Catégories

Newsletter

Blog catégories

Démolir l'évolutionnisme sans devenir créationniste

Publié le 16/11/2020

  • Démolir l'évolutionnisme sans devenir créationniste


par Fred Reed

(Stephen C. Meyer, Douglas Axe, Chuck Darwin et moi,  trois obusiers à l'assaut de l'évolution, avec un pistolet à bouchon)

Aperçu:

L'auteur étale, avec beaucoup d'humour, les failles, incohérences, absurdités du dogme de l'évolution tel que ses zélotes nous l'imposent, avec le rang de science, depuis l'encensement des écrits de Darwin. L'auteur se garde bien de se présenter comme "créationniste", n'appelant qu'à son propre bagage de savant, dans les exemples qu'il choisit, et à la logique aristotélicienne élémentaire, socle du bon sens.  Les exemples qu'il donne de l'intelligence collective des insectes, inchangée depuis la nuit des temps, d'une incroyable férocité, et parfaitement inexplicable, sont particulièrement terrifiants. L'auteur examine aussi l'hypothèse d'une vie venue d'ailleurs, par un canal extra-terrestre. Mais en prolongeant rigoureusement  les sophismes des évolutionnistes, on aboutit à ceci, par exemple: " Par conséquent, les bébés n'existent pas. Quod erat demonstrandum. Sauf si quelque chose d'autre entre en jeu, mais je ne sais pas quoi".

Bref, " Si vous regardez l'évolution autrement que du point de vue d'un guerrier idéologique qui croit sauver le monde des griffes des chrétiens primitifs de Caroline du Nord, des difficultés surgissent. La principale d'entre elles est la complexité des choses. Les organismes vivants sont tout simplement trop compliqués pour avoir été créés par accident. Cela, me semble-t-il, est évident, bien que non prouvable, pour quiconque a l'esprit ouvert. Partout dans le monde vivant, on voit la complexité enveloppée dans la complexité. À un moment donné, les personnes saines d'esprit doivent dire : "Cela ne s'est pas produit par hasard. Il se passe quelque chose que je ne comprends pas". Mais un évolutionniste ne peut pas dire qu'il y a quelque chose qu'il ne peut pas comprendre, seulement qu'il y a des choses qu'il ne "comprend pas encore".

L'embryologie est certainement le domaine le plus déroutant.... L'auteur explore aussi les mystères de l'évolution démographique, de la conscience, de l'homosexualité, du "dessein intelligent", ce qui nous ramène à la téléologie. Comme le disait J.B.S. Haldane: "L'univers n'est pas seulement plus étrange que ce que nous supposons, il est plus étrange que ce que nous pouvons supposer"; en tout cas il est temps de se débarrasser des malhonnêtetés du darwinisme, bien malmené, entre autres,  par les découvertes de la biologie.] 

 

Ceci est une version  mise à jour d'une précédente chronique sur l'évolution: c'est atrocement long à lire, voire criminel, selon les normes d'Internet, mais je la publie quand même parce que je reçois des demandes occasionnelles. Peu de gens le liront, ce texte, ce qui est compréhensible. Je vous prie de m'excuser. Le diable m'a obligé à le faire. Je vais recevoir des courriels d'une stupidité transcendante disant que je suis un chrétien primitif de Caroline du Nord avec trois dents, qui manipule des les serpents. En fait, je crois que tous les humains descendent d'un seul homme et d'une seule femme (Deucalion et Pyrrha).

 Les insectes de Darwin

 "Un scientifique fait partie de ce que le philosophe polonais des sciences Ludwik Fleck appelait un "collectif de pensée" : un groupe de personnes échangeant des idées dans un langage mutuellement compréhensible. Ce groupe, a suggéré Fleck, développe inévitablement un esprit propre, car les individus qui le composent convergent vers une façon de communiquer, de penser et de ressentir.

 

Cela rend la recherche scientifique sujette aux règles éternelles de la vie sociale humaine : déférence envers le charismatique, orientation vers l'opinion majoritaire, punition pour déviance et malaise intense à admettre ses erreurs. Bien sûr, ces tendances sont précisément ce que la méthode scientifique a été inventée pour corriger, et à long terme, elle y parvient bien. Mais à long terme, "nous serons tous morts, peut-être même plus tôt que si nous n'avions pas suivi un régime basé sur de mauvais conseils".

