Catégories

Newsletter

Blog catégories

La résistance est aux Antilles, la répression aussi

Publié le 27/12/2021

  • La résistance est aux Antilles, la répression aussi

- Première victoire, grâce au sacrifice des Guadeloupéens, toujours en première ligne (et de tous les autres résistants bien sûr!):

 

L’hôpital réintègre les soignants non vaccinés. Vingt-trois salariés de l’hôpital Nord-Franche Comté étaient concernés par une mise en demeure suite à leur refus de la vaccination contre le Covid-19. Ce jeudi 9 décembre, l’hôpital annonce que ces mises en demeure seront finalement annulées.
lecourrierdesstrateges.fr


https://arnauddebrienne.wordpress.com/2021/12/24/urgent-castex-depose-un-projet-de-loi-autorisant-le-placement-des-non-vaccines/

Quelque chose nous dit qu'il a pensé avant tout aux Guadeloupéens récalcitrants...

Heureusement, nos frères guadeloupéens ne se laissent pas marcher sur la gueule:

- Guadeloupéens en action contre la tyrannie sanitaire et pour leur Juste Droit !


- Guadeloupe, 23 décembre 2021, la lutte contre l'obligation vaccinale et le pass sanitaire ne faiblit pas ! 

 Plusieurs centaines de personnes ont occupé le Conseil Régional de Guadeloupe afin de lui rappeler son obligation de respecter ses engagements écrits pour sortir de la crise...

https://www.facebook.com/watch/guadeloupela1ere/.

18h16 : Des manifestants du collectif antipass sanitaire ont fait irruption dans les locaux du conseil régional de Guadeloupe, à Basse-Terre. « Le collectif a cassé le portail d’entrée et la porte du hall d’accueil, et ils sont entrés dans l’hémicycle alors que s’achevait une plénière », témoigne une responsable de la communication à la région. « Pour l’heure, les manifestants alternent entre des slogans scandés avec force et des chants revendicatifs », rapporte Guadeloupe La 1ère.

 

INFORMATIONS OUVRIÈRES N0 686 L’ACTUALITÉ INTERNATIONALE Quinzaine du 23 décembre 2021 au 5 janvier 2022  page 10
https://www.egaliteetreconciliation.fr/Martinique-les-deux-representants-syndicaux-antivax-sont-morts-du-Covid-66661.html

- Martinique
Pourquoi le choix de la commune du Gros-Morne pour sa tenue ?
Le maire du Gros-Morne et sa majorité municipale sont les seuls à avoir pris position contre le passe sanitaire et la vaccination obligatoire, non appliqués dans leur municipalité.
Le conseil municipal du 9 novembre dernier a adopté une motion dont nous publions ci-contre des extraits.
Une quarantaine de combattants de terrain, responsables syndicaux, politiques, associatifs ou simples citoyens martiniquais, ont répondu à l’appel, malgré des rendez-vous militants de taille le même jour ayant entraîné quelques désistements
: marché agricole sur le site du piquet de grève de l’intersyndicale de la santé, rencontres avec Jean-Luc Mélenchon, présent en Martinique du 17 au 19 décembre.
Après le mot de bienvenue du maire, Jacqueline Petitot a ensuite présenté l’Alliance
ouvrière et paysanne, l’Association des travailleurs et des peuples de la Caraïbe et l’Entente internationale des travailleurs et des peuples, en signalant que sa naissance en 1991, à Barcelone, a été marquée par l’appel commun de Pierre Lambert et de Yann Céléné Uregei, dirigeant du Front uni de libération kanak (Fulk), à une commission d’enquête sur la situation de la Kanaky, trois ans après les accords de Matignon de 1988. Puis, minute de silence pour les victimes de la politique sanitaire de l’Etat colonial, dont le dirigeant syndical de la santé Manuel Galap, membre
d’honneur du Cicr.
Ensuite, il a été procédé à un état des lieux de la résistance, en Martinique, par l’élue du Gros-Morne en charge de la santé et du bien-être, par des syndicalistes de la santé, du transport, puis par une jeune et une représentante du Komité 13 janvié contre la répression ; en Guyane (à distance) par Yannis Xavier, secrétaire général de l’Union des travailleurs de Guyane, et en Guadeloupe (à distance), par Elie Domota et Gaby Clavier de l’UGTG.
A suivi un débat sur des points cruciaux : unité syndicale, jonction des syndicats avec les forces vives populaires, positionnement des élus, collaboration avec l’Etat ou mobilisation indépendante face à l’Etat, répression, et sur des perspectives.
Le maire du Gros-Morne, en butte à de fortes pressions préfectorales, a déclaré sous les applaudissements qu’entre des directives de l’Etat français contraires aux intérêts du peuple martiniquais et l’intérêt de celui-ci, il choisirait toujours l’intérêt du peuple.
A fortement jailli du débat la question du pouvoir et de notre autodétermination. Un des participants a posé en ces termes le positionnement des élus : « Près de 70 % du peuple martiniquais rejette cette obligation vaccinale et ce passe sanitaire. Ce n’est pas rien ! Combien de femmes et d’hommes responsables politiques
sont élus avec 70 % de suffrages exprimés ? L’histoire est en marche et il y aura trois scénarios possibles : la résistance organisée avec les élus du peuple à nos côtés contre l’Etat ; la résistance organisée du peuple avec un ou deux élus du peuple à nos côtés contre l’Etat ; la résistance organisée du peuple contre l’Etat accompagné des élus trahissant leur propre peuple. Il faudra clairement qu’ils se positionnent et le peuple
saura quoi faire… Ansanm Ansanm Nou Pli Fô ! »