La libre parole des enfants trisomiques passe à la trappe: la censure du CSA, par Sébastien Renault

Publié le 04/12/2016

  •  La libre parole des enfants trisomiques passe à la trappe: la censure du CSA, par Sébastien Renault

[Alors que le gouvernement tient absolument à interdire l'expression du cri vital des femmes et des ex-futurs enfants qu'on leur arrache en toute "gratuité", le débat s'approfondit. Le pacte avec le diable a toujours l'attrait du crédit à 0%, jusqu'au jour où on découvre que le diable n'oublie jamais de venir vous faire payer très cher votre insouciance et votre optimisme. Contre la dictature du marché des foetus (qui rapporte énormément, en particulier au Planning familial US Planned Parenthood), la logique de la vie, qui voit encore bien plus loin que le diable, gagne du terrain, d'autant plus que devient criant le projet de stériliser les peuples autochtones au profit de déracinés déracinants.]

La très  belle vidéo ‘Dear Future Mom’ (voir ici  > en version multilingue, déjà vue dans le monde entier) vient d’être interdite par le Conseil Supérieur de l’Audiovisuel (qui avait déjà refusé de « l’insérer au sein des écrans publicitaires » il y a deux ans) parce qu’elle met en scène des enfants atteints de mongolisme… heureux et souriants.

Le Conseil d’État a confirmé cette interdiction il y a quelques jours, affirmant que la mise en scène audiovisuelle de personnes souffrant d’anomalies chromosomiques était « contre-indiquée » parce qu’une telle représentation d’enfants handicapés heureux « pourrait générer un trouble de conscience chez les femmes [enceintes d’enfants trisomiques] ayant légalement [sic] fait différents choix de vie personnelle. »

Comme si le Conseil d’État français se souciait réellement de respecter la conscience des gens en général… Quel insupportable baratin, dans un pays où PLUS de 95% des femmes enceintes d’un petit enfant trisomique font le choix « sacro-saint » (« liberté » républicaine oblige) du crime eugénique par excellence—inversant le pouvoir naturel d’enfanter un être complètement innocent par celui de l’exécution sanglante in utero.

Autrement dit, sous faux prétexte protecteur de la conscience des femmes ayant consenti au mensonge du Planning familial d’un « droit » à l’IVG, dénions dans le même temps aux personnes trisomiques (à commencer par les enfants) la possibilité de s’exprimer publiquement quant à leur joie d’exister et de vivre et par-là d’innocemment promouvoir l’authentique droit à la vie. Car, sait-on jamais, ces mères avorteuses pourraient en concevoir quelque scrupule et incertitude, pour finalement revenir sur leur décision criminelle… Ce que le Conseil d’État français ne saurait enaucun  cas faciliter.

Faudra-t-il également interdire aux enfants trisomiques l’accès aux lieux publics non-audiovisuels, de peur que leur aptitude à communiquer leur bonheur de vivre ne perturbe les pauvres parents ayant déjà commis l’irréparable à l’endroit de leur propre(s) enfant(s) trisomique(s) à naître ? 

Et cette inviolable liberté d’expression érigée en droit suprême par nos divers champions laïcistes ?  Les enfants trisomiques en seraient-il indignes par raison de leur handicap chromosomique ? Ne serait-elle donc réservée qu’aux « Charlie » et autres Femen ? Et cette belle « tolérance » républicaine (que nombre de catholiques contemporains, par trop naïfs, confondent encore avec les hautes vertus chrétiennes de patiente commisération et de charité, i.e. d’amour surnaturel volontaire du prochain qui ne peut en cas se faire le complice silencieux de ses erreurs et mensonges) ?

C’est bien sûr dans la même logique de censure arbitraire contre-démocratique que le gouvernement de M. Hollande poursuit aujourd’hui d’arrache-pied son projet de « loi » visant à criminaliser les sites internet qui pourraient dissuader les femmes d’avorter (c’est-à-dire de perpétuer le massacre des innocents). Toujours la même obstination des marchands de mort à défendre ce prétendu « droit » à l’avortement, doublé de la criminalisation de ceux qui osent encore s’y opposer.    

Comme toujours, la question qui s’impose peu ou prou à tous ceux qui se professent chrétiens est irréductiblement la suivante (sauf à faire semblant) : croyez-vous ou non que l’enfant est créé à l’image  et ressemblance de Dieu dès le sein maternel ?

Dans l’attente de Dieu, qui Lui-même daigna se faire petit Enfant…

https://www.youtube.com/watch?v=Ju-q4OnBtNU 

 

COMMENTAIRES

Aucun commentaire pour le moment.

Ajouter un commentaire