Entrée ou plat principal?

Publié le 22/03/2021

  • Entrée ou plat principal?

 Israël Adam Shamir

 

La pandémie nous a été envoyée, par la grâce des Maîtres du Covid, dans leur grande miséricorde, au lieu d'une "vraie" guerre nucléaire. Elle a été envoyée dans le but de se débarrasser des anciennes dettes gouvernementales et d'émettre de nouvelles dettes, de relancer le dollar, d'augmenter la demande de crédit et, par conséquent, les taux d'intérêt. En même temps, elle a été envoyée pour préserver certaines vies et certains biens d'une destruction autrement inévitable. C'est ce que je pensais et écrivais il y a un an. Cependant, j'ai maintenant des doutes. Peut-être que la pandémie n'est pas une solution de rechange, mais que ce n'est qu'un "hors-d'œuvre", et que le plat de résistance nucléaire est encore à venir.

 Cette pensée désagréable m'est venue en écoutant Joe Biden parler du "tueur sans âme" Vladimir Poutine. Des insultes plus légères ont déclenché des guerres. L'insulte "ver de terre jaune sans pied" a poussé Kaa le python des roches à dévorer Bandar Log. Heureusement, Poutine, qui est facile à vivre, a répondu par un sourire. Il a déclaré que, dans son enfance, les enfants répondaient "Je suis en caoutchouc, tu es de la colle ; ça rebondit sur moi et ça colle sur toi" ; il a seulement souhaité une bonne santé au président américain et proposé de débattre avec lui en ligne, afin que les Américains et les Russes, ainsi que le monde entier, puissent se faire leur propre opinion. Biden a éludé le défi. Il n'est pas certain qu'il se souvienne de qui est Poutine. Un costume vide avec un téléprompteur, l'a appelé Donald Trump Jr. Biden a déclaré que Poutine s'était immiscé dans les élections américaines et qu'il en paierait le prix. Hélas, Poutine n'a pas pu influencer les morts américains, et ce sont eux qui ont fait basculer les élections en votant pour Biden par cimetières entiers. Oui, Biden est un imbécile sénile qui ne pourrait même pas monter à bord d'Air Force One sans trébucher une troisième fois, mais il y a quelqu'un qui fait fonctionner le téléprompteur, et c'est là le problème.

  

Les Russes étaient visiblement furieux. Lorsque les dirigeants américains lancent de telles invectives, c'est comme quand les pirates montrent une "marque noire" dans L'île au trésor. C'est le signal que le dirigeant étranger doit être déposé ou tué purement et simplement. C'est ainsi qu'ils ont parlé de Saddam Hussein et de Mouammar Kadhafi ; tous deux ont été tués et leurs "États voyous" dévastés. Il s'agissait clairement d'une démonstration d'intentions hostiles, non seulement de la part de Biden mais aussi de l'establishment américain qui parle comme un ventriloque par l'intermédiaire du locataire actuel de la Maison Blanche.

  

C'est déjà assez grave de se quereller avec la Russie, mais le régime de Biden ne s'est pas arrêté à cela. Le lendemain, il y a eu une méchante querelle avec la Chine, lors des négociations en l'Alaska. Le secrétaire d'État Blinken a entamé les négociations en accusant la Chine de génocide au Sinkiang, de priver les habitants de Hong Kong de leurs droits, d'acheter moins de produits australiens, et il a déclaré qu'ils négocieraient "en position de force".

  

"La relation des États-Unis avec la Chine sera compétitive là où elle doit l'être, collaborative là où elle peut l'être, contradictoire là où elle doit l'être." Cette attaque non provoquée a agacé le représentant chinois, qui a répliqué : 

Voulez-vous parler à la Chine de manière condescendante à partir d'une position de force ? Alors, est-ce que tout cela a été soigneusement planifié et orchestré avec tous les préparatifs en place ?  Est-ce la façon dont vous espériez mener ce dialogue ?  Les États-Unis n'ont pas le droit de dire qu'ils veulent parler à la Chine depuis une position de force. Les États-Unis ne représentent pas le monde.  Ils ne représentent que le gouvernement des États-Unis.  Je ne pense pas que l'écrasante majorité des pays du monde reconnaîtraient que les valeurs universelles défendues par les États-Unis ou que l'opinion des États-Unis puisse représenter l'opinion publique internationale, et ces pays ne reconnaîtraient pas que les règles établies par un petit nombre de personnes servent de base à l'ordre international.

