Catégories

Newsletter

Blog catégories

Répression anti révisionniste et résistance

Publié le 09/12/2020

  • Répression anti révisionniste et résistance

1. Allemagne : Ursula Haverbeck, dissidente politique, renvoyée en prison ; c’est la plus vieille détenue du monde

Quelques semaines à peine après avoir purgé une peine de deux ans et demi de prison pour « négation de l’Holocauste », Ursula Haverbeck, 92 ans, a de nouveau été condamnée par les tribunaux allemands, cette fois pour un entretien qu’elle a donné en 2018 qui a confirmé son point de vue selon lequel les Juifs n’étaient pas systématiquement tués pendant la Seconde Guerre Mondiale et que les chambres à gaz d’Auschwitz sont un mensonge à motivation politique.
Si la peine d’un an de la Cour fédérale dans l’affaire la plus récente de Haverbeck tient, l’Allemagne aura la distinction douteuse d’emprisonner la plus vieille détenue du monde, un titre précédemment détenu par l’Américaine Lucille Keppen, qui a été incarcérée pour avoir tiré sur son voisin et a été libérée à 93 ans.
Le gouvernement allemand traîne Haverbeck devant les tribunaux depuis des décennies pour avoir contesté les allégations juives de chambres à gaz et de meurtre systématique. Haverbeck a protesté contre les tribunaux kangourous qui humilient et diffament les anciens combattants âgés en utilisant de faux témoignages de « survivants ».
De nombreux hauts fonctionnaires du Troisième Reich, soldats et travailleurs des camps de concentration ont contesté le récit de l’Holocauste depuis 1945, y compris l’officier de la Wehrmacht Otto Ernst Remer, les employés d’Auschwitz Thies Christophersen, Erich Priebke*, Leon Degrelle* et le soldat SS Karl Muenter, ce dernier décédé avant que son procès pour « négation de l’Holocauste » ait débuté à l’âge de 96 ans.
[*Priebke et Degrelle n’ont jamais été des « employés d’Auschwitz » !]
Le défunt mari de Haverbeck, Werner Georg Haverbeck, était un membre influent du NSDAP qui s’est lui-même opposé à la diffamation contre le peuple allemand connue sous le nom de Die Auschwitz luge (le mensonge d’Auschwitz).
Le système juridique allemand a été impitoyable avec Haverbeck. La nonagénaire, qui est une prisonnière d’opinion, s’est vu refuser la libération après avoir purgé les 2/3 de sa peine de prison comme il est d’usage en Allemagne. Alors que l’Etat a libéré plus tôt, 1000 délinquants en raison du COVID en mars dernier, Haverbeck n’a été libérée qu’à la mi-novembre.
Il n’y a aucun signe de honte ou de préoccupations en matière de droits humains dans le pays, le juge dans la dernière affaire soulignant que Haverbeck continuera d’être punie jusqu’à ce qu’elle apprenne à se taire. On ne peut qu’imaginer le tollé des ONG libérales si l’Iran, la Chine ou la Russie emprisonnaient une femme âgée juste pour avoir remis en question la ligne du gouvernement.
L’esprit puissant de Haverbeck est devenu une source d’inspiration pour les patriotes en Allemagne et dans le monde. En 2019, elle s’est présentée comme candidate au Parlement européen derrière les barreaux et a recueilli 25 000 voix, ce qui a profondément bouleversé l’establishment médiatique européen. Chaque année, le jour de son anniversaire, des centaines d’Allemands se rassemblent devant son centre de détention pour demander sa libération.
Des intellectuels et des militants à travers l’Europe, les Amériques et le Japon ont exprimé leur consternation devant ces mauvais traitements et le manque de liberté dans ce pays qui prétend être une « démocratie ». A JVA Bielefeld, où Haverbeck était incarcérée, les responsables de la prison ont eu du mal à traiter l’avalanche de lettres et de fleurs que leur célèbre prisonnière a reçues tout au long de sa peine.
Pour la plus vieille prisonnière d’Allemagne, il est clair qu’elle ne se recroquevillera pas devant la colère des groupes juifs dirigeant des bureaucrates carriéristes. Il est dans l’intérêt de la réputation de l’Etat allemand d’arrêter de tourmenter Haverbeck, mais la peur religieuse de l’Occident de débattre de ce qui s’est passé pendant la Seconde Guerre Mondiale continue de prévaloir sur toutes les autres préoccupations.


https://reseauinternational.net/allemagne-ursula-haverbeck-dissidente-politique-renvoyee-en-prison-cest-la-plus-vieille-detenue-du-monde/

[Les Allemands, mais pas qu’eux, sont tous enfermés derrière un micro « Mur de la Honte » individuel. Selon le principe de l’inversion accusatoire, ils devraient avoir honte d’être ce qu’ils sont et pour ce qu’ils n’ont pas fait.
A noter que des sites à forte audience, pas forcément spécialisés sur le révisionnisme de l’histoire, commencent à relayer sur le sujet, une évolution qui est à encourager. Par conséquent, on observe parfois des erreurs d’interprétation, voire factuelles, comme ici où Léon Degrelle et Eric Priebke sont soudain promus gardiens de camp de concentration ! Les connaisseurs rectifieront d’eux-mêmes, au risque d’alimenter des polémiques stériles avec nos correspondants de bonne foi et de bonne volonté.]

2. Remarquable vidéo de Vincent Raynouard, sur le sens de la prison pour les révisionnistes:

https://blogue-sc.com/2020/12/ryssen-repression-lanalyse-de-vincent-reynouard

Contactez-nous

Notre service client est disponible 24h/24, 7j/7

Tél. :+33 (0)6 83 35 54 36

Contacter notre service client

Recherche dans le blog