Le martyre du père Jacques Hamel fait sens, et rayonne sans limite.

Publié le 27/07/2016

  • Le martyre du père Jacques Hamel fait sens, et rayonne sans limite.

"Chrétiens", deux acceptions bien différentes: 

- les musulmans emploient parfois le terme comme synonyme d'Occidentaux, nouveaux Croisés, envahisseurs, impérialistes etc. Mais en général, ils précisent que c'est en tant que larbins et main d'oeuvre docile des Juifs (Européens auto-exportés aux USA et à Tel Aviv), les véritables maîtres d'oeuvre de la destruction des pays arabes;

- les chrétiens sont ceux qui, depuis le temps de Jésus, maintiennent leur adhésion pleine et entière à celui-ci. Ils sont aussi arabes que les autres, Jésus étant un Palestinien de souche. Ils sont Orientaux, et ils sont la souche, avec leur droit d'aînesse sur le continent européen, et leur longue responsabilité spirituelle centrée sur Rome.

Que les chrétiens de France aient désormais leur martyr, et qu'il s'agisse justement d'un chrétien qui croyait fermement à la bonne entente avec les musulmans nous renforce dans le rejet de l'impérialisme des dirigeants français; ceux-ci ont choisi l'asservissement à Israël au point de confier à des sociétés israéliennes la responsabilité de la sécurité des aéroports, de la Tour Eiffel, et la surveillance générale des citoyens. On voit le résultat!

Le martyre du père Jaques Hamel fait sens, et rayonne sans limites :

"La mosquée de Saint-Étienne-du-Rouvray a été inaugurée en 2000 sur une parcelle de terrain offerte par la paroisse catholique de la ville. C'est dans cette même mosquée qu'avait eu lieu une cérémonie funèbre en mémoire d'Imad Ibn Ziaten, le parachutiste de 30 ans tué le 11 mars 2012 à Toulouse par Mohamed Merah. Imad Ibn Ziaten était originaire de la commune toute proche de Sotteville-lès-Rouen. "C'est un choc total, ça réveille la douleur", a déclaré à l'AFP sa mère, Latifa Ibn Ziaten, qui a fondé une association à laquelle elle a donné le prénom de son fils, "Imad pour la jeunesse et la paix", afin de lutter contre la radicalisation islamiste." 

(http://www.huffingtonpost.fr/2016/07/26/jacques-hamel-pretre-tue-prise-otages-saint-etienne-rouvray_n_11193310.html)

Sous la bannière de la Sainte Vierge, mère de la nature et de Dieu

Les musulmans, comme les chrétiens, sont horrifiés par la bien réelle décadence des moeurs en France, incontestable, lamentable, honteuse, encouragée tous les jours par les institutions européennes, internationales et nationales, totalement corrompues par le business du sexe, destructeur de tout équilibre mental et moral pour les jeunes générations. Le sang versé du père Jaques Hamel pour nous et le salut  de notre âme va raviver la foi et réveiller les hypnotisés du marché de la vie humaine, Inch Allah.Il faut maintenant combattre non seulement Daech, mais ceux qui tuent notre jeunesse par l'empoisonnement de leur esprit, par le viol permanent de leur innocence et des lois de la nature, qui est la facette maternelle et tutélaire de la divinité. C'est la Sainte Vierge, à laquelle musulmans comme chrétiens se raccrochent dans l'épreuve, qui incarne cette pureté spirituelle dont on veut nous priver, alors qu'elle est la source de toute fécondité naturelle. Oui, le martyre du père Jacques Hamel fait comprendre l'équation-oxymore où réside le mystère de la vie se renouvelant, le miracle permanent : immaculée conception + virginité = mère de Dieu= la Source du seul respect honnête de la Nature.

Mgr. Georges Pontel, a montré sa hauteur de vues en soulignant "que les musulmans étaient tout autant une cible de l’EI que les chrétiens : « Ils sont plus nombreux à être tués par Daech que nous. C’est l’homme qui est en danger. Car ils tuent pour tuer et faire peur. Tout ce qui est différent d’eux, ils veulent l’éliminer », a-t-il fait valoir, souhaitant que les musulmans « ne vivent pas dans la peur et dans la honte, mais nous aident à bien comprendre que ces actes ne sont pas compatibles avec l’islam, en le disant et en le vivant ».

D'Irak, nous parvient une réflexion pertinente, par le professeur de philosophie Amer Abid Zaid al-Waeli : il rejoint celle de Bruno Guigue (http://www.egaliteetreconciliation.fr/Vaincre-la-haine-christianophobe-en-France-et-en-Syrie-40620.html) publiée le 26 juillet, et celle du musulman formé à la fois en tant que chrétien par sa mère, et en tant que communiste par son père, le commandant Ilich Ramirez Sanchez "Carlos" (http://plumenclume.org/blog/142-communique-du-commandant-ilich-ramirez-sanchez-carlos)

Les manifestations de violence criminelle entre Bagdad et Nice, 25 juillet 2016 

par le Dr. Amer Abid Zaid  al-Waeli / Bagdad

 

La diversité des lieux ne change rien à la valeur de l'homme. A Bagdad comme  à Nice, l’homme reste le même. L'homme est au centre  dans les normes de la philosophie de la modernité et dans le mouvement des Lumières qui ont reconnu  à l'homme tellement de droits inconnus jusque- là. Mais de quel homme s’agit-il ? Un homme qui se substitue à Dieu ? Un homme qui ne respecte rien ni personne ?