  

Cette double attaque contre la Russie ET contre la Chine n'est pas une coïncidence. Le régime Biden se prépare à la guerre. On rapporte qu'un nouveau bombardier Raider B-21 est en préparation :

 

" Le bombardier stratégique furtif sera capable de livrer des armes conventionnelles et thermonucléaires sur des cibles ennemies partout et à tout moment dans le monde. Il sera capable de détruire n'importe quelle cible, n'importe où. Le B-21 a été conçu pour surmonter toutes les déficiences de la flotte actuelle de bombardiers lourds, qui se compose de 157 appareils vieillissants datant de la guerre froide. En particulier, il aura la portée, la charge utile, les caractéristiques de frappe et la capacité de survie nécessaires pour s'attaquer à toutes les catégories de cibles potentielles, y compris les cibles mobiles profondément enterrées ou sensibles au facteur temps en Chine. La logique de base de la conception est la suivante : si le B-21 doit être un moyen de dissuasion efficace contre toutes les formes d'agression, il doit être capable de mettre en danger tous les biens appréciés par un adversaire, quelle que soit la qualité de leur dissimulation ou de leur protection. Le Raider remplacera le bombardier B-2, ce qui signifie qu'il sera câblé dès le premier jour pour transporter la bombe nucléaire à gravité B-61 à rendement variable et le missile de croisière nucléaire LRSO (Long Range Stand-Off)." (Facebook ne permet pas de poster un lien vers cet article).

  

Des milliers de nouveaux missiles, avions, navires et bombes doivent être produits et déployés par le régime de Biden - et ses alliés.  Le caniche britannique a décidé d'augmenter son arsenal d'armes nucléaires de 40 %. Il se compose principalement de ces têtes nucléaires Trident que Jeremy Corbyn s'était engagé à éliminer complètement, jusqu'à ce qu'il soit stoppé dans son élan par la diffamation en termes d'antisémitisme. Peut-être que son souhait de désarmer était la principale raison pour laquelle cet homme gentila été largué, et les Juifs étaient, comme toujours, prêts à fournir une excuse. Il n'y a pas de mystère pour les destinataires des armes nucléaires : Moscou reste "la menace la plus aiguë" pour la sécurité britannique, a déclaré Boris Johnson. La Russie est l'ennemi numéro un.

  

L'Afghanistan est une excellente base pour envahir l'Asie centrale et menacer la Russie par le sud. Le pays est occupé par les États-Unis depuis 20 ans, et Trump était déterminé à retirer les troupes. Biden a déjà laissé entendre que les États-Unis reviendraient sur leur accord avec les talibans concernant le retrait de leurs troupes d'Afghanistan. Le retrait était censé être achevé en mai 2021 ; il sera "difficile" pour les États-Unis de retirer leurs forces d'Afghanistan en six semaines, a-t-il déclaré. M. Biden a également mis au rebut le projet de Trump de retirer ses forces d'Allemagne, et ce pour une bonne raison. Son administration veut que les Allemands abandonnent le projet Nord Stream II, et il est plus facile de convaincre un pays si vous y avez quarante bases militaires.

   

La lutte contre l'Iran n'a jamais cessé. Lorsque les États-Unis ne le font pas, leur meilleur ami Israël passe à l'action. Il est apparu qu'au cours des deux dernières années, des hommes-grenouilles israéliens ont saboté 12 pétroliers iraniens, rapporte le Wall Street Journal. Mais tout s'est retourné contre eux. Le 16 février, toute la côte méditerranéenne d'Israël a été recouverte d'une bouillie noire et collante. 