  

Comment cet essai a été réalisé

 J'étais au lycée quand j'ai commencé à penser à l'évolution. Je découvrais alors les sciences de manière systématique, et je les prenais pour ce qu'elles se proposaient d'être, un domaine de la raison et un regard impartial sur la vérité. Elles étaient d'une clarté absolue qui me plaisait. Vous aviez de vraies réponses. Comme l'évolution dépendait de sciences telles que la chimie, je la considérais comme une science également.

 

La question de l'origine de la vie m'intéressait. Les explications évolutionnistes que je rencontrais dans les manuels de biologie me semblaient cependant faibles. Elles se résumaient ainsi : "Dans les mers primitives, l'évaporation a concentré les composés dissous dans un pore d'une roche, une membrane s'est formée, et la vie a commencé son immense voyage". Pourtant, je ne voyais aucune raison d'en douter. Si cela n'avait pas été vrai, les scientifiques n'auraient pas dit que c'était le cas.

 

Souvenez-vous, j'avais quinze ans.

 À l'époque, je lisais Scientific American et New Scientist, ce dernier étant alors encore rédigé de manière réfléchie en bon anglais. J'ai remarqué qu'il n'était pas rare qu'ils proposent des spéculations divergentes sur l'origine de la vie. La croyance en l'instrumentalité de l'accident chimique était constante, mais la nature de la soupe primitive a changé pour s'adapter aux diverses tentatives d'explication.

 

Pendant un certain temps, on a cru que la vie s'était développée sur l'argile dans des eaux peu profondes, dans des mers d'une composition particulière, puis dans des bassins de marée avec une autre solution chimique, puis en pleine mer avec une autre solution. Cela continue. Récemment, les cheminées géothermiques ont été proposées comme le foyer de la première vie. Aujourd'hui (24 février 2005), sur le site web de la BBC, j'apprends que la vie a évolué sous le plancher océanique ("Il est prouvé que la vie a évolué dans les sédiments profonds", a déclaré le coauteur John Parkes, de l'université de Cardiff, au Royaume-Uni, sur le site web de BBC News).

 

Le déplacement fréquent du terrain en question me dérangeait. Si nous savions comment la vie a commencé, pourquoi avons-nous eu tant de mécanismes prospectifs, dont aucun n'a fonctionné ? L'évolution a commencé à ressembler à une théorie à la recherche d'une soupe. Cinquante-cinq ans plus tard, en 2015, c'est toujours le cas.

Ce qui distingue l'évolution des autres sciences

 Au début, j'ai remarqué trois choses sur l'évolution qui la différenciaient des autres sciences (ou, je pourrais presque dire, de la science). Premièrement, la plausibilité a été acceptée comme étant équivalente à la preuve. Et bien sûr, moins on en sait, plus il y a de choses plausibles, parce qu'il y a moins de faits qui s'y opposent. Les évolutionnistes ont toujours supposé que le fait de suggérer comment quelque chose a pu se produire équivalait à établir comment cela s'était produit. Leur demander des preuves suscitait généralement de l'agacement et parfois, si l'on persistait, de l'hostilité.

 

À titre d'exemple, considérons l'opinion selon laquelle la vie est née d'une mésaventure chimique. Ils veulent dire par là, je pense, qu'ils ne peuvent pas imaginer comment cela aurait pu se produire autrement. (Moi non plus. Mais est-ce qu'on accepte une mauvaise explication parce qu'on est incapable d'en trouver une bonne) ? Cette théorie de la vie accidentelle, étant quelque peu plausible, est donc acceptée sans les normes scientifiques habituelles, telles que la reproductibilité ou la démonstration rigoureuse de la faisabilité mathématique. En d'autres termes, les évolutionnistes sont trop attachés à leurs idées pour pouvoir les remettre en question.

 

Ou pour remarquer que d'autres les remettent en question, et avec raison. Ils défendent furieusement l'évolution de la vie dans les mers de la terre comme la plus sûre des certitudes. Pourtant, dans le Scientific American de novembre 2005, un article soutient que la vie a peut-être commencé ailleurs, peut-être sur Mars, et qu'elle serait arrivée ici sur des météorites. Peut-être que c'est possible. Quelque part, ailleurs, n'importe où. En route vers le brouillard.

