Catégories

Newsletter

Blog catégories

Un bref examen de certains faits liés à la vaccination de masse

Publié le 31/01/2021

  • Un bref examen de certains faits liés à la vaccination de masse

GILAD ATZMON - 30 JANVIER 2021 -

 

Le cas d'Israël, qui est de loin le leader mondial dans le domaine de la vaccination de masse, ne laisse pas beaucoup de marge de manœuvre aux sceptiques. Depuis qu'Israël a lancé sa vaste campagne de vaccination en décembre, on assiste à une augmentation exponentielle des cas de COVID-19 et des décès. À l'heure actuelle, le mutant britannique est devenu la souche COVID dominante en Israël. Le système de santé israélien est au bord de l'effondrement.

 

Dans mon article "Cobayes de tous les pays, unissons-nous!", je soulignais que l'augmentation du nombre de cas et de décès est en corrélation avec la distribution de vaccins. En Israël, les communautés juives orthodoxes qui ont été vaccinées en masse ont vu le nombre de cas de COVID multiplié par 16, tandis que les Arabes israéliens qui, dans l'ensemble, se sont abstenus de se faire vacciner ont vu le nombre de cas de COVID chuter fortement.

 

Mais Israël n'est pas seul dans ce cas. D'autres États ont suivi une voie similaire et leur situation devient aussi catastrophique que la crise à laquelle nous assistons dans l'État juif.

 

J'aurais aimé croire qu'il n'est pas trop tard pour que la Grande-Bretagne reporte la campagne actuelle de vaccination de masse et examine de près la corrélation possible entre la vaccination de masse et les mutants. Pour ceux qui se posent des questions, je ne suis pas contre les vaccins ou les pratiques médicales modernes, mais je soutiens qu'avant qu'une nation ne décide d'injecter une nouvelle substance dans son muscle, elle peut vouloir vérifier quelle est cette substance et quelles sont les implications exactes. Il est crucial de vérifier, par exemple, si l'augmentation des mutations mortelles que nous avons constatée en Grande-Bretagne est liée à la vaccination de masse et aux essais de vaccins qui ont eu lieu dans le royaume depuis l'été. L'évolution rapide de l'âge des cas de COVID-19 que nous observons en Israël et en Grande-Bretagne est également corrélée à la vaccination de masse. Savons-nous quelles sont les implications des vaccins sur les femmes enceintes ou les embryons ?

 

Ce n'est un secret pour personne que ceux qui semblent enthousiastes à l'égard des vaccins se disent également favorables à la "bonne science", voire à la "vraie" science comme ils l'appellent souvent. Les faits statistiques liés à la vaccination de masse ne sont pas très prometteurs. L'examen de la situation dans les pays qui pratiquent la vaccination de masse, comme Israël, la Grande-Bretagne, les États-Unis et les Émirats arabes unis, révèle que ces pays ont connu une nette diminution des cas de COVID et des décès fin novembre et début décembre. Cependant, quelques jours seulement après le lancement des campagnes de vaccination dans ces pays, le nombre de cas de COVID et, par conséquent, de décès, a explosé.

 

 

En comparaison, vous devriez également examiner le cas des voisins de la Grande-Bretagne comme la France, la Belgique et la Hollande. Ces pays sont soumis à un climat, à des conditions urbaines et à une démographie similaires, mais la courbe de COVID dans ces pays est complètement à l'opposé : Les décès et les cas COVID qui étaient en baisse depuis la mi-novembre, début décembre, sont toujours en baisse jusqu'à présent. Aucun de ces pays n'a connu une forte augmentation des cas, et encore moins des décès, au cours de la période considérée (décembre, janvier).

