Catégories

Newsletter

Blog catégories

L'Allemagne, les juifs et le Corona

Publié le 07/12/2020

  • L'Allemagne, les juifs et le Corona

Israël Adam Shamir

 L'Allemagne, puissance européenne et centre de la bataille contre les restrictions autour du Coronavirus, a déchaîné le Kraken contre les mécontents. Si vous n'êtes pas heureux de porter un masque, de rester chez vous, d'encourir des calamités si vous bougez, c'est que vous êtes un antisémite. Et c'est un délit pénal en Allemagne, passible de plusieurs années de prison. C'est une accusation effrayante qui peut à tout le moins ruiner votre carrière.

Comment ont-ils construit un enchaînement du Coronavirus aux Juifs, alors que les juifs ne se distinguent pas spécialement parmi les adeptes du confinement ? Les manifestations anti-Corona ont rassemblé des millions d'Allemands. Le gouvernement a décrit les manifestants comme des néo-nazis. Ils ont lâché leurs chiens féroces d'Antifa pour attaquer les manifestants. Ils ont essayé de faire honte aux manifestants en disant qu'ils marchaient avec les nazis. C'est la procédure habituelle en Allemagne et ailleurs : décrivez toujours vos opposants comme des néonazis et des espions russes. C'est très loin de la vérité, mais rien n'arrête ceux qui sont prêts à tout pour délégitimer les manifestations.

Les manifestants anti-Corona n'ont pas apprécié. Au lieu de se dresser contre les Juifs, comme ils étaient censés le faire, ils se sont en fait identifiés aux Juifs. Ils se sont comparés aux victimes des persécutions nazies, Anne Frank et Sophie Scholl. Anne Frank, une jeune fille juive dans la Hollande occupée, forcée de rester confinée chez elle et de se cacher pendant de nombreux mois. Son souvenir est revenu au premier rang grâce à une jeune Allemande de 11 ans qui a dû fêter son anniversaire en se cachant de la Corona-police. Sophie Scholl était une résistante chrétienne contre les nazis, qui s'était exprimée courageusement contre la guerre et contre les mauvais traitements infligés aux Juifs et aux autres. Une jeune Allemande a dit qu'elle se sentait comme Sophia Scholl lorsqu'elle distribuait des tracts contre les restrictions imposées par le gouvernement. Quoi de plus anti-nazi que de telles comparaisons ?  Mais cela ne les a pas protégées, au contraire.

Une telle comparaison constitue une banalisation de l'Holocauste, un crime selon le droit allemand, a déclaré Felix Klein, commissaire allemand à l'antisémitisme. Il n'est pas juif, mais c'est un grand philo-sémite. C'est une violation du droit d'auteur, aurait-il pu ajouter. Comment osez-vous comparer vos problèmes de goys avec l'Holocauste ? Seuls les juifs peuvent comparer ce qu'ils veulent avec l'Holocauste.

Et ils ne s'en privent pas. La semaine dernière, Peter Wolodarski, un jeune juif polonais récemment nommé rédacteur en chef du journal libéral suédois DN a qualifié Donald Trump d'"antisémite", tandis que sa chroniqueuse Lisa Magnusson comparait la brutalité de la police biélorusse à celle des nazis. Une banalisation choquante de l'Holocauste, cette comparaison. Moins de personnes ont souffert aux mains de la police lors des manifestations post-électorales à Minsk qu'à Paris ces temps-ci, et encore moins qu'à l'époque nazie, où un Biélorusse sur quatre a péri. C'est une curieuse affirmation que de qualifier Trump, le meilleur ami du Premier ministre israélien, d'"antisémite", a déclaré Stefan Lindgren, l'éditeur du site suédois indépendant Nyhetsbanken. Apparemment, les Juifs sont autorisés à banaliser l'Holocauste et à ressusciter les souvenirs nazis quand ça leur chante.

Les juifs allemands étaient prêts à faire plaisir au gouvernement en confirmant qu'il y avait là matière à vitupérations anti-nazies. Le Conseil central des Juifs d'Allemagne, le président Josef Schuster, a déclaré : "Tout comme les manifestants font preuve d'un mépris total pour la santé des autres, ils ne montrent aucun respect pour les victimes du national-socialisme". Annette Kahane, une éminente juive "SJW" en Allemagne, est allée plus loin.  Parmi les manifestants, il y a des gauchistes, des droitistes, des musulmans et des chrétiens. Cela signifie qu'ils sont unis par l'antisémitisme, car il n'y a rien d'autre qui puisse les unir, a-t-elle déclaré.