 

Le coup porté à Israël a été terrible : des animaux, des plantes et des poissons sont morts ; pendant longtemps, il sera impossible de se baigner et de prendre des bains de soleil sur les rivages huileux. Ce n'est que maintenant que la triste vérité commence à sortir : La "pire pollution du siècle" a été causée par des Israéliens. La première à parler de la source de la pollution a été la ministre israélienne de l'environnement, Gila Gamliel. Elle a déclaré que le pétrole avait été libéré par le pétrolier iranien Emerald qui transportait une cargaison de produits pétroliers sanctionnés par les États-Unis vers la Syrie. C'est de l'éco-terrorisme iranien, a-t-elle dit. Mais Gila a rapidement été bâillonnée - la censure militaire israélienne interdit toute discussion sur ce sujet, sauf dans les termes les plus généraux. Il semble que Gila Gamliel ait eu raison - jusqu'à un certain point. Le dissident israélien Richard Silverstein a écrit à ce sujet :

 "C'était une attaque délibérée d'Israël contre le navire iranien.  L'unité de commando naval d'Israël, Flotilla 13, avait secrètement attaché une mine à l'Emerald.  L'intention était de causer des dommages mineurs pour faire comprendre à l'Iran que ses propres attaques contre les navires du Golfe auraient un coût.  Le rapport du Times of London écrit par le chroniqueur de Haaretz Anshel Pfeiffer confirme ma source. Cependant, les commandos ne se sont pas rendu compte que l'Emerald était une vieille carcasse rouillée et désespérément mal entretenue. La mine israélienne, qui était censée causer des dommages mineurs, a en fait creusé un trou si grand qu'une grande partie du contenu de la cale du navire s'est déversée dans la Méditerranée. C'est ce qui a provoqué la catastrophe écologique israélienne : Israël lui-même."

 

Cet incident nous rappelle que la guerre a des conséquences imprévisibles, surtout les guerres mondiales. Un tel désir de guerre est le signe évident d'une nation malheureuse. La combinaison du covid et de la guerre est encore moins prévisible. Les États-Unis et leurs alliés européens sont frustrés. Joe Biden est arrivé à la Maison Blanche en tant qu'homme des Maîtres du Covid, avec un masque sur le visage ; il ne l'enlève pas, pas plus que ses hauts fonctionnaires. Le Texas et le Dakota du Sud se sont libérés, la Floride aussi, mais le reste des États-Unis est toujours soumis à des restrictions. Malgré des millions d'injections de vaccins, la pandémie de corona donne toujours lieu à des confinements et des limitations de voyage. Les Britanniques ne sont pas autorisés à quitter leur pays. Aux États-Unis, une femme, le Dr Micheline Epstein, a amené sa fille à l'école, et elle était (oh horreur !) le visage nu. Les enseignants de l'école ont contacté la police ; la fille de six ans a été retirée à sa mère pour une durée indéterminée, pour violation du régime des masques. Elle n'est toujours pas autorisée à retrouver sa fille, a-t-on appris.

 

Les gens ne sont que trop vulnérables dans l'Empire du Bien. Les exécuteurs des attitudes "justes" peuvent faire de vous n'importe quoi, absolument tout. Un scientifique qui n'a pas ouvert la bouche lorsqu'il a entendu prononcer le mot "nigger" a perdu son emploi. Un homme, Robert Hoogland, a été envoyé en prison pour avoir appelé sa fille de 14 ans, "ma fille", et s'être référé publiquement à elle avec le pronoms "elle", alors que la fille, qui n'a pas encore le droit d'acheter de la bière, insiste sur le fait qu'elle sera un homme. Ajoutez à cela le malheur créé par les confinements, et vous comprendrez pourquoi des milliers d'émigrés russes se ruent vers la Mère Russie.