 

Par conséquent, la discussion repose souvent sur des affirmations vagues et obscures, ou ignore des questions évidentes. On dit que les étourneaux ont évolué pour avoir la couleur de la terre, de sorte que les faucons ne peuvent pas les voir pour les manger. C'est plausible et, je le soupçonne, vrai. Mais les guacamayos et les cacatoès sont assez voyants pour être vus depuis une orbite terrestre basse. Y a-t-il une contradiction ici ? Non, disent les évolutionnistes. Les guacamayos sont assez voyants pour qu'ils puissent se trouver pour s'accoupler. Il y a toujours une explication. Mais les étourneaux semblent s'accoupler avec beaucoup de succès, bien qu'invisibles. Si vous avez entendu le cri d'un guacamayo, vous pouvez difficilement douter qu'un autre puisse le trouver facilement. Les passionnés de l'évolution m'ont alors dit que les guacamayos étaient au sommet de leur chaîne alimentaire, et qu'ils n'avaient pas de prédateurs. Ou bien que les prédateurs étaient daltoniens.

 

Et ainsi de suite. Sur n'importe quel récif de corail, un plongeur peut voir, ou plutôt ne pas voir, le camouflage phénoménal de créatures telles que les poulpes, dont on dit que cela les empêche de se faire manger. C'est le cas. Mais de nombreux poissons sont de couleur vive. Où est l'avantage ?

 

Deuxièmement, l'évolution semblait plus être une métaphysique ou une idéologie qu'une science. Les sciences, telles que je les connaissais, donnaient des réponses claires. L'évolution impliquait une foi intense dans des principes flous. Vous avez fait une démonstration, en chimie, mais vous avez cru à l'évolution. Si vous avez déjà débattu avec un marxiste, un libéral ou un conservateur sérieux, un féministe ou un chrétien, vous aurez remarqué que, bien qu'ils puissent être extrêmement brillants et bien informés, ils font preuve d'un côté évasif exaspérant. Vous n'obtenez jamais de réponse franche si c'est une réponse qu'elles ne veulent pas donner. Les prémisses essentielles ne sont pas fermement établies. Les affirmations fondamentales ne sont pas liées à la réalité observable. Invariablement, le marxiste (ou l'évolutionniste) suppose qu'une connaissance détaillée des conditions économiques sous le règne de Nicolas II se substitue à la capacité de répondre à des questions simples, comme celle de savoir pourquoi le marxisme n'a jamais fonctionné. C'est le sophisme de la connaissance non pertinente. Et bien sûr, presque tout peut être rendu crédible en ne tenant compte que des preuves favorables et en les interprétant de façon ... rigoureuse.

 

Troisièmement, les évolutionnistes sont obsédés par le christianisme et le créationnisme, avec lesquels ils s'imaginent être aux prises en un combat mortel. Cela leur est propre. Notez que d'autres sciences, telles que l'astronomie et la géologie, voire l'archéologie, sont également menacées par l'idée que le monde a été créé en 4004 avant JC. Mais les astronomes ne prêtent pas la moindre attention aux idées créationnistes. Personne ne le fait - sauf les évolutionnistes. Nous avons affaire à des religions concurrentes - des explications globales de l'origine et de la destinée. D'où la fureur de leur réponse au scepticisme.

 

J'ai trouvé inutile de leur dire que je n'étais pas un créationniste. Ils ont refusé d'y croire. S'ils l'avaient fait, ils auraient dû répondre à des questions qu'ils auraient préféré éviter. Comme tout fanatique, ils ne peuvent pas reconnaître leur propre fanatisme. D'où leur classification constante de sceptiques comme ennemis (un mot qu'ils utilisent souvent) - de la vérité, de la science, de Darwin, du progrès. 

 

L'antre de la bête

 J'ai fait partie de plusieurs listes sur Internet qui traitent de sujets tels que l'évolution, j'ai écrit sur le sujet et j'ai discuté de l'évolution avec divers de ses défenseurs. Ces hommes (presque tous) sont souvent très brillants, ce sont souvent des professeurs de l'Ivy League, certains d'entre eux avec des noms que vous pourriez reconnaître. Ce ne sont pas des amateurs de l'évolution, ni des directeurs de lycée du Kansas désireux de prouver leur modernité. Je leur ai posé des questions, par exemple pour savoir si nous savons vraiment en quoi consistaient les mers primitives, etc. Je connaissais les réponses ; je voulais voir comment les partisans sérieux de la biologie évolutionniste répondraient à des questions gênantes.