Les deux attentats de Karrada à Bagdad et  de Nice  constituent des violences symboliques revendiquées par une tradition religieuse fondamentaliste. René Gérard avait comparé de tels massacres aux rites des offrandes d’animaux sacrifiés dans les religions primitives.  Pour lui,  la violence est issue d'une incapacité d'adaptation à de  nouvelles conditions de vie ; ou comme la décrit une chaîne arabe connue, en essayant de la justifier, «elle est née d’une souffrance sociale et de l'aliénation.»

Reste qu’il s’agit, à Nice comme à Bagdad, d’actes de terrorisme sanglant. Leurs auteurs ou commanditaires justifient leur acte avec différents arguments. Certains livres jurisprudentiels rappellent la violence déjà  pratiquée par des prédécesseurs qui deviennent un modèle à reproduire ; d’autre part, les djihadistes exploitent le discours idéologique de la modernité pour justifier un discours totalitaire d'exclusion fondamentaliste centrée sur soi-même ; comme les Occidentaux continuent à ne faire référence qu’à eux-mêmes, et justifient leurs massacres en terres d’Islam par les valeurs qu’ils revendiquent, ce qu’ils appellent globalement leurs droits de l’homme, les djihadistes condamnent d’avance tout ce qui n’est pas leur mouvance en termes de  mécréance ; ainsi ils se font un devoir d’exterminer les chrétiens,  les chiites ou d’autres communautés.

Le prédicateur radical utilise des expressions et des notions provenant des époques médiévales sous un masque contemporain.  Ce discours cherche à dominer, à tuer  et à verser le sang de l'Autre, ne laissant  jamais  une chance à l'individu d'avoir une vraie connaissance religieuse, comportant le respect et la protection des êtres créés par Dieu.

D'ailleurs, il n'est pas étonnant qu'ils comprennent l’Histoire d’une telle manière naïve et qu'ils aient l'audace de diviser si facilement les gens entre bon et mauvais, tout en semant la terreur, le viol et le meurtre de gens désarmés et innocents..

Bagdad, qui demeure un enjeu et  un champ  de bataille pour  les terroristes, a subi à nouveau, en un jour,  une attaque brutale voir http://www.presstv.ir/DetailFr/2016/07/25/476894/Bagdad-un-attentat-fait-12-morts), outre les précédents attentats qui ont provoqué plus de 300 morts et plus de 200 blessés des citoyens irakiens innocents et de toutes les communautés..

A Nice,  l'ennemi de l'humanité a sauvagement attaqué  un groupe de personnes  célébrant  leur fête nationale  avec un camion qui a déchiré et trituré leurs corps sans pitié. Le service de sécurité a trouvé des armes et des munitions à l'intérieur du camion qui a effectué l'opération.  Depuis le 14 juillet, les preuves d’une action soigneusement préparée et concertée se multiplient.

Le dernier attentant de Karradah à Bagdad avait, comme celui de Nice, suscité des sentiments divers, et une immense rancune contre les autorités incapables de protéger la population ;  mais finalement tous les citoyens  se sont unis pour identifier et rejeter  l’ennemi commun ; et ils se mobilisent pour  travailler ensemble, pour le combattre sur les champs de bataille. L’ennemi a échoué à  instaurer la violence communautaire entre eux, ils sont plus unis que jamais contre Daech.

De son côté, le gouvernement français a pris plusieurs mesures de sécurité et de prévention, le Président français, François Hollande a reconnu dans son discours après l'attaque de Nice «la France est une « cible du terrorisme.»  Il a souligné  qu'il avait mobilisé 10 mille soldats qui seront déployés dans plusieurs endroits.

Hollande   a ajouté que la France renforcera son intervention en Syrie et en Irak après l'attentat de Nice. Malheureusement les avions français semblent surtout capables de bombarder des populations civiles : le 19 juillet, 120 civils périssaient en Syrie sous des bombes françaises… C’est à se demander si la France ne cherche pas à alimenter le chaos, au mépris des populations et des gouvernements légaux, et donc à alimenter le  terrorisme (http://mai68.org/spip/spip.php?article11196) 

Et voici la conclusion de Bruno Guigue, le 26 juillet :

"En diabolisant l’Etat syrien, le gouvernement français contribue à prolonger la prolifération du nid de serpents puisqu’il affaiblit la principale force qui l’affronte courageusement sur le terrain. Simultanément, il se livre à des bombardements aériens militairement ineptes qui ont pour principal effet, en tuant des civils, d’alimenter la haine de la France. Pour faire échouer cette tentative de déstabilisation de la société française, ni les discours compassionnels ni les mouvements de menton mussoliniens ne suffiront. Ce qu’il faut, c’est changer radicalement de politique et s’allier avec ceux qui combattent le terrorisme au lieu de distribuer des médailles à ceux qui le financent." (loc.cit.)

COMMENTAIRES

Aucun commentaire pour le moment.

Ajouter un commentaire