face à nous des interlocuteurs habilités à discuter pour trouver des
solutions. »
Et la réponse à cette demande d’ouverture de négociations c’est la provocation, la violence
et la répression.Qui peut penser qu’une telle forfaiture à l’encontre d’un responsable de la
principale organisation de l’archipel guadeloupéen puisse se faire sans l’aval des plus hautes
autorités de l’Etat?On peut s’interroger en particulier sur le refus persistant et cynique du
préfet Rochatte d’ouvrir des négociations authentiques.

Nous alertons l’opinion ouvrière et démocratique sur une situation d’une extrême gravité:
un pas est franchi dans une répression systémique dénoncée par le Cicret des dizaines de
milliers de militants syndicalistes encore tout récemment à propos du procès de Gaby
Clavier, dirigeant de l’UTS-UGTG, dans l’hexagone et au-delà.C’est l’agressé, la victime des
violences qui se retrouve convoqué devant la justice! Avec Elie Domota, nous disons: la
violence vient de l’Etat.

 

Nous en appelons à toutes et à tous: cet avertissement ne vaudrait-il que pour les
syndicalistes de Guadeloupe et de Martinique?

Nous appelons à la solidarité la plus large avec le syndicaliste Elie Domota. En le défendant,
en défendant leur droit à manifester et à revendiquer, nous défendons nos propres droits,
nous nous défendons nous-mêmes.

Les syndicalistes ne sont pas des criminels!
Abandons des poursuites contre le syndicaliste Domota!
Ne touchez-pas aux militants!
Vive la solidarité internationale!

Adresser les messages de protestation:
-Au préfet Rochatte de Guadeloupe: [email protected]
-Au ministre de l’Intérieur: [email protected]
-Au ministre de la Justice, à la secrétaire générale du cabinet du garde des sceaux:
veronique.[email protected]


Copie à l’UGTG: [email protected]


*Elie Domota est membre du Comité d’honneur du Cicr.

Gérard Bauvert, secrétaire du Cicr,
pour le Bureau du Cicr,



Correspondance: Gérald Fromager
Téléphone: 06 81 51 13 36
Adresse électronique: [email protected]


Comité international contre la répression Cicr 3, rue Meissonnier 93500 Pantin
E-mail: [email protected]