Annette Kahane est une SJW, une "guerrière pour la justice sociale" plus vraie que nature. Elle est née dans une famille juive privilégiée en RDA et, alors qu'elle était à l'université, elle a collaboré avec les services secrets de la Stasi, dénonçant ses camarades de classe pour manque de dévouement au parti. Puis elle a pressenti l'effondrement prochain de l'État socialiste et, au moment de la chute du mur de Berlin, Mme Kahane était déjà une grande partisane de l'unification et une combattante de la liberté pro-occidentale. Elle a réussi à cacher son passé au service de la Stasi pendant un certain temps, mais pas pour longtemps. Après l'unification de l'Allemagne, les archives de la Stasi ont été ouvertes et son passé a été mis en lumière. Mais elle y a survécu et a fondé l'équivalent allemand du BLM pour défendre les immigrés noirs. Aujourd'hui, elle est l'une des principales SJW, une anti-fasciste qui lutte pour toutes les bonnes causes contre toutes les mauvaises causes. Son jugement vaut sanction, il est repris par les journaux allemands : ainsi, les manifestants anti-Corona sont effectivement antisémites, si Mme Kahane le dit.

C'est justement ce qui m'intéresse. Pourquoi, si l'on déteste certaines choses détestables telles que les banquiers, les bombardements sur Gaza, les mauvais traitements infligés aux Palestiniens, George Soros, Charlie Hebdo, les Antifa, la guerre contre le terrorisme, le blairisme, les faillites induites de PME, les masques et les confinements - est-ce que cela apparaît à certains comme du pur antisémitisme ? Pourquoi la défense des Juifs est-elle toujours liée à la défense de dirigeants détestables? Pourquoi y a-t-il des juifs puissants qui invoquent la tragique histoire juive afin de protéger certaines horreurs ? Les Juifs sont-ils les boucs émissaires volontaires de ceux qui veulent nous commander ? Y a-t-il une méchanceté que l'ADL et d'autres instances sur le modèle de Mme Kahane n'assumeraient pas? Ces personnes immorales sont-elles impliquées dans un sinistre complot contre les vrais Juifs en faisant de l'"antisémitisme" un choix inévitable pour tout honnête homme ? Ou bien perçoivent-elles une qualité inhérente au sémitisme dont nous ne sommes pas conscients?

La logique voudrait que ces accusations soient réfutées comme étant irréalistes. Les Juifs orthodoxes sont ceux qui s'opposent le plus à l'enfermement général. À Jérusalem et à New York, ils se sont assis sur toutes les restrictions et ont surmonté toutes les tentatives pour les interdire de prières. Ils ont également voté en masse pour Trump "l'antisémite". Qui est le représentant juif le plus authentique, un rabbin de Jérusalem ou l'infâme SJW de Berlin ? Les dirigeants préfèrent l'ADL et la dénonciatrice allemande car ils sont toujours prêts à jeter le poids des juifs morts dans la balance, pour une cause leur tenant à coeur.

De fait, partout l'antisémitisme est utilisé comme un outil et une arme, mais il semblerait que l'Allemagne soit le seul endroit au monde où les manifestants anti-Corona sont traités d'antisémites. Et ce, pour deux raisons. L'Allemagne fait de l'antisémitisme une infraction pénale, il est donc facile de le brandir sur vos têtes. La deuxième raison tient au judaïsme allemand. Il s'agit d'un cas particulier. C'était autrefois la plus fière et la plus distinguée des tribus juives, mais très peu de Juifs allemands sont restés en Allemagne. Ils se sont installés aux États-Unis, en Israël ou ont péri pendant la guerre. À leur place, ce sont des Juifs d'autres pays qui sont venus s'installer en Allemagne. Ils se considèrent très précisément non comme des citoyens allemands, mais comme des surveillants de l'Allemagne au nom des forces d'occupation mondialistes. C'est ce que m'ont dit les Juifs allemands : "On nous a encouragés à nous installer en Allemagne pour que les Allemands ne retournent jamais au national-socialisme".

Michel Friedman est un exemple de nouveau juif allemand. Il a fait de la politique avec les démocrates-chrétiens ; puis il a enfreint la loi. Il a engagé quelques prostituées ukrainiennes et leur a offert de la cocaïne. La police l'a surpris par hasard ; il a dû quitter la politique, mais n'a pas eu de mal à devenir un journaliste de premier plan. Alors qu'il écrivait pour Vanity Fair, il a piégé Horst Mahler, le dissident allemand.