 

Au moment où j'écrivais ces lignes, j'ai été informé que le Portugal est également confronté à une crise COVID. Un bref examen de ses dernières données révèle que sa courbe COVID est identique à celle de la Grande-Bretagne et d'Israël. J'ai évidemment supposé que la forte augmentation actuelle des cas de COVID est d'une manière ou d'une autre liée au vaccin. Une rapide vérification sur Internet révèle que le Portugal a commencé sa campagne de vaccination de masse le 27 décembre. Comme vous pouvez le voir dans le graphique ci-dessous, jusqu'à cette date, le nombre de cas de COVID par jour était en nette diminution. Pourtant, trois jours après le début de la campagne de vaccination de masse, le nombre de cas a commencé à augmenter de manière exponentielle. Le système de santé portugais est aujourd'hui au bord de l'effondrement. Sa situation est identique à celle des autres pays qui ont privilégié la vaccination de masse.

 

Sur l'optimisme

 

Les gouvernements britannique et israélien font état presque une fois par jour de "signes positifs" qui pourraient suggérer que la "fin de la pandémie" est proche. Ces nouvelles sont généralement étayées par des affirmations sur une "baisse du nombre de cas". Inutile de mentionner que les rapports sur le terrain contredisent généralement ces suggestions optimistes. Mais puisque nous sommes en mode scientifique, examinons les "statistiques".

 

Un coup d'œil rapide aux "chiffres" britanniques et israéliens révèle que le nombre de nouveaux cas à la fin janvier est en forte baisse, et cela semble être une bonne nouvelle, mais le nombre de décès quotidiens continue d'augmenter, ce qui est très inquiétant.

 

Cependant, un examen rapide d'autres statistiques COVID européennes et moyen-orientales dans des pays comme l'Autriche, la France, l'Allemagne et la Jordanie révèle que les graphiques représentant le nombre de nouveaux cas et de décès quotidiens ont une forme presque identique. Comment expliquer alors l'anomalie particulière qui est signalée en Israël et en Grande-Bretagne : une "baisse" des cas d'une part, une forte augmentation exponentielle des décès d'autre part ?

 

Une explication (maladroite) possible est que dans les pays où la vaccination de masse est pratiquée, moins de personnes contractent le COVID, alors que pour ceux qui le contractent, le virus est bien plus mortel. Cela signifierait que si le vaccin produit quelques résultats positifs pour les personnes vaccinées (comme l'immunité), l'impact général sur l'ensemble de la société est assez dévastateur, le nombre de décès augmentant rapidement.

 

Une autre explication, qui me semble beaucoup plus probable, est que les gouvernements britannique et israélien effectuent moins de tests. Cela conduit évidemment à une réduction du nombre de nouveaux cas vérifiés. Cela peut faire bon effet dans les gros titres du Guardian ou du Jewish Chronicle, mais malheureusement cela n'arrête pas la maladie ou son impact mortel.

 

 

En Israël, la vaccination de masse a été le stratagème politique génial de Bibi, sauf qu'elle n'a pas très bien fonctionné (jusqu'à présent). Il est plus que probable que M. Trump avait également parié sur l'approbation d'un vaccin avant les élections. Comme nous le savons, Pfizer a en fait annoncé son "succès" très peu de temps après l'élection. Il va sans dire que Boris Johnson partage une ou deux caractéristiques avec Bibi et Trump. Il est plus que probable qu'aux États-Unis, en Israël et en Grande-Bretagne, la vaccination de masse a été déclenchée comme un outil politique. Ce sont surtout les foules progressistes et gauchistes qui sont les plus enthousiastes à l'égard des vaccins qui leur sont fournis par les icônes politiques de droite les plus farfelues de notre époque.

 

Qu'est-ce qui pousse certaines nations à se transformer en terrain d'essai avec de graves conséquences possibles ? Qu'est-ce qui pousse certaines nations à se faire vacciner et d'autres à être vigilantes et méfiantes ? Je vais essayer de répondre à ces questions cruciales dans mon prochain article.

 

Source: https://www.unz.com/gatzmon/a-brief-examination-of-some-facts-related-to-mass-vaccination/

Traduction: Maria Poumier

 

Contactez-nous

Notre service client est disponible 24h/24, 7j/7

Tél. :+33 (0)6 83 35 54 36

Contacter notre service client

Recherche dans le blog