Bonnes nouvelles de la Shoah

Publié le 22/09/2015

Faurisson chez Veterans to day
 
Dans son mensuel "Power" en date du 1er septembre, Ingrid Zündel,
 femme de Ernst Zündel, qui attend toujours que son mari, 
après 7 années de prison pour révisionnisme, 
ait le droit de revenir auprès d'elle dans le Tennessee
(*), annonce une nouvelle incroyable: elle a réussi à 
faire mettre en ligne sur le puissant site Veterans Today 
un article capital du Pr Faurisson ! Et quel article !
Précisons d'abord ce qu'est ce site:
- Veterans Today est un site où se retrouvent les dizaines 
de milliers d'anciens combattants qui protestent contre les
guerres, passées et présentes, des Etats-Unis ; 
les intervenants de ce site sont pour la plupart des
 professionnels de l'information militaire et ils sont 
généralement considérés comme les meilleurs 
spécialistes mondiaux du renseignement.
- Grâce à sa compétence et à son entregent, Ingrid
 Zündel collabore à ce site depuis trois ans et y place 
des informations utiles.
- Enfin, l'article en question du Pr Faurisson, daté du 
31 décembre 2014, que nous avons déjà diffusé
 le 9 janvier 2015 et que l'on trouvera à nouveau 
ici en pièce jointe, s'intitule "En soixante-dix ans, 
aucune expertise médico-légale prouvant l¹existence
et le fonctionnement des 'chambres à gaz nazies' !"
 Il existe donc en anglais sur le site en question,
 précédé d'un avertissement de Jim Dean:
http://www.veteranstoday.com/2015/08/07/extermination
-camps-when-the-khazars-punked-the-world-dr-robert-faurisson/

mais nous le possédons également en allemand
 (nous le réclamer éventuellement); au 16 septembre
 l'article avait déjà recueilli 8.200 vues et, comme
 le dit Ingrid, ceux qui consultent le site "ce n'est pas Monsieur
Tout le Monde, ce sont des gens qui sont au plus haut
 niveau des gouvernements ainsi que leurs conseillers".
Ingrid nous écrit aussi que depuis la parution de cet article, 
elle reçoit des coups de fil de gens qui lui disent "Tu savais, 
toi, que l'Holocauste est une imposture?"
   Bref, un nouveau grand pas vient d'être franchi...
 (Résistance Révisionniste)
 
***
 
Des nouvelles de l'un des plus culottés imposteurs de la déportation : le Catalan Enric Marco, un syndicaliste né en 1921. 
Il prétendait avoir été déporté au camp de Flossenbürg. A partir de 2003 il avait trouvé le moyen de se faire nommer président de l'Amicale de Mauthausen. 
Purs mensonges qui avaient rencontré un succès fou. Il avait été finalement démasqué.
En 2014, un livre était paru en espagnol sur cet individu. Il est paru en français sous le titre de L'Imposteur.   RF
-


Le 12 mai 2005 une dépêche de l'Associated Press révélait au monde que l'Espagnol Enric Marco, alors âgé de 84 ans, porte-parole des survivants espagnols de l'Holocauste, président de l'Amicale de Mauthausen, qui avait
raconté son histoire au cours de centaines de conférences et interviews et même dans un livre paru en 1978, "Mémoires de l'enfer", venait d'être démasqué par un historien, Benito Bermejo: Marco était un mystificateur; il
avait dupé toute l'Espagne en s'inventant un passé fantasmé de résistant antifranquiste et de déporté et il venait de reconnaître qu'il n'avait jamais été dans un camp nazi.
    Dix ans plus tard, aujourd'hui 21 septembre, on trouve sur le site de RTL Belgique un article consacré à la parution de la traduction française du livre "L'Imposteur", de l'écrivain espagnol Javier Cercas, qui vient d'être sélectionné pour le prix Medicis et le prix Fémina. L'article est intitulé "L'écrivain espagnol Javier Cercas face au 'Maradona de l'imposture' ". En voici quelques passages savoureux:
http://www.rtl.be/info/monde/europe/l-ecrivain-espagnol-javier-cercas-face-a
u-maradona-de-l-imposture--756108.aspx


- Incontestablement malin, Enric Marco a su comme personne "raconter ce que tout le monde voulait entendre"...
- Si les mensonges de Marco sont impardonnables, l'aveuglement collectif face à ses mensonges est tout aussi répréhensible, estime Javier Cercas. Il se montre sévère sur la cécité générale de l'opinion qui, pendant si
longtemps, a cru aux mensonges "kitsch" de Marco sans se poser de questions...
- "Tout le monde, notamment les médias, était enchanté par les histoires de Marco, le Maradona de l'imposture", fait remarquer l'écrivain.
- "Nous n'aimons pas la vérité, qui est dure et complexe, nous préférons le mensonge", affirme Javier Cercas.
- L'écrivain n'hésite pas à dénoncer "l'invasion dangereuse de l'Histoire par la mémoire". "La mémoire est forcément subjective, partiale, fragile quand l'Histoire a une ambition de totalité et d'objectivité", fait-il remarquer.
- Allant plus loin, il dénonce "le chantage du témoin, une perversion de notre temps". "Parce qu'on a sacralisé la mémoire, on part du principe que le témoin a toujours raison", regrette Cercas.
- "Le témoin ne dit pas forcément la vérité, le témoin n'est pas forcément un héros", souligne Javier Cercas. De même, ajoute-t-il, "les victimes, évidemment respectables et qui doivent être soutenues de toutes les manières
possibles, ne sont pas nécessairement des héros"...
- "Le témoin et la victime sont devenus intouchables", fait remarquer Cercas et Enric Marco l'a bien compris...

COMMENTAIRES

Aucun commentaire pour le moment.

Ajouter un commentaire