 

Depuis les années 1980, les Russes s'estiment chanceux s'ils peuvent échapper à leur patrie glaciale et partir vers l'ouest. Les enfants de Staline et de Khrouchtchev, les hauts fonctionnaires de l'époque d'Eltsine, les artistes et les scientifiques ont déménagé en Floride ou à Paris. Ils étaient toujours prêts à condamner Poutine, le dictateur brutal. Un acteur de cinéma populaire, M. Alexei Serebryakov, avait quitté la Russie pour le Canada, claquant rageusement la porte, condamnant le "régime sanguinaire" et le "mélange de force, d'arrogance et de grossièreté" de la Russie. Et soudain - le vent a tourné, et la dérive inverse a commencé. Serebryakov est rentré du Canada, bien que de nombreux Russes ne se réjouissent pas du tout de son retour. La journaliste scientifique Asya Kazantseva est revenue à Moscou de Tel Aviv et de Bristol, au Royaume-Uni, et elle écrit :

 

 "Un effet collatéral inattendu de la pandémie est que tous les amis qui ont immigré en Europe il y a longtemps sont rentrés en masse pour passer l'hiver ici à Moscou, où les vaccins sont gratuits et disponibles, et où il n'y a pas de confinement. La vie sociale ici est deux fois plus active qu'en temps de paix. Je ne me sentirai plus jamais seule ! Alina Farkash, une blogueuse juive populaire, a récemment écrit qu'à Moscou, vous êtes l'enfant chéri d'une grande famille, tandis que l'émigration [dans son cas, vers Israël] est comme une mise à l'orphelinat. C'est tout à fait vrai. J'espère vraiment que je n'irai jamais ailleurs, que je resterai toujours ici, et que je me souviendrai fermement du bonheur infini que procure le simple fait d'être ici."

 

En effet, la Russie n'est pas un pays merveilleux ; elle a de nombreux défauts et problèmes. Ses oligarques sont trop riches, son peuple est plutôt pauvre ; les impôts sont trop bas ; le fossé social est plus grand qu'aux États-Unis ou en Chine, comme vous pouvez le lire dans ce texte (en russe). Cependant, la Russie est libre. Vous pouvez dire et écrire ce que vous voulez. Il n'y a pas de confinement. Les écoles fonctionnent comme d'habitude ; l'enseignement à distance est rare. Les églises sont ouvertes. Les théâtres, idem. Il n'y a pas de masques obligatoires ; là où ils sont obligatoires, les Russes les ignorent toujours. 

 

Poutine a répondu à Biden lors d'un concert dans un stade de Moscou plein à craquer. Parmi les 80 000 personnes présentes, seules quelques personnes prudentes portaient un masque. Les vaccins sont gratuits et disponibles, les excellents vaccins russes à l'ancienne qui n'ont pas d'effets secondaires connus. Il y a un choix de trois vaccins russes, le premier, Sputnik V, étant autorisé dans le monde entier, et acheté en Europe et ailleurs. Les personnes anxieuses exposées au discours occidental se font vacciner, les autres ne ressentent aucune pression pour le faire. La Russie est l'endroit le plus détendu que l'on puisse trouver aujourd'hui en ce qui concerne le corona.  Même les détracteurs de Poutine, nombreux dans la classe moyenne moscovite, ont changé de discours. Ils le traitaient de lâche qui se cache dans un abri par peur du virus ; maintenant, ils disent qu'il a juste fait semblant, et qu'il savait depuis le début que le virus n'était pas si dangereux que ça, donc il n'est plus qu'un tricheur. Il ne peut pas gagner tout le temps sur tout. 

 

Pourtant, la Russie ne nie pas l'existence du virus. Ce serait idiot, car les vaccins russes rapportent des tas de dollars aux caisses de l'État. Le directeur adjoint de l'Institut national de la grippe, le Dr Daria Danilenko, a fait un commentaire ironique : "Pour la première fois dans l'histoire de l'observation scientifique, le monde a été confronté à une saison épidémique sans grippe".

 

Les maîtres du Covid sont trop puissants pour être défiés ouvertement. Cette semaine, ils ont éliminé le président tanzanien, John Magufuli. Effrontément, il avait testé la papaye, la chèvre et l'huile de moteur pour le covid en utilisant des tests fournis par l'OMS, et ils se sont tous avérés positifs. Il a rejeté les tests et déclaré que la Tanzanie était exempte de covidés. Après quoi, le journal London Guardian (dans une section financée par Bill Gates) a demandé qu'il soit démis de ses fonctions. 