Après l'avoir interviewé, Friedman se rend à la police et dénonce le vieil homme pour son négationnisme. Mahler avait été emprisonné et a retrouvé sa liberté le mois dernier après de nombreuses années de détention [mais il fait déjà l'objet de nouvelles poursuites]. Friedman se porte toujours très bien, il a sa propre émission à la télévision et il nous appelle à combattre la haine, une haine qu'il a largement provoquée lui-même.

Un cas de juif allemand encore plus récent, c'est le pianiste Igor Levit. A 33 ans, il estime qu'il est de son devoir d'apprendre aux Allemands ce qu'il faut penser. Il dit que l'AfD, le parti populiste allemand, est un parti nazi et que les membres de l'AfD sont "des gens qui ont perdu leur humanité". N'oubliez pas que l'AfD est le parti de prédilection des jeunes dans de nombreuses provinces (Lands) allemandes. Ce sont des populistes du genre Trump : ils ne veulent pas de réfugiés supplémentaires, ils ne veulent pas de l'OTAN, ils ne veulent pas combattre la Russie, ou qui que ce soit d'autre. Le jugement de Levit a été extrêmement sévère.

 Le critique musical Helmut Mauro a écrit : "Je ne suis pas d'accord avec le jugement de Levit : Levit est connu comme un virtuose de Twitter comme du piano". Et c'est apparemment au moins aussi crucial pour une carrière en 2020 que de faire de la musique en soi. Il ne cesse de tweeter sur les bonnes personnes et contre les mauvaises. Mauro a comparé Levit avec un autre pianiste, Daniil Trifonov. Tous deux ont quitté la Russie pour l'Allemagne, ils sont tous deux assez jeunes et natifs de Nijni-Novgorod, mais si Levit est un Paris Hilton de la musique, Trifonov est un véritable artiste. Le raffinement technique de Trifonov, son legato parfait (que Levit n'a malheureusement pas du tout), son sens de la forme, son jeu émotionnel à haut risque, son sens de l'ensemble, de la tension, de l'intensité musicale pure, l'élèvent actuellement bien au-dessus des autres. Et bien au-dessus de Levit, qui reçoit des prix sans fin... pour ses opinions.

Mauro a été écorché vif, accusé d'antisémitisme, et son journal s'est excusé pour lui (il ne l'a pas fait). On ne peut pas comparer un pianiste juif et un pianiste non juif et préférer un goy, surtout si ce juif garde les Allemands sous contrôle pour qu'ils ne fassent pas les malins. Mais les choses ont commencé à changer en Allemagne. Ils ne réagissent plus aux sifflets à chiens comme avant. Il ne suffit pas de leur dire "Juifs gentils, nazis méchants". Le site trotskyste wsws a fait un rapport sur cette évolution :

"Ces derniers jours, Die Welt, le Frankfurter Allgemeine Zeitung (FAZ) et le Neue Zürcher Zeitung (NZZ) ont tous publié des articles défendant le critique de musique classique Helmut Mauro et dénonçant le SZ pour avoir capitulé, appelant à témoin le public. Die Welt a déclaré une "guerre des cultures" et a accusé les rédacteurs du Süddeutsche Zeitung d'avoir plié le genou devant "les premiers violons de l'orchestre des Jacobins" et la "brigade Twitter d'une nouvelle police de la pensée de gauche", tout en qualifiant Levit de Twitter-incendiaire".

Le site wsws insiste, qualifie Mauro et sa critique d'"antisémite" et les partisans de Mauro d'"antisémites impérialistes de droite". Mais on s'y attendait. Ce qui est inattendu, c'est que les Allemands ne sont plus réduits au silence par cette rhétorique.

Levit a reçu le "Prix annuel de la compréhension et la tolérance", qui est décerné par le Musée juif de Berlin. Mais où est la tolérance quand on dénie l'humanité à un tiers de la jeunesse allemande ? Le musée juif sait certainement quel est le type de tolérance approprié et envers quelles opinions aucune tolérance ne saurait être permise. Mais cette guerre des cultures n'est pas encore terminée.

Le monde a assez de mal à se gérer tel quel, sans avoir à porter le fardeau supplémentaire de l'angle juif. Pour les Juifs, il est préférable d'éviter les liens inutiles entre les Corona-restrictions et la loi sur l'univers mosaïque, et, à tout prendre, les Allemands devraient essayer de régler leurs différends politiques sans faire référence aux Juifs, ni en bien ni en mal.

https://www.unz.com/ishamir/germany-connects-jews-with-corona/

Traduction: Maria Poumier

Joindre l'auteur: adam@israelshamir.net

Contactez-nous

Notre service client est disponible 24h/24, 7j/7

Tél. :+33 (0)6 83 35 54 36

Contacter notre service client

Recherche dans le blog