Du fléau Clinton polymorphe : une calamité programmée, à moins que…

Publié le 07/11/2016

  • Du fléau Clinton polymorphe : une calamité programmée, à moins que…

Par Sébastien Renault (citoyen français résident aux USA)

La candidature d’Hillary Clinton à la présidence américaine représente son ultime tentative de s’exempter des poursuites judiciaires colossales qui menacent de ruiner pour toujours ses aspirations de longue date à la « toute-puissance » de parade sur le trône américain.

Le dénouement de la course 2016 à la Maison Blanche promet de changer drastiquement la face des États-Unis d’Amérique, pour le meilleur… ou pour le pire. Sur le plan strictement numérique, le « résultat » du 8 novembre sera finalement décidé, non par vote populaire (qui assurerait la victoire statistique de Donald Trump), mais par fraude électorale institutionnalisée—moyennant l’influence soudoyée du collège électoral des États-Unis et un système électronique de comptage de votes altéré en faveur de Jézabel (Hillary Rotten Clinton). Une telle calamité a été programmée de longue date. Les élites qui contrôlent l’Amérique (la banque centrale et les grandes banques, Wall Street, les grands médias, les grandes sociétés pétrolières, le complexe militaro-industriel et les principaux groupes d’influence lobbyiste), comme toujours unies en une même machination impérialiste mondialiste derrière la nauséabonde mascarade du bipartisme « démocratique » électoral, s’en frottent déjà les mains…

Quelle horreur et ce malgré les indications aujourd’hui irrésistiblement publiques de putréfaction hautement avancée du produit Hillary. La machine du pouvoir libéral aux États-Unis a complètement corrodé la structure de son état de droit constitutionnel et créé un double système de justice où ceux qui sont à la tête du pouvoir échappent systématiquement aux peines encourues par les criminels du commun des mortels, quelle que soit la nature illégale de leurs activités. Les Clinton représentent la quintessence de la corruption impunie, ce au plus haut degré délictuel qui se puisse concevoir (objectivement sans précédent, en termes d’ampleur et de nombre, dans l’histoire des États-Unis) ! La chose a été confirmée répétitivement, en particulier par le truchement des révélations accablantes de WikiLeaks (sans rien dire des scandales les plus sordides impliquant ‘Billary’ depuis plus de 30 ans d’aspiration à la « toute puissance »).

Pour rappel, Hillary Clinton et toute la clique ordurière de la collaboration mondialiste américaine (CFR et compagnie) soutiennent le pseudo « mariage » homosexuel, le culte LGBT-iste, et le génocide des enfants à naître (Hillary a, à maintes reprises, exprimé sa loyauté à toute épreuve au géant de l’infanticide intra-utérin américain Planned Parenthood et à son recyclage d’organes de bébés sacrifiés sur l’autel du féminisme le plus abject).

Vos pauvres médias prostitués français, pour la plupart des laquais pathétiques du système propagandiste mondial au service de la plus outrageuse désinformation organisée, ont bien sûr tout fait pour promouvoir l’élection d’Hillary comme un fait accompli, en prétendant ne rien savoir des articles d’accusations pesant sur leur championne démocrate va-t-en-guerre.

Le réalisme de Donald Trump—le candidat antimondialiste et financièrement indépendant—et son approche pragmatique de la politique viennent potentiellement contrecarrer l’hégémonie bien planifiée du monopartisme de l’élitisme mondialiste belliciste pro-Clinton parrainé par l’OTAN.

Ce n’est pas la Russie de Vladimir Poutine qui menace aujourd’hui la « démocratie » américaine, mais bien le banditisme politique, celui qu’incarne exactement l’infernale machine de la Clinton Crime Syndicate.  

Puisse la convoitise de ces criminels polymorphes les consumer sur place et signer leur déconfiture la plus cuisante !

Je le souhaite vraiment de tout cœur, pour le bien, non seulement du peuple américain, mais également du reste du monde.

Marie, Miroir de Justice et Reine de la Paix, priez pour nous ! 

------

 

 

COMMENTAIRES

Aucun commentaire pour le moment.

Ajouter un commentaire