 

C'était comme faire un examen de la prostate à un lynx. J'avais tout sauf les réponses. Ils m'ont dit que j'étais manipulé, ont sous-entendu à maintes reprises que j'étais un créationniste, ont dit que j'étais un ennemi de la science (quelqu'un qui demande des preuves est un ennemi de la science). Ils m'ont dit que j'essayais de faire tomber la biologie moderne (si vous posez des questions sur un aspect de la biologie, c'est que vous voulez faire tomber la biologie). Ils m'ont dit que je ne savais rien (c'est pourquoi je posais des questions), et que j'étais un simple journaliste (la validité d'une question dépend de sa source plutôt que de son contenu).

 

Mais ils n'ont pas répondu aux questions. Ils ont esquivé, esquivé et éludé. Après trente ans de journalisme, je sais reconnaître l'esquive et je l'esquive quand j'en vois. C'était comme le contre-interrogatoire de témoins hostiles.

 

C'est le comportement non pas des scientifiques, mais des défenseurs, des vrais croyants. J'ai toujours pensé que la science consistait à poser des questions, et non à défendre des choses que l'on ne connaissait pas vraiment. La religion, je pensais que c'était l'inverse. Je suppose que j'avais tort.

 

Quant à l'accusation couramment formulée selon laquelle je ne sais "absolument rien" de l'évolution ou des sciences biologiques, ou de toute autre science, je ferai remarquer que la plupart des choses peuvent être saisies par l'application d'une intelligence modeste, assortie de troubles obsessionnels compulsifs. La difficulté apparente de la plupart des sciences réside davantage dans une terminologie absconse , qui  dissimule des simples idées. Au risque d'inciter à l'ennui, je note que, grâce à une bonne formation universitaire et à un bagage considérable, je peux parler avec familiarité de :

 

Prophase, métaphase, anaphase, télophase. Membrane de Descemet, corps ciliaire, ligaments suspenseurs, épithélium rétinien pigmenté (l'œil présentant un intérêt évolutif). Peptide, hormones hypophysaires, vasopressine et ocytocine. Ostéoclaste, ostéoblaste. Néphrons, glomérule, boucle de Henle. Axone, dendrite, dépolarisation in-potassium-out du sodium, neurotransmetteurs, sites récepteurs. Réticules endoplasmiques rugueuses et lisses, appareil de Golgi, bicouches lipidiques, queues hydrophobes et hydrophiles, lysosomes, ribosomes, épitopes, ARNm, ARNt, transcription, traduction. Enzymes de restriction, ADN polymérase. Équation du sélectionneur, différentiel de sélection, pléiotrophie, épistasie, héritabilité étroite. Purines adénine et guanine et pyrimidines cytocine et thymine (enfin, uracile dans l'ARN). Dégénérescence de l'alphabet des codons. Nucléotides, nucléosides, adénosine triphosphate, indels, cristaux mitochondriaux, polymorphismes d'un seul nucléotide, information de Shannon contre information spécifiée, réaction en chaîne par polymérase, polymorphisme de longueur de fragment de restriction, électrophorèse. Luciférine, (et Luciferout ?) luciférase, ATP. ADN chromosomique X et mitochondrial. Liaisons peptidiques -COOH à NH 2, molécule d'eau extrudée. Des composés socialement importants comme le 2, 4, 6- trinitrotoluène, le toluène étant le benzène avec un groupe -CH3, la résonance des liaisons dans le benzène, le pH, le logarithme négatif de la teneur en ions hydronium. Les isomères de levo et dextro. Alcanes, alcènes, alcynes, al gore. Cambrien, Ordovicien, Silurien, Dévonien, Carbonifère, Permien. Formes transitoires présumées : Les ichtyostégides des sédiments du Dévonien de l'est du Groenland, si ma mémoire est bonne ; l'Archéoptéryx, Bavière 1861 ; le coelacanthe, Marjorie Latimer, en quelque sorte 1937 je crois ; et mon préféré, l'homme de Piltdown. L'œuf d'amniote. Les dinosaures de Saurischian et Ornithischian. Les sauropodes, les pseudopodes, les copépodes. Etc

 

Un préambule

 L'intention de cet essai n'est pas de débattre avec un ardent défenseur de l'évolutionnisme. Il serait inutile de le faire. Le problème est celui de l'état d'esprit sous-jacent, des raisons pour lesquelles les gens croient ou ne croient pas les choses. Le plus grand fossé intellectuel n'est pas entre ceux qui croient une chose et ceux qui en croient une autre, mais entre ceux qui ont un besoin émotionnel de croire quelque chose avec ferveur et ceux qui peuvent dire "je ne sais pas". Le premier groupe comprend les fastidieux darwinistes et créationnistes qui se lancent des imprécations les uns aux autres comme des fans d'équipes de football rivales. Chacun d'entre eux refuse avec entêtement de concéder la moindre possibilité que sa doctrine soit autre chose qu'infaillible. À mon avis, ils constituent la meilleure preuve que nous ne sommes pas descendus du singe, mais que nous n'en sommes pas encore remontés. La stupidité au-delà d'un certain point est quelque chose d'insoluble.

