Mashhad et l'iran authentique se rappellent au bon souvenir de la délégation française

Publié le 23/09/2015

  • Mashhad et l'iran authentique se rappellent au bon souvenir de la délégation française
"Masshad et l'Iran authentique se rappellent au bon souvenir de la délégation française"

Par Vahid Jalili, journaliste iranien et  adjoint aux affaires culturelles de la municipalité de Mashhad

Le 23 septembre, une délégation de 60 commerçants
 français est à Téhéran et le lendemain à Mashhad. 
Aprés l'accord nucléaire il y a beaucoup des 
délégations européennes à Téhéran
 et on se méfie!
Cette délégation comporte également 
 10 journalistes.
 L'article ci-dessous a été immédiatement
 publié dans le quoitiden le plus lu à Masshad.

Vahid Jalili le journaliste et penseur iranien 
est également frere du Dr. Saeed Jalili
 l'ex-négociateur nucléaire Iranien; voici son 
petit article sur l'attitude des 
Français vis-à-vis des Iraniens]
 
En France il y a un arbre que les Iraniens 
connaissent bien mieux que les Français.
Au-dessous  de cet arbre, certaines lois furen
t jadis annoncées au monde qui - 
comme les Lois de la gravitation universelle
 de Newton - ont divisé le monde en deux. 
La gravitation a bien sûr un lien avec le pommier
 cher à Newton.
 
Au cours de notre époque contemporaine, le plus grand 
philosophe Français Michel Foucault s’est demandé: 
dans les rues de Téhéran ‘quel rêve les iraniens 
pouvaient-ils bien avoir en tête ?’ Quand le
 plus grand philosophe contemporain iranien 
s’asseyait lui aussi au-dessous de ce pommier
 à Neauphle-le-Château - tout en se détendant - 
il répondait à la question qui a tant troublé le cœur de Michel 
Foucault.
 
L’an 1979 a pris son fin alors que les Français ont 
gardé comme souvenir les efforts de Michel Foucault 
dans le Téhéran post-moderne.
Grâce au calme et à la sérénité de l’Imam Khomenei à
Paris, les iraniens ont gardé
 de la révolution islamique le souvenir 
d'une immense réussite.
 
Maintenant, 36 années se sont écoulées.
 Une délégation française
aujourd'hui entre à Mashhad.
Les Iraniens voudraient bien conserver un beau souvenir de la France dans 
leur mémoire au delà de l'épisode de Neauphle-le-Château.
Dans plusieurs villes de l’Iran - d'ailleurs, on a baptisé une ru
 ou une place du nom de ce village de la banlieue 
parisienne.
 
A Mashhad également tout à côté de la place ‘République
 de la République Islamique’ il y a une cité que les Mashhadi ont 
surnommé "Neauphle-le-Château".
 
Certaines rues de cette cité ont
 été nommées d'après le nom des martyres qui ont été fauchés par les missiles
 Exocet français durant la guerre Iran/Irak.
27 ans après la fin de cette guerre, dans cette même cité, on entend encore la toux 
de jeunes Iraniens due aux bombes chimiques lancées par les Mirage F1 et
 les Super-Étendard français de chez Dassault.
 
Durant tout ce temps les Giscard d'Estaing, Mitterand, Chirac, Sarkozy et Hollande ont 
préféré se faire photographier avec Saddam Hussein et Radjavi. 
Aujourd’hui quand l’avion de la délégation d’une soixantaine de français
 atterrit à l’aéroport du martyr Hasheminejad à Mashhad, peut-être n’y a
 t-il personne qui leur explique que ce prédicateur et écrivain 
populaire Mashhadi a été assassiné par ceux qui sont invités au 
parlement français pour bafouiller sur la lutte contre le terrorisme.
 
Les membres de la délégation française se promèneront dans les
 mêmes rues que les femmes, les étudiants, les députés et les marchands 
Mashhadi qui ont été massacrés par les terroristes dont Paris assure 
encore la protection. Mais les Mashhadi n’ont surnommé aucunes de leurs 
rues du nom d'Exocet, Dassault Super-Étendard, bombes chimiques, Droits 
de l'homme à la française ou bien encore terrorisme parisien.
 
Les membres de cette délégation française tout en se promenant dans la 
ville peuvent clairement constater que malgré les 30 ans d’incroyables 
efforts de l’Occident (Royaume-Uni, France, Allemagne et Grand Satan 
lui-même) pour insécuriser et détruire l’Iran par le massacre, la 
terreur, la guerre, les bombes chimiques, les sanction, les chantages 
etc., malgré tout celà, la cité de Neauphle-le-Château à Masshad est 
toujours en sécurité et en progrès tout en s'abritant sous les drapeaux 
de la fierté de la place de la ‘République Islamique’.
 
Si cette délégation n’a vu l’Iran que dans les festivals politiques de Cannes, 
ils vont probablement être stupéfaits de voir le vrai Iran.
 
L’arc-en-ciel des pèlerins du sanctuaire de l'Imam Rezâ, composé de toutes les 
origines ethniques et des climats que peut compter l’Iran est une 
 vitrine adaptée pour que les prêtres de la tour Eiffel puissent 
comparer les illusions qu’ils ont propagées sur la République Islamique avec 
 la vérité de la vie iranienne.
 
Un peu à l'écart de la cité Neauphle-le-Château, ces jours-ci à Kouhsangi, 
Mashhad raconte «l’histoire de la Résistance».
 
Si la délégation française est composée de Thénardier, Mitterand, Javert, Chirac, 
Don Juan, Sarkozy etc. on n'a rien à dire.
 
Mais si ce sont des Frantz Fanon, Jean Valjean, Kamal Courcelle qui sont venus
à Mashhad, ils sont très bienvenus et on les invite à voir le théâtre des 
"Nageurs de combat martyrs".
 
 

COMMENTAIRES

Aucun commentaire pour le moment.

Ajouter un commentaire