 

 

Le Conseil américain des relations étrangères, la FCR, a appuyé l'appel, et illico presto...  il est mort. C'est le deuxième dirigeant africain qui n'a pas succombé à l'obsession des covidés et a trouvé une mort prématurée. Le premier était le président du Burundi, Pierre Nkurunziza, qui n'a pas autorisé les envoyés de l'OMS à entrer dans son pays et a refusé de se confiner et de succomber aux tests de masse. Il est rapidement mort d'une crise cardiaque, ou, selon d'autres sources, de covidie, bref exactement comme Magufuli. L'homme qui a pris sa place a immédiatement invité l'OMS dans le pays et a suivi ses instructions. 

Le président Loukachenko a également refusé le diktat de l'OMS et a failli être destitué, mais il s'est défendu - après tout, le Belarus n'est pas en Afrique. Les Suédois, comme vous le savez, ont également cédé du terrain sous la pression. Le président Poutine a peut-être agi avec sagesse en ne contredisant pas les maîtres de Covid. Ils sont, apparemment, une force irrésistible dans le monde actuel. Ils ont supprimé Trump, ils ont étouffé l'Europe. Poutine aurait également été détruit - et les Russes se retrouveraient dans un confinement sans fin, comme Israël ou la France. 

 

Je ne peux pas répondre à la question de savoir comment les maîtres du Covid ont pu réussir à ce point. Ni Schwab, professeur de seconde zone à Zurich, ni Gates, propriétaire d'une grande entreprise de données - n'auraient pu obtenir un tel résultat par aucun moyen connu. Saurons-nous un jour qui se cache derrière eux ? Ou cette question doit-elle être exclue d'emblée en tant que complotiste ?

 

À propos, Magufuli, le défunt président de la Tanzanie, était une personnalité exceptionnelle. Un journal russe a écrit :

"Magufuli a cherché partout à réduire les dépenses inutiles, et l'argent économisé a été utilisé pour la construction de routes et pour l'éducation gratuite (avec lui, non seulement les écoles primaires, mais aussi les écoles secondaires sont devenues gratuites). Il a réduit le cabinet de 30 à 19 personnes, et a licencié environ 150 hauts fonctionnaires jugés inutiles ou corrompus. Un audit a révélé que 10 000 fonctionnaires salariés n'existaient que sur le papier. Magufuli a annulé deux accords avec la Chine, qui avaient déjà été signés par son prédécesseur, le président Kikwete : la construction de la première voie ferrée électrifiée du pays et du plus grand port d'Afrique de l'Est à Bagamoyo. Seul un fou pourrait accepter les conditions proposées par les Chinois. Magufuli était indigné. Le chemin de fer a finalement été construit par une entreprise turque ; les autorités tanzaniennes ne parviennent toujours pas à se mettre d'accord sur le port avec les investisseurs chinois. Magufuli estimait que l'ampleur de la pandémie était largement exagérée et que certaines forces l'utilisent pour saboter l'économie, écrit Associated Press. Il n'a pas voulu instaurer de confinement, craignant que le niveau de pauvreté n'augmente."

 

Bref, une personne fantastique ! Mais il avait entrepris d'abattre un arbre qui était bien au-dessus de ses forces.

 

Les Maîtres du Covid ont joué sur notre peur de la mort. Je me demande comment ils vont nous la faire surmonter pour fomenter une guerre mondiale ? Peut-être le feront-ils en essayant de nous rendre la vie si épouvantable que nous accepterons l'annihilation massive, sinon avec joie, du moins avec placidité.

https://www.unz.com/ishamir/starters-or-main-course

adam@israelshamir.net

Trauction: Maria Poumier

Contactez-nous

Notre service client est disponible 24h/24, 7j/7

Tél. :+33 (0)6 83 35 54 36

Contacter notre service client

Recherche dans le blog