 

J'écris ici pour ceux qui peuvent regarder le monde avec curiosité et calme, en devinant ce qui peut être deviné et en concédant ce qui ne peut l'être, sans se considérer comme des membres de tribus en guerre. À en juger par les écrits sur l'évolution dans les schématisations imagées répandues, il peut y en avoir jusqu'à trois types. 

 

Sur l'arrogance

 

"L'univers n'est pas seulement plus étrange que ce que nous supposons, il est plus étrange que ce que nous pouvons supposer." J. B. S. Haldane

 

"Queer" : Exactement le bon mot, qui suggère le monde d'Alice au pays des merveilles, bien plus que le monde de la physique, "croustillant", net, parfaitement ordonné et causal. Ce paradigme soutient que l'existence est comme une vaste grille de mots croisés. Nous avons rempli certaines cases, d'autres non, mais de par sa nature, l'énigme est résoluble, et ce n'est qu'une question de temps avant que nous ne sachions tout. C'est terriblement optimiste.

 

L'homme d'aujourd'hui est une espèce gonflée [de vanité] et trop confiante. Nous pensons que nous savons tout, ou que nous le saurons bientôt. Nous avons un sens de la quasi-omniscience qui n'a d'égal que celui des adolescents. Car n'avons-nous pas des smartphones, des atterrisseurs martiens et des scanners TEP, et ne parlons-nous pas tous sagement de l'ADN ? Nous sommes, sinon des dieux, du moins des divinités en devenir. Si vous n'y croyez pas, demandez-nous.

 

Il n'en a pas toujours été ainsi. Il y a mille ans, l'humanité a projeté une petite ombre sur la terre, tout en vivant dans un monde sombre et mystérieux. On savait peu de choses, à propos de tout. Des dieux d'innombrables sortes se promenaient sur la terre. Les esprits habitaient des bosquets sacrés. La foudre, la lune, les étoiles étaient... quoi ? Nous n'en savions rien. Cela apportait l'humilité.

 

Nous croyons maintenant que rien n'est ou ne peut être au-delà de nos pouvoirs. Un sceptique contemplatif pourrait faire valoir quelques détails restants : Nous ne savons pas d'où nous venons, pourquoi nous sommes ici, où est "ici", où nous allons si nous allos quelque part, ou ce que nous devons faire. Ce sont des questions mineures. Nous n'y pensons que lorsque nous nous réveillons à trois heures du matin en nous souvenant que nous ne sommes pas permanents. Nous nous faisons des illusions.

 

Lorsque les gens s'habituent à des choses qui n'ont pas de sens, ils commencent à y ressembler. Bien que nous ne le remarquions plus lorsque nous picorons sur nos tablettes informatiques et que nous écoutons des émissions de télé-réalité sur la conquête de la nature, nous vivons toujours dans un univers étrange et inexplicable, un vide apparemment sans fin tacheté d'étincelles de feu d'hydrogène. C'est méchamment mystérieux. Il y aurait toujours plus de choses dans le ciel et sur la terre, en effet.

 

Nous ne sommes pas aussi sages que nous le pensons. Nous sommes simplement plus intelligents que tout ce que nous connaissons. Je réitère le principe de Fred : le plus intelligent, parmi un grand nombre de hamsters, c'est toujours un hamster.

 

L'évolution dans le grand schéma des choses ... 

[Lire les 25 pages restantes sur

https://drive.google.com/file/d/1RPfMEef7yw2_u8Ai-laO_-VgF0ENCYFs/view?usp=sharing]

Qui est Fred Reeds?

Fred Reeds est traducteur de Martine Desjardins (romancière québecoise) et de Paulos Matesis (écrivain grec), et il est l'auteur de


Source: https://www.unz.com/freed/stephen-c-meyer-douglas-axe-chuck-darwin-and-me/

Traduction: deepl et Maria Poumier